Femen_932426483.jpg&size=article_medium

 
"4 mois de prison ferme pour les trois Femen : deux Françaises et une Allemande."


Mais qu'est-ce que ces Femen européennes sont allées faire en Tunisie ?

           Il n'y a pas de mots assez durs pour qualifier leur action aussi méprisante que dérisoire qu'insultante à l’égard de l’altérité culturelle tunisienne  - véritable viol des consciences (1) -, à l’origine de laquelle on trouvera une arrogance égocentrique et immature mêlée d'une bien-pensance qui n'est que le signe d'une ignorance crasse et sans excuse.

Que l'Etat français condamne avec la plus grande fermeté leur action et qu'elles soient jugées en conséquence !

Car l'intolérance d'une bien-pensance comparable à une armée à la tripe sensible et au cœur dur comme la pierre qui n'est que du néo-colonialisme culturel qui s'ignore ( encore et toujours l'ignorance)… ne passera pas !

Halte là !

 

***

 

             Ici à Paris, les gros sabots de la baston "fa-antifas" dans un tintamarre médiatique de récupération politicienne, là-bas à Tunis...  les gros sabots de la bêtise aveugle de minettes nourries au biberon d'un féminisme parisien de pacotille inculte et privé de tout discernement...

Diversion après diversion, c’est bien là toute la société du spectacle, boussole affolée qui a perdu le Nord,  qui se regarde sans doute une dernière dans la glace avant de pourrir sur pied.

              Mais alors, que d’énergie perdue, pour rien, pour si peu en comparaison de ce qu’il nous faudrait tous être capables de réunir comme force pour freiner des quatre fers un projet politique qui, jour après jour, n’a de cesse de laminer nos droits et nos libertés car il y a urgence : l'étau se resserre sur l'Europe et sur nous tous... sans distinction... et en ce qui concerne les femmes... qu'elles soient voilées ou non, topless ou pas l'été sur les plages, et ce...  pour le temps qu'il nous sera encore donné de pouvoir nous y prélasser.

 

_______________________________


Tenir bon ! Tenir tête face à ceux qui l'ont perdue !


527129-000_par7583460.jpg?modified_at=1371140977&ratio_x=03&ratio_y=02&width=476

Le cas FEMEN

             Dans le contexte de la société française en particulier... l'action de ces FEMEN n'a aucun sens.  De plus, ces jeunes femmes caricaturent et ridiculisent le mouvement féministe de ces 40 dernières années. Quant à leur slogan...  "Sortez ce pape de votre vagin !" à l'heure où dans les boutiques... on vend des strings à des gamines-enfant de 12 ans (sinon moins), leur mère à leur côté les accompagnant, pour faire copine/copine avec elles, franchement, est-ce qu'on peut faire plus dans le domaine de la libération de tout ce qui ressemble de près ou de loin, et déjà, à une marchandise sexuelle ?..............................................................

Les mettre sur le trottoir dès l'âge de 10 ans ?


        C'est le droit le plus absolu de tout individu de confier au chef d'une église, le Pape pour ne pas le nommer, le soin de lui dicter sa condition en matière de moeurs sexuels ou non si tel est son choix. S’agissant de la religion catholique, on peut être rassurés : on lui a tellement tapé dessus (et à juste titre) que l'on peut être à peu près certain qu'il s'agit bien là d'une adhésion volontaire, mature et réfléchie d'un adulte qui l’est tout autant

Qu'il soit permis ici de rappeler que la démocratie c'est aussi la protection de toutes les minorités. Aussi, on ne laissera pas des individus qui pensent avec leur cul comme d'autres avec leur bite menacer l'une d'entre elles...

En attendant de retrouver dans une vingtaine d'années toutes ces post-FEMEN à la tête des DRH des entreprises (emplois occupés massivement par des femmes) dans lesquelles le salarié (homme, femme, homo, cathos, trans, queer...) n'aura qu'un droit : se faire licencier. Pour ne rien dire de celles qui finiront flics dans des séries télévisées indigentes pour quinquagénaires téléspectateurs-chômeurs à la casse., ou bien encore... animatrices putassières aux seins lourds et accueillants...

Car c'est bien là toute l'histoire des People dits "de gauche" qui, dans les faits, se limite à un PS aussi discrédité que moralement moribond.


                         Une question demeure néanmoins : qui recrute et finance ces FIMEN ?


________________________


1 - L’avocate militante tunisienne Bochra Bel Haj H’mida, tout en dénoncant la dureté de la peine précise ceci  : ".....   il y a peu de chances qu’une association comme celle des Femmes démocrates se mobilise pour le sort des Femen en Tunisie. Malheureusement ces femmes nous ont imposé un agenda à un moment où la Tunisie a d’autres préoccupations, analyse-t-elle. Quand on veut se solidariser avec une cause ou des femmes dans un pays étranger, il faut avoir une certaine connaissance du terrain et évaluer si cela sera réellement bénéfique au pays, développe-t-elle. Je pense que cela n’a pas été le cas et vu le temps que prend le juge d’instruction pour émettre une décision pour Amina, cela ne l’a pas aidée non plus. »

Quant à la jeune Amina Sboui de nationalité tunisienne... Femen elle aussi, défendre cette jeune femme condamnée... c'est autre chose, un autre combat dans lequel les Femen françaises n'ont rien à faire en tant que Femen. De plus, on sera bien curieux tous de connaître ceux qui ont "bourré le mou" de cette jeune tunisienne, ceux qui l'ont forcée à la faute ? Quelle stratégie irresponsable est à l'origine d'une action qui se retourne contre elle et qui fait d'elle aujourd'hui une victime ?

Les Tunisiens (comme tous les Peuples de cette région) n'ont pas le droit à l'erreur. Ici, en Europe, on devrait le savoir.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.