Sionisme et judaïsme - judaïsme et sionisme : l'oeuf et la poule - la poule et l'oeuf ...

 

Mais où est passé le coq ?

_________________

 

 

Conférence sur une idéologie à double tiroir, à double entrée mais... avec une seule sortie, unique, toujours la même.

Sortie dévastatrice ?

Idéologie spontanée comme les générations du même nom ?

 

***

 

              Billet de blog suscité par la parution de "JUDAÏSME et SIONISME: Premier tour d'horizon" - 14 mars 2013 Par fxavie. Billet qui n'est qu'un amas de citations et de reprises de commentaires des uns et des autres... ici et là sur la toile.

 

            Donnons plutôt la parole à ceux qui savent faire le job, les mains dans le cambouis : les éclaireurs et autres lanceurs d'alertes.

 





______Le sujet qui nous occupe commence à la 9e minute.

 

_____________Un peu fébrile, Alain Soral tient bon. Les CRS qui « encadrent » cette conférence veillent au grain ; le moindre chahut provenant d’agents provocateurs servira sans doute de prétexte à l’ajournement de la conférence. C'était en 2011. Alain Soral sortait d'un procès qui lui a coûté quelques milliers d'euros pour avoir déclaré (il avait été filmé à son insu) à propos des Juifs sionistes : "Y a peut-être des problèmes qui viennent de chez vous. Vous avez peut-être fait quelques erreurs. Ce n’est pas systématiquement la faute de l’autre, totalement, si personne ne peut vous blairer partout où vous mettez les pieds !".

La liberté est à ce prix, et plus encore chez ceux qui ont tout juste de quoi l'acquitter face à des juges qui ne prêtent qu’aux plus riches influents dans une République dont l’immense majorité de ses membres a perdu la jouissance de sa liberté et de son expression dans les médias de masse ; perte concomitante avec la fin de son autonomie de décision, même relative,  dans les domaines politique et économique.


***


           Aujourd'hui, la sociologie doit être un combat... un combat mené à trois - histoire et économie -, contre un mensonge de masse par omission sans précédent. Dans le cas contraire, la sociologie ne sera qu'une discipline de plus, avec la filière psycho, pour les recalés des Lettres et des Sciences. Une sociologie pour gestionnaires fonctionnarisés d'une carrière au CNRS, à l’EHESS et dans nos pauvres universités, avant le Collège de France - carrière sans éclats de voix et sans profit pour la communauté -, inutiles mais respectés par des pairs dont ils seront non pas les fils mais la copie conforme, en nouveaux clones ventriloques d'une vieille soumission : la soumission à la paresse et à la recherche d'une sécurité et d'un confort douillet propre à ceux qui auront mené  leur existence assis sur le cul des autres un peu à l'image des fauteuils qu'ils auront occupés toute leur vie durant, jusqu'à leur dernier avancement de carrière qui sera aussi leur dernier souffle, et le seul à leur portée puisque le seul dont ils pourraient être dignes.

Aussi, qui aura suffisamment de temps à perdre pour se déplacer et recueillir leurs dernières paroles à eux tous ?

Sollicités, il paraîtrait que même les prêtres et autres vampires de la conscience humaine, ne feront pas le voyage car, tous ces sociologues d'une conscience sans dents et sans poings, vieillards édentés et manchots, ne valent tout simplement pas la peine d'un tel déplacement.  

         Mais alors... que les sociologues patentés, certifiés, oblitérés qui, aujourd'hui, font de la sociologie cernés par un cordon de CRS prêts à bondir au moindre chahut... soient ici nommés ! ........................................................................??????????????

Comment ça ?

Personne ?

***

 

         Qui fera la sociologie des sociologues ? Il y a vraiment urgence !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.