Billet censuré.

Georges Moustaki Ma liberte © TheClairefan


         

____


             Et pour ce qui est de l'accusation d'antisémitisme (1) de Benjamin Stora à mon endroit... avec Internet c'est imparable : ceux qui se révèlent être des acteurs (agents ou auxiliaires) de la domination ne supportent pas la contradiction car jamais ils ne rencontrent d'opposition frontale,  protégés et couvés qu'ils sont. Aussi, à la première alerte, ils se réfugient dans les jupons de la calomnie de l'antisémitisme (voir ICI avec un dénommé Haziza). Or, c’est bien dans l’adversité et la confrontation avec l’altérité et la contradiction que l’on juge le caractère et les motivations d’un homme.

Les Internautes jugeront.


1 - A ce propos, merci de vous reporter à mon texte sur le "fascisme langagier" : http://blogs.mediapart.fr/blog/serge-uleski/200313/le-fascisme-langagier-ou-la-dictature-dune-langue-de-bois-paroxystique


***


         Qu’il soit ici permis de dire avec la plus grande clarté ce qui suit : on reprochera à Monsieur Stora d’outrepasser ses droits et ses compétences en tant qu’historien et de travailler non pas à la réconciliation des Peuples français et algérien  - réconciliation sans objet parce que… sans fondement : en effet,  Français de France, rendez-vous en Algérie, vous y serez très bien reçus par la population, dans les grandes villes comme dans les campagnes...

On reprochera à Monsieur Stora d’apporter sa pierre à l’édifice d’une réconciliation d’intérêts géopolitiques inter-étatiques qui n’ont que peu à voir avec le bien commun, la justice et la liberté des Peuples de la Méditerranée, et en premier, le bien-être du Peuple algérien.

Georges Moustaki "Sans la nommer" © Alain Caumartin



_____

Pour prolonger, cliquez : Stora, le relais de BHL par le site OummaCom qui parle d'un Benjamin Stora, historien agréé par l'Etat algérien.

                   ainsi que Benjamin Stora, l'Algérie, la France et nous... par votre serviteur


_______________________


 Je conseille aux groupies qui sévissent sur le billet de Benjamin Stora (ils sont quatre... toujours les mêmes !) de continuer de commenter mes commentaires ; surtout, ne cessez jamais de me commenter !

Les lecteurs de médiapart n'étant pas plus bêtes que la moyenne, recoupement après recoupement, liront en vous comme on lit dans un livre ouvert ; car, non seulement vos commentaires nous éclairent à votre sujet mais vos silences bien plus encore, à savoir : là où vous choisissez de commenter, et là où vous choisissez de vous taire même si vous n'en pensez pas moins... c'est dire... contre...  mais sans toutefois le dire de peur d'être démasqués.

Or, aujourd'hui, c'est aussi et surtout en se taisant que l'on vend la mèche.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.