Le confinement : l'avatar de la marchandisation du monde, l'anti-vie ?

Le confinement: tout ce qui a un prix est possible avec une "auto" autorisation, et, tout ce qui est sans prix nous est carrément interdit! Nous nous "auto" autorisons de n'être finalement et uniquement qu'un consommateur, la survie par les objets et les objectifs marchants. Le reste... la beauté, la nature, l'amour et faire société n'ont pas de prix, ce n'est donc pas essentiel.

Certes, je peux vous écrire? pour ne pas sombrer dans la folie quelques mots tous les matins. Je peux vous lire et cela m'est très cher, mais je ne fais que survivre....

 

Je peux acheter, je peux voir la télé avec des chaînes gratuites, je peux consommer tout ce que je veux (si j'ai les moyens) avec internet, je peux m'éloigner à plus d'1 kilomètre pour les courses...je peux....

 

Je ne peux pas aimer, caresser, enlacer. Je ne peux pas voir mes amis, je ne peux pas travailler avec les collectifs dont je fais parti, je ne peux pas aller respirer les embruns parfumés de ma méditerranée chérie, je ne peux pas aller sentir l'odeur des pins et le crissement de leurs aiguilles quand je pose le pied dessus, je ne peux pas balader le long des sentiers douaniers, je ne peux peux pas....je n'en peux plus...de ne pas pouvoir!

 

En fait, tout ce qui est marchandise et consommation m'est largement autorisé....Le prix des choses.

De fait tout ce qui est beauté, nature, odeurs et sensations m'est complètement interdit...Les choses sans prix.

 

Je vous laisse réfléchir...

 

C'est bien un avatar capitaliste...contre nature, contre la nature de notre humanité, contre toutes les choses sur lesquelles il ne peut y avoir de marché et donc de prix...L'objet contre la Nature ! L'objet contre notre Nature !

 

Ne sentez-vous pas grandir en vous un sentiment profond qui passe de la fatuité à la vacuité des multiples objets que vous possédez ? Les objets, même si vous en avez beaucoup, des beaux et des rares, sont-ils vraiment vitaux ? Les objets sont-ils vraiment le sens de la vie?

 

Alors que nous sommes « gavés » (où sont les défenseurs des animaux?) et harcelés de publicité sur les objets, où sont, à part sur nos frontons désabusés et salis, la Liberté, l'Egalité et la Fraternité ?

 

L'économie de « l'offre », ne nous offre finalement pas grand chose à part des objets dont la fabrication effrénée tue finalement la Nature, notre nature. Nous allons finir dans un monde stérile rempli d'objets où finalement et enfin (quel bonheur pour les capitalistes survivants), les fleurs et les arbres auront un prix ! Celui qui aura les moyen de s'en payer....Vivra encore un petit peu...Les autres seront riches d'objets....Enfin, s'il en ont les moyens !

 

Si le confinement, et j'espère que vous ressentez tous cela, a vraiment démontré quelque chose, c'est que la vie ne peux pas être marchande, seule la survie l'est !

 

Ce sont les choses sans prix qui donnent un sens à la valeur de la vie, les autres ont juste un prix mais plus de sens au delà de nos besoins réellement premiers.

 

Le confinement est bien l'avatar ultime de la marchandisation du monde, l'anti-vie !

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.