Sire (Macron), si vous ne voulez point la révolution...Faites-là vous-même !

Comment, au regard de l'Histoire, comprendre le capitalisme d'aujourd'hui: il se tire une balle dans le pied et nous tire une balle dans la tête. Si l'on continue ainsi, bientôt il n'y aura plus rien et plus personne à exploiter. Le capitalisme doit faire sa révolution et rapidement, sinon, le monde fera la sienne, et comme par le passé, elle sera violente et destructrice.

Ces mots de Nicolas Machiavel, Homme d’État, historien et penseur politique italien (1469-1527) résonnent toujours d'une justesse une nouvelle fois prémonitoire.

 

Car, même si nous l'avons oubliés, les grandes avancées sociales ont été construites surtout après les guerres et notamment celle de 39/45 au vu des ravages et des conséquences mondiales que cela a eu pour conséquences  ; la « déclaration de Philadelphie »:

 

  • (a) le travail n'est pas une marchandise;

  • (b) la liberté d'expression et d'association est une condition indispensable d'un progrès soutenu;

  • (c) la pauvreté, où qu'elle existe, constitue un danger pour la prospérité de tous;

 

Si le capitalisme est assez CON pour avoir oublié cela et donc, ne pas faire sa révolution, il ne restera bientôt plus rien ni personne à exploiter.

 

Le choix, après la démonstration évidente d'un système qui ne peut pas gérer un simple virus sans s'écrouler, est simple :

 

Soit les capitalistes nous laisse de quoi vraiment exister et ils pourront encore pendant longtemps être juste un peu moins riches...

Soit, le système va s'écrouler violemment et ils en seront les premières victimes car sans nous, ils ne produisent aucune richesse...ils ne travaillent pas, ils ne font qu'exploiter notre force de travail.

 

En effet, si le monde s'écroule, les paysans, les menuisiers, le soudeurs créerons toujours de la valeur et pourrons échanger leurs compétences pour vivre. Avec quelles compétences un banquier ou un actionnaire va vivre, que va-t-il échanger, un sourire ? Quand un monde a plus de banquiers et d'actionnaires que de travailleurs qui créent de la valeur, il ne peut que s’effondrer dans le chaos.

 

Alors que leur richesse ne tient qu'à NOUS, ils sont en train de nous faire mourir NOUS et notre planète.

 

Le capitalisme doit faire sa révolution sinon le monde va entrer en guerre et en révolte :

 

Guerre sociale

Guerre économique

Guerre des territoires pour l'eau , l'énergie, pour habiter au sec

Guerre pour survivre tout simplement

etc.

 

C'est la paix ou uniquement les guerres localisées qui permettent aujourd'hui de faire circuler l'argent et les marchandises dans le monde entier, si les guerres et les révoltes éclatent partout, adieu la mondialisation capitaliste. Alors qu'un simple virus l'a mise à genoux, je n'ose imaginer le monde que l'on va laisser à nos enfants demain.

 

Donc, merci aux milliardaires et idéologues forcenés qui tirent les fils des marionnettes qui nous gouvernent de leur faire faire des choses intelligentes qui fonctionnent enfin.

 

Le capitalisme doit faire sa révolution et vite...Sinon, avec violence, le monde s'en chargera  !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.