Unité dans la diversité : Pour un changement de paradigme.

Unité dans la diversité C. Unicité dans l'adversité Que choisissez-vous?

 

Tolérez moi si mes paroles vous blessent, ce n'est que mon opinion personnelle je respecte votre diversité, respectez la mienne. Mon cœur ne se résout à se taire pour éviter de bousculer des conventions sociales limitantes qui génèrent tant de souffrances.

Aujourd'hui je vois tant de belles énergies, de citoyens conscientisés que je m'autorise à m'exprimer. Depuis toujours ça me fend le cœur de savoir que certains de mes paires en raison de leurs croyances religieuse et politiques puissent présumer que les autres se trompent dans leurs différences. Censurer l'autre pour sa différence n'est ce pas injuste? Or ni le bons sens ni le divin s'il existe ne sont injustes. En revanche les jugements hâtifs le sont.

Cet écueil est rencontré dans toutes les croyances extrêmes politiques ou religieuse car sa cause leur est commune.

I - A qui les injonctions qui divisent l'humanité profitent-elle? A ceux dont le dieu s'appelle Xénophobie. Vous savez dans les contes pour enfants on n'explique pas frontalement que le loup est un méchant monsieur? C'est pareil dans les écritures, le récit est métaphorique. Leurs interprétations littérales sont toujours utilisées aujourd'hui pour maintenir la division.(Trump et ses prédicateurs de la haine, les terroristes salafistes pour ne citer qu'eux).

Leurs représentants de tout temps et je ne sais quelles oligarchies ont eu tout intérêt à faire circuler de fausses interprétations pour imposer leur héritage familial. Ça continue. Contrairement aux temps reculés, la religion n'est plus le seul réseau social utilisé. Il y a longtemps, un vieux dicton nous a pourtant averti ; " Diviser pour mieux régner". 

Démagogues, oligarchies, ont de tout temps joué de la xénophobie et des discriminations pour régner sur les institutions sociales perpétuant de fausses croyances, un dualisme entre le "nous" et le "vous". Dans leur quête de prestige politique ils ont blessé l'humanité oubliant qu'ils sont à son service et en nous menant à la division. Mais attention s'il nous représentent c'est que nous avons cédé aux sirènes de la peur et troqué nos valeurs pour de fausses promesses. 

Je ne crois ni en notre victimisation en tant qu'ensemble citoyen ni en la diabolisation des gouvernants. Ce sont les purs produits de notre système qui reflètent nos choix de société conscients, inconscients, et nos concessions morales. Depuis la nuit des temps, les sociétés archaïques et immatures ont mis en place des systèmes d'une logique toute relative, dont les réminiscences toxiques nous polluent encore. Pourtant il suffirait d'une prise de conscience globale pour changer ça. Mettre en place des systèmes équilibrés, justes.

Ne me parlez ni de capitalisme ni de communisme les deux sont injustes, l'un prône l'argent avant toute chose le second réprime les nécessités, les libertés individuelles. Je veux être libre d'entreprendre, libre de prospérer et je veux aussi que les plus fragiles soient protégés et les minorités respectées et écoutées.

II - N'est-il pas temps de regarder nos sociétés en face?

Chaque émotions négatives telles que les peurs sont des croyances limitantes, diffusées par les oligarchies pour manipuler les peuples de tout temps. Je crois que si assez de personnes assimilent ces conditionnements limitants qu'ils se manifestent inévitablement dans leur relations interpersonnelles ce qui crée un phénomène des tension, et à échelle sociale un phénomène de domination diffus qui génère les discriminations.

Comment peut-on s'étonner de la dislocation du tissu social, de la cohésion nationale? Si on a peur de l'étranger, de celui qui est différent comment peut-on vivre en harmonie dans une société qui n'assume pas sa multiculturalité? N'a-t'on pas marre d'intimider nos minorité en leur suggérant leur infériorité, leur manque de conformité. Dans beaucoup trop de plateaux télé le débat est emprunt d'animosité, et les personnalités non conformes sont censurées, tandis que des polémiques véhémentes sont alimentées.

Ou va-t'on? Moi je veux croire au partage, grand oublié de notre siècle. La solidarité n'est pas morte avec l'Abbé Pierre! Je veux croire à la rationalité source de tout progrès social global. La rationalité ce n'est ni la quête d'une productivité sans fin, ni la poursuite de société utopiques. La rationalité ici c'est la proposition de solutions équilibrées, libérées de tout dogmes, recherchées pour servir le plus grand nombre.

Partout j'ai rencontré une majorité de gens de diverses cultures las de se diviser. Les gens veulent de l'amour. Les choses commencent à changer partout. Le système change, et je suis tellement heureuse de le voir. Soyez acteurs si le cœur vous en dit.  Ce siècle, malgré ses lacunes a vu les revendications politiques se rationaliser et donc se pacifier.   

"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme", vous rappelez-vous? Ça vaut pour toute science qu'elle soit physique, philosophique, politique. Toute parole altruiste, de toute spiritualité monothéiste, athéiste, bouddhiste, païenne, est au service de l'Unité dans la Diversité.

Diversité car le divin par essence se conçoit dans l'infinité. Il n'appartient à aucun peuple, mais ils appartient à tout les peuple; il est universalité. Selon les écritures des croyants n'ont-ils pas été crée à son image? Ne saute-il donc pas à leurs yeux que l'équation de l'Unicité pour l'adversité des interprétation littérales des dogmes est incomplète biaisée et négative ? Les croyants ont là la fin de non-recevoir à opposer aux partisans de la xénophobie, et par là même, l'occasion d'éviter toute instrumentalisation des religions.

Je terminerai qu'aujourd'hui la seule entité dont notre vie dépend objectivement est la Terre. La Terre, cette planète qui nous loge, nous nourrit depuis des millénaire et que nous meurtrissons en retour. Peut-être devrions nous revoir nos priorités et penser à la pérennité de l'humanité. Accepter que l'avenir de nos sociétés dépend de notre capacité actuelle à regarder en face nos échecs et abandonner des idéologies politiques archaïques. 

Je veux croire à un dialogue social intègre qui amène nos concitoyens vers une meilleure entente. Vers l'adoption de solutions rationnelles, équitables et justes. Car oui je crois en la justice, je crois en la réconciliation sociale, je crois en la thérapie de notre société par la libération de ses paroles! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.