sexytis
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 nov. 2021

L’érotisme se meurt sous la pression des haters

Comment les initiatives sex-positives (contenu informatif, érotisme artistique, podcasts érotiques) sont rendues invisibles sur les réseaux sociaux, pour mieux faire de la place à une pornographie de tous les instants entre Pornhub et famille Kardashian.

sexytis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce qui est compliqué avec les réseaux sociaux, c’est qu’on a l’impression que la sexualité est partout et qu’en même temps elle est rendue invisible.

Comment cela est-il possible ? C’est simple : les réseaux sociaux proposent une lecture très particulière de la chose. l’évocation du sexe est partout, de façon insidieuse, mise en avant par des célébrités de la musique, de la mode ou de la culture populaire (téléréalité). Il en usent, propagent une esthétique vulgaire, très stéréotypée, inspirée des standards pornographiques. 

Faux seins surdimensionnés, poils et rides invisibles, artifices outranciers, les images distillées sur tous ces comptes validés et mis en avant sur les réseaux sociaux incitent à une reproduction de ces codes les plus obscènes par tout un chacun. 

A côté de cela, les initiatives sex-positives sont discriminées sur les réseaux sociaux sous la pression des algorithmes et des haters.

Des initiatives sex-positives ? Oui : des sexologues, des comptes de conseil sexo ou d’éducation sexuelle (sur lesquels on ne parle pas de prosélytisme sexuel mais de conseils pratiques pour s’émanciper de l’influence des films pornographique en matière de jeux sexuels), des comptes d’art érotique (dessinateurs, photographes), ou même de littérature érotique (textes et podcasts érotiques comme Le Son du Désir), sont persécutés par les réseaux sociaux. L’érotisme artistique se meurt à petit feu.

Quand Pornhub obtient le statut “certifié” sur Instagram et rassemble plus de 12 millions de followers, c’est une validation claire et nette de la part du réseau social pour ce type de contenu et la promotion de ses valeurs. A côté de cela, nombre de comptes de films érotiques féministes, ou éthiques, comme de comptes de prévention dans le domaine de la sexualité ont vu des publications être supprimées, quand ce n’est pas le compte qui disparaît un jour, sans explication.

© Aden AY

Car c’est en effet le risque qu’on prend lorsque l’on tente de proposer du contenu hors norme sur ces réseaux. On peut subir entre autres : 

- un shadowban : on devient invisible sur les réseaux, le nom est caché sur les barres de recherche, il n’y a plus de mise en avant et une visibilité minime par rapport à d’autres comptes. 

- la suppression de contenu. On poste et zou quelques minutes ou heures plus tard cela disparaît. Cela arrive pour des images comme pour des textes, même soft, même à but éducatif ou informatif.

- la suppression du compte. Là c’est la sanction la plus radicale. L’artiste photographe Léonie Stolberg s’est vue supprimer son compte instagram 9 fois par le réseaux social. Le compte instagram Wicul a vu son compte disparaitre un beau matin. Il a fallu le soutien de milliers de personnes et de dizaines de comptes pour que le réseau social consente à le réactiver… mais jusqu’à quand ?

Tout ces risques ont un prix : celui de la pression, de la crainte de voir son contenu disparaître. Tous les créateurs de contenu qui souhaitent proposer une approche positive, saine, et bienveillante de la sexualité sont les premiers à se retrouver dans le viseur des réseaux sociaux. 

Quelle image de la sexualité pourra-t-on avoir demain ? Uniquement la vulgarité du sexe façon Pornhub et Kardashian ? Ou la possibilité d’une approche libérée de ces standards et des injonctions normatives qu’ils représentent ? 

Récemment, Edwige de Wicul, Camille Bataillon (sexologue créatrice du compte Camille parle sexe), Leonie Stolberg et Alexis du podcast érotique  Le Son du Désir se sont retrouvés à Bruxelles au See-U pour discuter de ces problématiques et des solutions qu’ils ont mis en œuvre pour continuer à travailler.

Pour écouter l’audio c’est ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener