Arrêtés, disparus ou assassinés? Le sort des musiciens ouïghours.

Ce sont les porteurs de la culture qui ont subi le courroux de Pékin, de nombreux écrivains, universitaires, musiciens, comédiens, acteurs, poètes et sportifs de renom ayant été placés en détention; certains ont tout simplement disparu. Ici, l'auteur s'arrête notamment sur le cas de la célèbre chanteuse classique Sanubar Tursun.

Sanubar Tursun, célèbre musicienne, chanteuse ouïghoure, entourée de ses collègues ouïghours. Sanubar Tursun, célèbre musicienne, chanteuse ouïghoure, entourée de ses collègues ouïghours.

Cet article a été publié d'abord par le Songlines Magazine dans son numéro 146 en avril 2019 avant d'être republié par le blog de Jim Hickson.

Jim Hickson

Il y a une crise au Turkestan oriental, également connu sous le nom de Xinjiang, une région autonome du nord-ouest de la Chine. Pendant de nombreuses années, les Ouïghours de la région ont parlé de la persécution exercée par le gouvernement chinois. C’est une persécution qui a considérablement augmenté au cours des 18 derniers mois. De culture et d'ethnie turques, majoritairement musulmans et ayant leur propre langue (en utilisant l'écriture arabe), la vie des Ouïghours est culturellement alignée sur l'Asie centrale et très différente du courant dominant chinois.

Sous le prétexte de lutter contre l'extrémisme islamique, le mode de vie ouïghour est soumis à une oppression et à une répression systémiques renforcées par une surveillance étroite et des restrictions imposées aux mouvements, à l'expression et à l'association. Plus d'un million de personnes principalement des Ouïghours, mais aussi des Kazakhs, des Kirghiz et d'autres groupes ethniques turciques  auraient été emprisonnées dans des «camps de rééducation» au nom euphémiste. Ces mesures ont été considérées par la communauté internationale comme un renforcement de la grande purge culturelle ouïgoure par le gouvernement chinois à majorité Han.

Comme c'est souvent le cas dans ce genre de situations, ce sont les porteurs de la culture qui ont subi le courroux de Pékin, de nombreux écrivains, universitaires, musiciens, comédiens, acteurs, poètes et sportifs de renom ayant été placés en détention; certains ont tout simplement disparu. Des personnalités populaires de la musique ouïghoure telles que les stars de la pop Ablajan Awut Ayup et Zahirshah Ablimit et le joueur de folk traditionnel et classique dutar (luth à long manche) Abdurehim Heyit ont tous été arrêtés au cours des 18 derniers mois. Au moment d'écrire ces lignes, des informations viennent juste d'être publiées selon lesquelles Heyit aurait été battu à mort en détention, bien que cela soit réfuté par le gouvernement chinois.

L'une des arrestations les plus marquantes a été celle de Sanubar Tursun. La chanteuse classique est bien connue pour ses contributions à « l'Aga Khan Music Initiative » et ses collaborations avec le musicien chinois Wu Man dans le cadre du « Master Musician from the Silk Road ». Elle a donné des concerts dans le monde entier et devait effectuer une tournée en France en février de cette année. Elle n'a pas donné de nouvelles depuis novembre. Des sources proches de Tursun ont déclaré qu'elle avait été arrêtée et condamnée pour cinq ans, mais les autorités chinoises ont refusé de confirmer les accusations portées pour la chanteuse, ni même de savoir où elle se trouvait. La lettre ouverte, avec plus de 120 signataires, se lit comme suit: « Le cas de Sanubar Tursun nous rappelle à quel point la voix d’un artiste est puissante, mais aussi exposée, fragile et vulnérable. C’est malheureusement un exemple parmi d’autres dans la tragédie qui se déroule dans la région ouïghoure et qui émeut à présent la scène artistique française et internationale, ainsi que son public qui attendait avec impatience de rencontrer Sanubar Tursun en février. »

La situation tragique du peuple ouïghour et la tentative d’élimination de sa culture par les autorités chinoises sont une source de préoccupation pour la communauté internationale; les récits de personnalités reconnues sur le plan international, telles que Tursun, aident à faire passer le message au loin. La communauté de musique du monde a sûrement son rôle à jouer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.