Des images de Chine révèlent des centaines de prisonniers aux yeux bandés et menottés

La vidéo montre ce qui semble être des Ouïghours ou d'autres prisonniers appartenant à une minorité emmenés par la police.

Cet article a été publié originellement en anglais le 23 septembre 2019 par la presse anglaise The Guadian. Pour accéder à la version originale : https://www.theguardian.com/world/2019/sep/23/china-footage-reveals-hundreds-of-blindfolded-and-shackled-prisoners-uighur?CMP=share_btn_fb&fbclid=IwAR0HQaT36DXcLDNa-rQNWvYU8ZZBPnNfC3IwSPB3aWY2I-kAuOuTsLyCJ-k

 

Une vidéo montre des centaines de prisonniers aux yeux bandés et enchaînés en Chine © Guardian News

Des images de drones ont été diffusées montrant la police conduisant des centaines d'hommes aux yeux bandés et enchaînés, entraînés depuis un train dans ce qui est supposé être un transfert de détenus dans le Xinjiang.

La vidéo, publiée anonymement sur YouTube la semaine dernière, montre ce qui semble être des Ouïghours ou d’autres minorités portant des uniformes bleus et jaunes, avec la tête bien rasée, les yeux couverts, assis en rangées sur le sol et ayant ensuite été emmenés par la police. Les prisonniers en Chine sont souvent transférés avec des menottes et des masques couvrant leur visage.

Nathan Ruser, chercheur au centre international de cyber-politique de l’Australian Strategic Policy Institute, a utilisé des indices dans les images, y compris les points de repère et la position du soleil, pour vérifier la vidéo, qui, selon lui, a été tournée dans une gare à l'ouest de Korla, dans le sud-est du Xinjiang, en août dernier.

Les critiques internationales sur la vaste campagne antiterroriste menée par la Chine dans le Xinjiang ont principalement porté sur les détentions extrajudiciaires de plus d’un million de personnes appartenant à la minorité ouïghoure et à d’autres minorités musulmanes dans des camps d’internement et de rééducation politique.

Le nombre d'arrestations formelles et de peines de prison a également augmenté. Selon l'analyse du New York Times, les tribunaux locaux ont condamné 230 000 personnes à une peine de prison ou à d'autres peines en 2017 et 2018, au début de la campagne. Le Xinjiang représente moins de 2% de la population du pays, mais environ 21% de toutes les arrestations en 2017.

Ruser a déclaré que les détenus étaient très probablement transférés dans les prisons de Korla depuis Kashgar, où la répression a été particulièrement sévère. On pense que la région abrite plusieurs camps de rééducation mais moins de centres de détention.

"Cela va à l'encontre de l'offensive de propagande que la Chine essaie de montrer", a-t-il déclaré, soulignant le traitement réservé aux personnes incarcérées dans le système pénal.

La Chine invite des diplomates et des groupes de journalistes à participer à des visites du Xinjiang soigneusement orchestrées, et a défendu ses méthodes anti-extrémisme, les décrivant comme un modèle à suivre pour les autres pays.

Dimanche, la ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne, a qualifié la vidéo de "profondément troublante". La vidéo a été publiée sur YouTube par un compte nommé War on Fear, dont le but déclaré est de lutter contre la peur inspirée par la surveillance de pointe.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.