Après 3 ans de séjours dans un champ de thé, je n'ose plus boire du thé chinois

Un ancien intellectuel chinois qui a été forcé de travailler dans un camp de travail d’exploitation de thé à Anhui raconte l’intoxication terrible des champs de thé en Chine par l’utilisation aveugle de pesticides visant plus de profits par les autorités chinoises.

Cet article a été publié originellement en chinois le 23 décembre 2019 sur le site de la télévision de la diaspora chinoise Nouvelle dynastie Tang. Pour accéder à la version originale : https://m.ntdtv.com/b5/2019/12/23/a102735762.html?fbclid=IwAR2ps9nqTse1j6UCgnemKH0JXsx2-X7aVLpt-_jcUEZpMARiWGzwR42mvvw

 

Un champ de thé dans la province d’Anhui, Chine Un champ de thé dans la province d’Anhui, Chine

Zhang Lin

En 1994, en raison de mon engagement dans un grand nombre de mouvements démocratiques à Pékin et à Anhui, j'ai été emmené au camp de travail forcé du Nanhu (lac du sud) situé dans le comté de Xuancheng dans la province d’Anhui, par la sécurité d’État chinoise.

Nanhu est une région montagneuse dans le sud de la province d'Anhui, le terrain est compliqué et ne convient pas à l’agriculture. Cependant, le soleil et la pluie sont abondants, donc il convient à la culture du thé.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le nouveau commandement de la quatrième armée (du Parti communiste chinois) était déjà établi dans la région de Nanhu. Au sein de son organisation directe, il y avait une équipe de réforme du travail. Des cadres de Nanhu m'avaient même dit que les menottes et les chaînes locales fabriquées à l'époque y étaient toujours conservées.

L'équipe de la rééducation par le travail est le prédécesseur du camp de travail. C'est l'armée communiste qui force les soi-disant cadres et soldats, qui ont commis des erreurs, à travailler. C'est le modèle de gestion du monde par le Parti communiste chinois.

Le camp de travail de Nanhu regroupe ceux de Shanghai, de Jiangsu, de Zhejiang mais aussi celui d'Anhui. Il existe même un camp de travail de haut niveau relevant directement du gouvernement central - l’université communiste du travail, la rééducation par le travail forcé de haut niveau est vraiment ironique.

Le camp de rééducation par le travail de Nanhu a concentré les institutions de rééducation par le travail à Anhui à cette époque, et compte de nombreuses unités directes et plus de sept camps de travail.

J'ai été affecté à l'escadron n ° 5 du premier camp de travail. C'est une équipe professionnelle de culture et de cueillette de thé située sur la montagne.

Traditionnellement, le thé est cultivé sans l'utilisation d'engrais inorganiques, mais de l'engrais, en particulier de l'engrais foliaire. Il s'agit de mélanger l'engrais dans l'eau et de le vaporiser directement sur la surface des feuilles de thé, qui seront directement infusées dans le thé.

Mais pour avoir plus de profits, le PCC ordonnait de pulvériser une grande quantité d’engrais déjà à l’époque de Mao Zedong, et les champs de thé ne donnaient plus de bons résultats. Tout comme la production de céréales à l'époque de Mao, détruite à force d’utiliser diverses méthodes poussives et néfastes avec pour objectif d’obtenir cinq mille jin (environs 2500kg) de graines par acre, voir dix mille et même …cent mille jin !

C’est pourquoi dans le thé que les Chinois boivent actuellement, l'engrais chimique représente (environ) un tiers du jus de thé infusé.La consommation à long terme de ces thés bourrés de pesticides est naturellement nocive pour la santé.

L’utilisation de trop d'engrais a une autre conséquence terrible qui est la prolifération et la croissance de nombreux insectes. Après des décennies d'accumulation chimique sur ce schéma de production agricole, imposé durant les années 90, on arrive à une situation où en été, si le pesticide n'est pas appliqué pendant trois jours, les insectes peuvent manger tout le champ de thé.

Le même résultat terrible a été produit dans les champs de coton. Auparavant, Henan, Shandong, Anhui et Hubei étaient les quatre principales provinces productrices de coton du Parti communiste chinois. Plus tard, en raison de décennies de mauvais usage des pesticides, le ver du coton a proliféré et on a dû renforcer l'application de pesticides, qui augmentait d'année en année dans un cycle infernal. Au final, non seulement la quantité de la production cotonnière n’est pas optimale mais sa qualité est dévastatrice sur la santé humaine. Ainsi, la production diminue progressivement, entraînant des coûts de production plus élevés pour chaque récolte, Finalement, le PCC a dû arrêter de planter du coton dans les provinces des plaines centrales et transférer au Xinjiang l’exploitationdes champs de coton.

Le thé de Chine est devenu un thé « authentique » d’engrais chimiques et de pesticides. Les engrais chimiques, les pesticides et le jus de thé représentent chacun un tiers. La consommation à long terme d’un tel thé peut provoquer une variété de maladies chroniques.

Les hommes chinois qui abusent généralement du tabac, de l'alcool et du thé, ont déjà gravement mis en danger leur santé. Mais il n'y a jamais eu d'analyse à propos de cette consommation par une institution de recherche de confiance, ou un suivi des résultats de l'enquête.

En fait, le degré de nuisance à la santé des Chinois du thé de pesticides d'engrais chimiques a probablement déjà dépassé celui du lait de mélamine. Mais l'implication de cette industrie dépasse très largement la précédente destruction des champs de thé et de coton de quatre provinces ci-dessus, raison pour laquelle les autorités chinoises ont donc préféré éviter d’évoquer ce problème. De toute façon, les dirigeants chinois, eux, peuvent boire des thés biologiques qui coûtent des dizaine de milliers de yuan (monnaie chinois) et ils n’ont rien à faire de la vie et de la mort des gens ordinaires.

Le thé chinois était généralement exporté sur le marché international auparavant, cependant, au fil des ans, il s'est progressivement révélé toxique et nocif. A la place, on importe désormais du thé du Bangladesh, d’Inde et du Sri Lanka. Le thé de pesticides d'engrais chimique fabriqué en Chine ne peut que nuire aux Chinois maintenant.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.