Simon Castéran
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mai 2021

Répondez Eric Zoummer (II)

Nous sommes de retour dans En toute franchise, en compagnie du journaliste et essayiste Éric Zoummer. Éric, dans votre livre La Terre aux Terriens, vous écrivez page 43, je cite, "la facilité avec laquelle les nations de la Terre ont accueilli les Fermiers, et leur technologie diabolique de pacification forcée des esprits, ne peut s'expliquer sans la mise en place au préalable d'un plan..."

Simon Castéran
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette nouvelle a été publiée par la revue mensuelle de science-fiction Galaxies www.galaxies-sf.com

- Merci d'écouter Info Talk Radio ! Nous sommes de retour dans En toute franchise, en compagnie du journaliste et essayiste Éric Zoummer. Éric, dans votre livre La Terre aux Terriens, vous écrivez page 43, je cite, « la facilité avec laquelle les nations de la Terre ont accueilli les Fermiers, et leur technologie diabolique de pacification forcée des esprits, ne peut s'expliquer sans la mise en place au préalable d'un plan visant à augmenter sciemment le niveau de stress des êtres humains, afin que ceux-ci, une fois leurs « Sauveurs » arrivés, se jettent dans leur giron ». Qu'entendez-vous par là ?

- C'est simple ! Tout a été fait, avant la révélation de la présence des extraterrestres, pour que nous ayons besoin d'eux. Et, notamment, de leurs centres de Récolte.

- Mais comment ? Depuis quand ? Et par qui ?

- Oh, ça ne date pas d'hier. Car contrairement à ce qu'on voudrait nous faire croire, l'arrivée des Fermiers ne doit rien au hasard, et date de bien avant l'année dernière ! Selon mes calculs, les Keplériens sont là depuis au moins plusieurs décennies. Croyez-moi, ça fait longtemps qu'ils nous observent... et nous manipulent !

- Vous avez des preuves de cela ?

- Elles sont partout, les preuves ! Partout dans l'Histoire ! Tenez, par exemple, le trafic de drogue en France. Pourquoi croyez-vous que la grande majorité des trafiquants soient noirs ou arabes ? Je vais vous le dire, moi : parce qu'ils travaillent pour les musulmans. Ce qui est plutôt amusant quand on sait que le Coran interdit la consommation ou le trafic de drogue ! Mais quand il s'agit de déstabiliser les « kuffars », autrement dit les mécréants, là tous les moyens sont bons !

- Mais quel rapport avec les Fermiers ? Répondez-moi franchement.

- J'y viens, rassurez-vous ! Tout cela, je vous l'ai dit, fait partie d'une politique de déstabilisation de l'Occident. Depuis des dizaines d'années donc, les trafiquants arabomusulmans empoisonnent nos rues et notre jeunesse avec la drogue venue du Maghreb. À ce propos, mon cher Daniel, dites-moi... Avez-vous déjà fumé un joint ?

- Heu, oui... ça m'est arrivé. Quand j'étais jeune.

- Et qu'est-ce qu'on ressent, après avoir fumé ? On se sent fatigué, n'est-ce pas ? On rit bêtement, on dit des bêtises. L'esprit se relâche ! Du coup, on est plus perméable aux idées subversives, au relativisme culturel ! On se met à écouter du rap, du reggae, de la techno ! Bref : on devient une loque. Un parasite qui profite des allocations sans rien faire, comme tous ces profiteurs étrangers qui envahissent nos villes pour y vivre de l'économie souterraine et du travail des Français !

- Oui d'accord, peut-être, mais...

- ça, c'était la phase un ! Le pied – ou plutôt la babouche – dans la porte. Sauf que ça n'a pas suffi. Alors les pays arabomusulmans ont inventé la crise migratoire ! Et ce, avec la complicité des gouvernements français et allemand, qui en ont profité pour ouvrir en grand les vannes de l'immigration. Résultat : des hordes de barbus en djellaba et de femmes voilées ont débarqué en masse ici ! En France ! Et comme malgré ça, les gens continuaient à vouloir les accueillir, qu'est-ce qu'ils ont fait ces barbares ? Des attentats !

- Non mais attendez, vous ne pouv...

- Laissez-moi terminer, je vous prie ! Les attentats, c'était la phase deux. Alors si je résume, d'abord on drogue la population française pour qu'elle sombre dans la passivité la plus totale... Puis on la cogne à coups d'attentats ! Tout en l'empêchant de se rebeller, au nom du « pas d'amalgame » ! On assomme, on torture ! On assomme, on torture ! Je n'invente rien, hein. C'est le b.a.-ba de la manipulation mentale, merci la CIA ! Tout ça pour briser notre volonté... Et faire en sorte qu'en phase trois, lorsque les gentils extraterrestres se ramèneraient de Kepler-186 F avec leur maudite technologie, on se rue dans leurs centres de Récolte pour oublier nos sévices !

- Donc, vous dites que les Fermiers sont de mèche avec...

- Mais avec tout le monde ! Les musulmans, Pôle Emploi, les féministes, Merkel, qui vous voulez ! Ils veulent tous nous rendre dingues ! Même la Silicon Valley est dans le coup ! Facebook ! Twitter ! C'est le nouvel ordre mondial !

- Éric Zoummer, quand même, vous allez un petit peu loin... Facebook ? Twitter ? Vraiment ?

- Mais bien sûr ! Je suis désolé, faut pas être naïf ! À quoi croyez-vous que servent les réseaux sociaux, à part à s'énerver ? Moi j'y suis, hein, et je peux vous dire que tous les jours, je m'y fais insulter ! Menacer de mort ! On déforme mes propos, on attaque mes amis ! Pourquoi croyez-vous que Robert Mézigue ait fini par craquer ? Même mon cher ami Henri de Lesquive...

- … Figure de proue du mouvement anti-avortement, je le rappelle...

- Lui-même ! Je l'aime beaucoup, et il me fait la gentillesse de me recevoir chaque semaine dans son émission sur Radio Tradition – eh bien, il a fini par en être dégoûté ! Si un esprit aussi fin que le sien, qui bataille tous les jours avec honneur contre les collabos de cette Shoah abortive que nous haïssons tous les deux, abandonne les réseaux, c'est à désespérer d'Internet...

_ Et puisque l'on parle des réseaux sociaux, je rappelle à nos chers auditeurs que nous attendons leurs questions et réactions sur la page Facebook de l'émission, ainsi que sur Twitter, hashtag En toute franchise !

À tout de suite, après une petite page de pub.

Violence. [Aaaah !]

Jalousie. [Tu me trompes !]

Incivilités. [Bouge ta caisse, hé connard !]

Tous les jours, la colère nous agresse, et nous renvoie aux pires heures de l'histoire de l'humanité. [Bruit de bottes marchant en cadence]

Mais une solution existe. Cette solution, c'est la Récolte. Partout en France, des centres de Récolte agréés sont à votre disposition pour vous libérer de la colère... Et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même.

Libre. Heureux. Positif. [La Récolte, ça marche !]

A suivre …....

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO