[Communiqué du RESF 63 - le 18/10/2017 - Jour #16]

Face à l’urgence, la Préfecture répond par... le mépris et ne prend pas la mesure de l’urgence !

 

Pour rendre visible les invisibles. Un toit c'est un droit ! Personne à la rue... Pour rendre visible les invisibles. Un toit c'est un droit ! Personne à la rue...
Après 12 jours sur les pelouses de la #FacDeLettres de #ClermontFd, la #Préfecture a reçu une seconde fois une délégation de porte-paroles des associations et bénévoles qui chaque jour viennent en aide aux familles migrantes, qui vivent toujours sans toit, en plein cœur de Clermont-Ferrand.

Face à nos demandes précises, urgentes, concernant l’hébergement de la centaine de personnes qui survivent sur le campement, et la situation des 80 enfants hébergés en squat ou chez des militant.e.s par le Réseau Éducation Sans Frontières 63, la Préfecture n’a pas daigné proposer de véritables solutions.

Au mépris du droit qui fait de l’hébergement d’urgence un droit inconditionnel, la Préfecture a affirmé que certains n’avaient pas vocation à être hébergé. Elle ne compte pas ouvrir de nouvelles places à la veille de l’hiver, ni délivrer les titres de séjour qui permettraient véritablement de résoudre la situation.

Le RESF 63 s’indigne de constater que la Préfecture ne prend absolument pas la mesure de l’urgence de la situation, et ne propose aucune solution.

La réquisition d’un bâtiment public inoccupé, la solution la plus évidente pour répondre à la situation, relevant des pouvoirs du Maire, nous réitérons notre appel à Monsieur Olivier Bianchi, qui ne s’est toujours pas rendu sur le campement de fortune de la fac de Lettres.

Une trentaine d’élu.e.s s’est pourtant rapidement manifestée pour signer un appel vendredi 13 octobre, à l’initiative des conseillers municipaux Insoumis -Place au Peuple Marianne Maximiet Alparslan Coskun, appelant les pouvoirs publics (Préfecture, Conseil Départemental 63, Mairie de Clermont-Ferrand, Métropole Clermont-Auvergne ) à se réunir pour sortir rapidement de cette situation indigne.

Notre détermination n’est pas entamée, la solidarité autour des exilé.e.s enfle chaque jour. Nous continuons donc à réclamer un hébergement stable jusqu’à la fin de l’hiver pour chacun, et des papiers pour toutes et tous, seules issues possibles.

#ClermontFacSolidaire

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.