Munition contre une certaine ignorance.

Certaines personnes prétendant à de hautes dignités publiques tiennent des propos relevant d'une pauvre vulgarisation au lieu d'une vulgarisation enrichissante. En voici quelques exemples :

19/11/2015 http://www.dailymotion.com/video/x3eiv9n
[11:50] Marine Le Pen : -Ce laxisme qui suit la celui de Mme. Dati, il faut le dire, c'est dans la même philosophie, aujourd'hui les Français le payent lourdement. [12:00] Monsieur Cazeneuve qui explique que prôner le Djihad n'est pas un délit, et bien moi je considère…
Patrick Cohen : - D'où tenez-vous cette déclaration ?
M. L. P – Oui la dernière fois que vous m'avez fait ça Monsieur Cohen vous avez été obligé de constater que le tweet de Mme. Hidalgo, dont vous aviez contesté la réalité, était bien réelle. Vous vous souvenez ? Bien moi je me souviens, j'ai une bonne mémoire.
Thomas Legrand -Juste d'où vous la tenez, c'est tout.
M. L. P – Écoutez. C'est un propos qu'il a tenu je le crois de mémoire en 2014 sur Rtl. Mais l'ensemble de ceux qui nous écoutent retrouveront cette déclaration. Aussi prôner le Djihad est un délit, c'est surtout la marque d'une radicalisation dont on doit tenir compte.
P. C. -Je crois qu'il s'agissait…
M. L. P -M. Valls…
P. C. -Il s'agissait de l'interdiction d'un livre d'exégèse du coran qui faisait l'apologie du Djihad. Et cette phrase n'a pas été prononcé par Bernard Cazeneuve.
M. L. P -Monsieur l'avocat de Monsieur Cazeneuve puisque vous-êtes aujourd'hui.
P. C. -Est-ce qu'il est possible de vérifier vos propos Madame Le Pen ?
M. L. P -Mais vous avez le droit de vérifier mes propos. La dernière fois Vous avez vérifié les propos de Madame Hidalgo et vous vous êtes rendu compte qu'il était vrai.
P. C. -Je ne vous parle d'Hidalgo, je vous parle de Bernard Cazeneuve qui n'a jamais dit qu'il fallait prôner le Djihad, c'est celà, c'est tout, vous dites des choses…
M. L. P -Monsieur Cohen…
P. C.  -Comme vous avez dit avant-hier que Madame Taubira avait dit  qu'il fallait  :« comprendre les jeunes qui partent en Syrie »
M. L. P - Comprendre les jeunes qui partent en Syrie, oui.
P. C. -Vous avez trouvé. Où avez vous trouvé cette citation ?
M. L. P - Monsieur Cohen, Monsieur Cohen, on a vraiment beaucoup de chance parce que Internet marche encore, et par conséquent, croyez-moi, l'ensemble de ceux qui nous écoutent se feront un plaisir de vous redonner les sources
P. C. -Christiane Taubira, Christiane Taubira, avez-vous dit, a dit,  qu'il fallait comprendre les jeunes qui partent en Syrie
M. L. P - Je vous dis que c'est un propos qu'elle a tenu, mais je ne suis pas venu , mais je viendrai la prochaine fois avec l'ensemble de mes éléments. la prochaine fois je viendrai avec l'ensemble de mes éléments
P. C. - Écoutez, vous savez ce que l'on va faire Mme Le Pen ? On va écouter cette interview de Mme. Taubira, c'était à I-Télé en février dernier au micro de Laurence Haïm, écoutez la question de Laurence Haïm et la réponde de Christiane Taubira et on pourra juger la façon dont vous manipulez les déclarations des uns et des autres…
M. L. P – Jugez. Donc en fait  votre émission est un tribunal ? D'accord.
P. C. -Écoutez
M. L. P -On avait compris.
P. C. -Écoutez :
Laurence Haïm - Que dites vous à un jeune qui part en Syrie ? Et qui a envie de s'engager ?
Christiane Taubira -D'abord il faut s'interroger sur les ressorts profonds qui font que des jeunes soient réceptifs à ce discours de destruction, de dévastation de mort tout simplement. Qu'est-ce qui fait que lorsque l'on porte la vie en soit à cette âge là, pouquoi ce choix morbide ? Pourquoi ce choix mortifère ? Pourquoi ce choix sordide ? Pourquoi ce choix funeste ? Il nous faut comprendre cela.
P. C. - Voilà : «  Il nous faut comprendre cela. »
M. L. P -Et bien c'est de la folie, vous m'entendez ? C'est de la folie. Madame Taubira dans ce domaine, comme à l'égard des criminels et des délinquants qui pourissent la vie de nos concitoyens. N'a à mon avis qu'une seule priorité, c'est d'essayer de comprendre leurs ressorts intimes.se pencher au chevet de ses considérations. Et bien ce n'est pas le rôle.
P. C. - C'est ce que vous avez compris ? C'est son propos ?
M. L. P - C'est le rôle d'une assistante sociale. Surement pas le rôle du ministre de la justice. Le rôle du ministre de la justice…
Bernard Guetta- Si vous ne connaissez pas votre ennemi, vous perdez la guerre Madame Le Pen.
M. L. P - Non mais Monsieur…
B. G - Si vous ne comprenez pas l'ennemi, vous perdez la guerre.
M. L. P -Moi ce que je veux c'est que mon ennemi ne soit pas sur mon territoire. Et le rôle du ministre de la justice. C'est ça voilà. Et rien d'autre. Donc ces considérations comme beaucoup d'autres, méritent en effet à mon avis que confier la responsabilité de la sécurité des Français. À des gens qui ont cette vision là. C'est à mon avis laisser la France dans un grand danger.

De la même manière je termine mon propos.

 

M. Valls qui nous explique que le grand danger en france c'est le Front National, alors qu'il a des éléments, lui puisque nous les avions nous, du danger terroriste majeur que vit notre pays. Est-ce que vous croyez que c'est digne de la part d'un premier ministre ? Est-ce que vous croyez normal qu'un premier ministre dépense toute son énergie et son temps de parole à lutter contre un parti politique qui recueille en tout cas pour les dernières élections 25%, les Français jugeront les priorités de M. Valls..

 

 

 

« La vraie tragédie des pauvres est la pauvreté de leurs aspirations. » Adam Smith

 

https://www.brainyquote.com/fr/citation/adam-smith_383483

 

 

 

 

 

http://www.lepoint.fr/politique/manuel-valls-aucune-excuse-sociale-ne-doit-etre-trouvee-au-terrorisme-25-11-2015-1984728_20.php Publié le 25/11/2015 à 16:35 | Le Point.fr

 

 

 

« Manuel Valls a insisté sur le fait qu'"aucune excuse sociale, sociologique et culturelle" ne doit être cherchée au terrorisme après les attentats de Paris, car "rien ne justifie" en France de s'attaquer à ses compatriotes. "Dans notre pays, rien ne justifie qu'on prenne des armes et qu'on s'en prenne à ses propres compatriotes", a déclaré le Premier ministre lors de la séance des questions au gouvernement, sous les applaudissements venus des bancs de droite comme de gauche. Le Premier ministre répondait au député Les Républicains Jérôme Chartier (Val-d'Oise) qui avait exprimé sa "rage" contre "celles et ceux qu('il entend) qui cherchent des excuses aux terroristes", qui ne représentent "aucune idéologie" et ne sont "que des assassins".

 

Manuel Valls a jugé ces propos "très justes" alors que le gouvernement a insisté sur la réponse sécuritaire depuis les attentats du 13 novembre et se tient à l'écart de justifications sociales ou économiques. Seul le ministre de l'Économie Emmanuel Macron avait affirmé samedi que la société française devait assumer une "part de responsabilité" dans le "terreau" sur lequel le djihadisme a pu prospérer en France. Après les attentats de janvier, l'exécutif avait, en revanche, déclenché une réponse également sociétale, Manuel Valls dénonçant personnellement un "apartheid social, territorial et ethnique" en France et dans ses banlieues. »

 


http://www.dailymotion.com/video/x3eiv9n

« Si tu connais ton ennemi et que tu te connais toi-même, tu n'auras aucune raison de craindre l'issue de cent batailles.»
https://www.brainyquote.com/fr/citation/sun-tzu_155752
https://youtu.be/kjFB4j8ISJY?t=135

« Plus de scolarisation des clandestins. Et contribution au système scolaire de la part des étrangers sauf si ils cotisent en situation légale. Demander une participation aux étrangers pour la scolarisation de leurs enfants en France est une mesure qui ne me choque pas outre mesure, cela se fait dans beaucoup de pays » Mme. Le Pen 8 décembre 2016
http://www.bfmtv.com/politique/marine-le-pen-prone-la-fin-de-l-education-gratuite-pour-les-enfants-etrangers-1068279.html

« Alors Mme. Le Pen, qui a bien pu vous donner une idée pareille ? Et comment avez-vous fait pour la croire et la penser utile ? De dire :« On enseignera pas les enfants des étrangers qui sont présents sur notre sol. » Qui peut croire qu'une société devient meilleure en augmentant la quantité d'ignorance qu'elle contient ? Et bien ça n'est qu'une ignorante qui peut le croire ! »
M. Mélenchon 5 février 2017, 42ème minute et 11ème seconde. https://youtu.be/XlnQ801wWf4?t=2531

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.