Message de soutien de Frédéric Lordon

"Sauf à ceux qui ne veulent pas voir, la forme que cette lutte s'est choisie montre assez dans quel sens va la violence, d'où à où. Elle fait voir qui produit et qui détruit. Qui fait le travail et qui bousille les conditions du travail."

Sur le parvis de la direction © Jean-Pierre Levaray Sur le parvis de la direction © Jean-Pierre Levaray

 Ainsi nous en sommes là ? Il faut maintenant mettre en jeu son intégrité physique, ou comme dans le film En guerre de Stéphane Brizé sa vie même, pour obtenir des pouvoirs qu'ils écoutent ? Que les gens qui soignent le mal en soient conduits à choisir de se faire du mal pour pouvoir faire convenablement leur métier, et d'abord pour être simplement entendus, c'est le signe d'une tyrannie oligarchique qui ne peut elle-même que mal finir. En attendant, ce sont les gens qui finissent mal. En tout cas quand ils se laissent maltraiter isolément. Mais au centre hospitalier du Rouvray, comme dans beaucoup d'autres endroits, la lutte s'organise : elle change d'âme quand elle devient collective. Sauf à ceux qui ne veulent pas voir, la forme qu'elle s'est choisie montre assez dans quel sens va la violence, d'où à où. Elle fait voir qui produit et qui détruit. Qui fait le travail et qui bousille les conditions du travail. Qui soigne les gens et qui abîme les gens qui soignent les gens. Pour tous ceux qui ne sont pas soignants mais sont dans la lutte, la lutte des soignants est doublement exemplaire : elle l'est en elle-même, par la force de son exemple, mais elle l'est aussi parce que le métier de soignant est l'un des plus respectés et des plus légitimes dans la société. C'est pourquoi la lutte des soignants, d'une certaine manière, prête sa propre légitimité à tous ceux qui luttent en parallèle à eux et avec eux. C'est donc peu dire que nous devrions tous être attentifs à ce qui se passe au Rouvray, mais aussi dans tous les hôpitaux et les Ephad, où d'autres luttes admirables ont lieu. On ne sait pas trop comment s'y prendre, mais on voudrait pouvoir leur dire à tous, ici spécialement à ceux et celles du Rouvray, que nous les regardons, que nous les admirons, et que nous savons ce que nous leur devons. Nous voyons leur lutte comme les nôtres. On ose à peine, car en entrant dans la grève de la faim, ce sont eux qui payent de leur personne et pas nous, mais nous voudrions leur dire, un peu contradictoirement sans doute : prenez soin de vous et tenez bon !

Frédéric Lordon

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.