Gabon: La désinformation puissance 241

A l’occasion du décès de Jacques Chirac, le 26 septembre, le journal en ligne info241.com a profité pour remettre une couche d’infox sur la vitalité du président Ali Bongo Ondimba. Cet article est un indigne modèle de bêtise et de maladresse, au-delà du manque de respect pour l’ancien chef d’Etat français.

Ça pour une fake, c’est bien une fake ! La rédaction du site Info 241 vient de publier un reportage intitulé « Obsèques de Jacques Chirac : Ali Bongo est soit ‘mort’ ou ‘disparu’ ! », mettant l’accent sur l’absence du chef de l’Etat gabonais aux obsèques de l’ancien président français. Faisant feu de tout bois, même constitué par un cadavre encore frais, le journal en ligne accumule les contrevérités en ajoutant que cette absence n’est pas passée inaperçue dans la presse française. Il se base sur un seul exemple pour cela, des propos tenus à la va-vite par un commentateur de la chaîne d’info parisienne BFM TV.

Tout d’abord, les médias français ont très peu fait le compte des présents ou absents à la cérémonie qui se tenait à l’Eglise Saint-Sulpice. Pratiquement tous se sont contenté de relever la venue de dirigeants anciens ou actuels des pays dont on parle le plus dans le monde occidental, à savoir Bill Clinton, Vladimir Poutine ou Tony Blair. D’autre part, l’absence de chefs d’Etat africains n’avait rien d’extraordinaire. Seul ceux de nos voisins de Guinée équatoriale et Congo-Brazzaville, du Togo, de Djibouti et des Comores ont fait le déplacement, en effet.

Le commentateur de BFM TV, dans l’extrait de 27 secondes posté par info241.com, faisait avant tout référence à la disparition des dirigeants africains qui étaient aux manettes au même moment que leur défunt homologue. Ce monsieur n’était visiblement pas au courant des activités menées par ABO les jours précédents, entre l’ouverture du Conseil constitutionnel et la visite de Franceville. Ces derniers jours, notre président a par ailleurs dirigé le conseil des ministres, et rencontré un à un plusieurs d’entre eux. Il a également reçu les hauts responsables du FMI en charge du Gabon, de passage à Libreville. Ils se disent satisfaits des réformes entreprises afin de stabiliser sa situation économique, ce qui me semble être plus conséquent comme information.

Contrairement à Info 241, la presse française ne se perd pas en conjectures contreproductives sur l’état de santé du président gabonais. Il est bel et bien vivant, quoi qu’il ait pu s’échapper de la bouche d’un mauvais connaisseur de l’Afrique, invité à improviser sur des images montrant les hommages rendus à Jacques Chirac. En outre, les rédactions parisiennes ne font pas une fixation sur ABO, contrairement à ce qui est indiqué dans ledit papier.

Info 241 se présente pourtant ainsi, dans la page à-propos de son éditeur : « Les faits et rien que les faits étant au cœur de notre activité, nous garantissons un regard objectif et neutre sur les remous de l’actualité et leur retransmission fidèle. Info241.com, c’est l’information qui compte, qui éduque, qui divertit, qui instruit, sans distinction de bords politiques, d’appartenance religieuse ou géographique. » Ses animateurs pourraient se vanter, « en toute objectivité », de faire aussi dans « l’information qui trompe, qui abuse, qui mystifie, qui leurre, qui entortille, qui truque, qui maquille, qui exagère ». Et j’en passe !

« L'arbre sur la colline pense qu'il est plus grand que les autres » enseigne un proverbe africain. Info 241, isolé dans sa micro-vision des grands enjeux politiques, prend la petite colline où il opère pour la forêt où un vrai média se doit de saisir la complexité et la richesse de l’actualité. Et contrairement à ce qu’il indique, la chaîne BFM TV ne jambote pas autant que lui avec des informations gonflées comme la grenouille qui va éclater.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.