Sophie Obiang
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2019

Monsieur Ali Bongo Ondimba, restez fidèle à votre promesse d’un meilleur Gabon

Monsieur le Président, mettez un terme à cette chasse aux sorcières qui n’est pas digne de notre pays. Montrez que vous êtes toujours aux commandes

Sophie Obiang
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur le Président,

J’ai voté pour vous aux dernières élections. Malgré un premier mandat en demi teinte, j’ai continué à vous soutenir car je pensais que notre pays avait avant tout besoin d’unité et de stabilité. Parce que je n’ai aucune confiance dans les agitateurs stériles de l’opposition.  Et parce que j’ai cru à votre discours d’un nouveau Gabon. D’un nouveau Gabon qui joue enfin la carte de la méritocratie. Un Gabon qui sorte enfin de ses travers : clientélisme, corruption, clanisme, effet d’annonce. Un Gabon courageux qui construise une société meilleure pour tous les Gabonais. J’étais heureuse que vous fassiez confiance à un homme comme Brice Laccruche Alihanga. Un homme qui n’était pas du sérail. Un homme qui a agi pendant deux ans pour mener des projets concrets pour le Gabon.J’ai continué à vous soutenir quand l’opposition stérile profitait de votre état de santé pour raconter n’importe quoi. Qui disait que vous étiez mort.

Alors j’ai été très déçue du dernier remaniement. Pourquoi vous être séparé de Brice Laccruche Alihanga ? Pour quel motif ? Parce qu’il était devenu trop visible ? Qu’il montrait trop que lui travaillait et pas les autres ? Mais qui a empêché certains Ministres de travailler autant que lui ? Pourquoi sanctionner celui qui travaille ? Quel message cela donne t il à notre jeunesse ?

 Alors, maintenant, je vois que l’on invente des affaires sur ses proches pour les « dégommer ». Cela a commencer avec Renaud Allogho Akoue. Certains me disent que cela va continuer et que tous les membres de l’Ajev sont visés.

Alors que vous savez bien que ces personnes ont fait tout leur possible pour remonter la pente dans des administrations vérolées. Je ne peux croire que vous avez voulu cela. C’est votre entourage qui a monté ces cabales.

Je vous en prie, Monsieur le Président, mettez un terme à cette chasse aux sorcières qui n’est pas digne de notre pays. Montrez que vous êtes toujours aux commandes. Montrez que vous voulez faire respecter l’état de droit dans notre pays, et que les responsabilités ne varient pas en fonction de l’influence de vos courtisans.

Excellence, prouvez nous que vous êtes capable d’impulser un changement d’équipe sans commettre d’injustice envers ceux qui vous ont servi loyalement.

Car sinon, l’avenir s’annonce sombre pour notre pays.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra
Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana