Sophie Obiang
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 sept. 2019

Gabon: Un retour sportif et rural à la maison

Le président Ali Bongo Ondimba a séjourné à Franceville ce weekend, dans son bastion familial. Il a entre autres activités procédé à la mise en terre d’un plant d’ananas, démentant ainsi définitivement les fake news sur sa fantasmée disparition.

Sophie Obiang
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quel plaisir de regarder la transmission en direct, samedi matin sur Gabon 24, de la course internationale des 10 kilomètres de Masuku, à Franceville ! C’était rafraichissant de voir ces paysages montagneux et verdoyants aux abords de la rivière Mpassa, malgré la pluie battante que les objectifs des caméras pouvaient difficilement éviter. Ma joie a été encore plus grande en assistant au retour du chef de l’Etat gabonais dans son cher Haut-Ogooué.

Il semblait si heureux dans sa province d’origine, entouré des siens et salué par les gens de la région, après la remise des trophées. Les vainqueurs de cette deuxième édition du « Run in Masuku » sont deux Kényans, Kibiwott Kandieoria (en moins de 29 minutes) et Norah Jeruto Tanui (chez les dames). Je me félicite aussi de la performance de Marius Opana Lendengu, le premier coureur gabonais, sous la barre des 35 minutes.

Ali Bongo Ondimba était bien présent dans d’autres lieux de son fief familial. Il était accompagné par son directeur de cabinet, Brice Laccruche Alihanga, que des amateurs d’infox ont dit absent de ce weekend dans le Haut-Ogooué. Ils se sont également rendu dans le village Eyouga pour visiter sur le terrain un projet de plantation d’ananas et de bananes. Couvrant plusieurs hectares, il est destiné à fournir le marché local avec des produits alimentaires de bonne qualité, dans le cadre du programme GRAINE. Quoi de mieux comme message présidentiel, pour ce premier séjour en province après son rétablissement ? Il faut promouvoir comme le fait le chef de l’Etat cette agriculture créatrice d’emplois, remède contre la désertification rurale et la dépendance aux importations alimentaires.

Ceux qui osent encore parler de sosie d’ABO, dans des commentaires postés dans des sites de désinformation mal intentionnés, en sont pour leurs frais. Ils pourraient s’intéresser aussi aux autres manifestations organisées à l’occasion de ce déplacement. Je pense en particulier aux initiatives de la Fondation Sylvia Bongo, qui a ouvert un Village Rose, destiné à lutter contre les cancers féminins en faisant la promotion du dépistage. J’invite mes sœurs altogovéennes à y aller pour prévenir cette si terrifiante maladie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement