Sophie Obiang
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2019

Gabon : le maire d’Akanda injustement attaqué

Grégory Laccruche Alihanga subit des critiques virulentes infondées ces derniers temps. Ce qu’il a accompli en quelques mois pour sa commune, voisine de Libreville, plaide en sa faveur en effet. Ses opposants, vu leurs discours stériles, en seraient bien incapables.

Sophie Obiang
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je lis çà et là de virulentes critiques à l’endroit du maire d’Akanda, Grégory Laccruche Alihanga, notamment sur la mise en place d’un réseau de transport en commun, les fameux bus Trans’Akanda. Vivant à Akanda, je suis outrée par tant de médisance alors que ces lignes de bus permettent aux habitants de la ville de se déplacer à moindre coût et dans des conditions inédites au Gabon. J’utilise personnellement les services de Trans’Akanda pour aller voir ma mère et je peux vous dire que nous sommes enfin passés dans la modernité grâce à cette initiative du maire. On doit savoir reconnaître quand quelque chose est bien fait et ne pas se cantonner dans une critique stérile.

Il faut se renseigner pour étayer ses dires, et ne pas asséner des contre-vérités sous prétexte que l’on fait partie de l’opposition. Une de mes amies travaille pour la société Trans’Akanda. Elle m’a expliqué qu’il s’agit d’une société privée réglementée par le ministère des transports. Ce n’est pas une société publique et Grégory Laccruche Alihanga n’est pas le directeur général de cette société. Bien qu’initié par la mairie, le projet n’est pas financé par le budget municipal. Il ne coûte donc rien aux Akandaises et Akandais. Dans le même esprit que les partenariats public-privé (PPP) mis en place durant la présidence d’Ali Bongo dans les transports et l'énergie.

Je suis fière d’habiter Akanda, qui est devenue une commune modèle au Gabon. C’est indéniable que l’équipe municipale a à cœur de réussir sa mission en restant dans le cadre de son budget. Par exemple, les lieux de dépôt et collecte des ordures ont été réaménagés, et plus de 10 kms de voiries ont été bitumées ou pavées. La commune se développe tout en entretenant les infrastructures existantes. En seulement quelques mois de mandat, Grégory Laccruche Alihanga a également fait remettre à niveau l'éclairage publique, embellir les ronds-points, et tout un lobbying a été mis en œuvre pour l'emploi de plus de 50 jeunes. N’est-ce pas là ce que nous souhaitons tous ? Si on compare Akanda à Libreville, nous sommes des privilégiés à Akanda !

Peut-on aussi reprocher à Grégory Laccruche Alihanga d’avoir un frère directeur de cabinet du Chef de l’Etat ? Pour une fois qu’un maire donne de son énergie et de son expérience à notre ville, nous devons au moins le respecter. Si un certain Jean Ping avait été élu président, il aurait probablement nommé son cher fils Franck comme Ministre des Transports, car la mairie d’Akanda n’aurait sans doute pas été assez pour eux. Je veux dire, pas assez rémunérateur… Croyez-vous que les choses seraient meilleures ? Que nous aurions un seul de ces bus roulant au Gabon ? J’en doute fortement.

En revanche, Franck Ping aurait certainement su perpétuer la tradition familiale de s’en mettre plein les poches au détriment de la population. C’est d’ailleurs la seule raison qui pousse l’opposition à hurler et gesticuler en tous sens : le magot qui leur a été retiré des mains. Aujourd’hui, le Gabon avance dans l’intégrité et l’honnêteté. Et cela ne fait visiblement pas plaisir à tout le monde. Mais le plus important est que cela convient aux Gabonais. Eux ne sont pas dupes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine