Gabon : le maire d’Akanga injustement attaqué

Grégory Laccruche Alihanga subit des critiques virulentes infondées ces derniers temps. Ce qu’il a accompli en quelques mois pour sa commune, voisine de Libreville, plaide en sa faveur en effet. Ses opposants, vu leurs discours stériles, en seraient bien incapables.

Je lis çà et là de virulentes critiques à l’endroit du maire d’Akanda, Grégory Laccruche Alihanga, notamment sur la mise en place d’un réseau de transport en commun, les fameux bus Trans’Akanda. Vivant à Akanda, je suis outrée par tant de médisance alors que ces lignes de bus permettent aux habitants de la ville de se déplacer à moindre coût et dans des conditions inédites au Gabon. J’utilise personnellement les services de Trans’Akanda pour aller voir ma mère et je peux vous dire que nous sommes enfin passés dans la modernité grâce à cette initiative du maire. On doit savoir reconnaître quand quelque chose est bien fait et ne pas se cantonner dans une critique stérile.

Il faut se renseigner pour étayer ses dires, et ne pas asséner des contre-vérités sous prétexte que l’on fait partie de l’opposition. Une de mes amies travaille pour la société Trans’Akanda. Elle m’a expliqué qu’il s’agit d’une société privée réglementée par le ministère des transports. Ce n’est pas une société publique et Grégory Laccruche Alihanga n’est pas le directeur général de cette société. Bien qu’initié par la mairie, le projet n’est pas financé par le budget municipal. Il ne coûte donc rien aux Akandaises et Akandais. Dans le même esprit que les partenariats public-privé (PPP) mis en place durant la présidence d’Ali Bongo dans les transports et l'énergie.

Je suis fière d’habiter Akanda, qui est devenue une commune modèle au Gabon. C’est indéniable que l’équipe municipale a à cœur de réussir sa mission en restant dans le cadre de son budget. Par exemple, les lieux de dépôt et collecte des ordures ont été réaménagés, et plus de 10 kms de voiries ont été bitumées ou pavées. La commune se développe tout en entretenant les infrastructures existantes. En seulement quelques mois de mandat, Grégory Laccruche Alihanga a également fait remettre à niveau l'éclairage publique, embellir les ronds-points, et tout un lobbying a été mis en œuvre pour l'emploi de plus de 50 jeunes. N’est-ce pas là ce que nous souhaitons tous ? Si on compare Akanda à Libreville, nous sommes des privilégiés à Akanda !

Peut-on aussi reprocher à Grégory Laccruche Alihanga d’avoir un frère directeur de cabinet du Chef de l’Etat ? Pour une fois qu’un maire donne de son énergie et de son expérience à notre ville, nous devons au moins le respecter. Si un certain Jean Ping avait été élu président, il aurait probablement nommé son cher fils Franck comme Ministre des Transports, car la mairie d’Akanda n’aurait sans doute pas été assez pour eux. Je veux dire, pas assez rémunérateur… Croyez-vous que les choses seraient meilleures ? Que nous aurions un seul de ces bus roulant au Gabon ? J’en doute fortement.

En revanche, Franck Ping aurait certainement su perpétuer la tradition familiale de s’en mettre plein les poches au détriment de la population. C’est d’ailleurs la seule raison qui pousse l’opposition à hurler et gesticuler en tous sens : le magot qui leur a été retiré des mains. Aujourd’hui, le Gabon avance dans l’intégrité et l’honnêteté. Et cela ne fait visiblement pas plaisir à tout le monde. Mais le plus important est que cela convient aux Gabonais. Eux ne sont pas dupes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.