Soulaiman Raissouni
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juin 2021

Au revoir, Où ? Je ne le sais pas

« Depuis le premier jour de ma détention, j'attends avec impatience le jour où je pourrais m’exprimer dans un procès indépendant et équitable pour dénoncer le crime commis contre moi. Je suis prêt, impatient même, d’être jugé, mais en état de liberté » : Soulaiman Raïssouni, journaliste marocain emprisonné arbitrairement, en grève de la faim depuis près de 3 mois, s'exprime dans une lettre dictée le 17 juin 2021 à ses avocats.

Soulaiman Raissouni
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis entré aujourd’hui, jeudi 17 juin 2021, dans le 71e jour de cette bataille de la grève de la faim, grève dont ne doute ni la direction de la prison ni le ministère public.

Comment des gens sensés peuvent imaginer qu’on puisse être en bonne santé au troisième mois d’une grève de la faim, après avoir perdu 35 kg depuis son arrestation et 18 kg depuis avoir cessé de s’alimenter ?

Et après que sa jambe droite soit devenue presque paralysée comme l’ont constaté deux médecins de la prison ainsi que le professeur Boutayeb ? Ce dernier m’a foudroyé, devant la mission du Conseil national des Droits de l’Homme qui m’a rendu visite mercredi 16 juin, lorsqu’il m’a annoncé: « J’ai le regret de vous dire que vous ne recouvrerez pas la sensation de votre jambe droite même si vous reprenez la marche après des soins et la rééducation ».‎

Qui dit que ma grève de la faim est une preuve de lâcheté (comme me l’a dit le substitut du procureur général Messoudi), je répondrai : « D’accord ! Cessez de vous alimenter ne serait-ce que la moitié du temps qu’a duré ma grève et après cela, si vous me condamnez à la peine maximale, je l’accepterai volontiers. »

La grève de la faim est la forme de protestation la plus extrême. Ne peut l’entreprendre que celui qui a été victime de la plus grande des injustices. Bouazizi s’est-il immolé par lâcheté ?‎

Depuis le premier jour de ma détention, j'attends avec impatience le jour où je pourrais m’exprimer dans un procès indépendant et équitable pour dénoncer le crime commis contre moi.

Je suis prêt, impatient même, d’être jugé, mais en état de liberté. C’est mon droit et je l’obtiendrai, soit devant le tribunal de Casablanca soit devant le tribunal de Dieu.

Enfin, et ce que je vais dire n’a pas pour objectif d’obtenir la sympathie de celui qui détient le pouvoir judiciaire ou politique, mais ce sera mon dernier mot.

Je suis père d’un enfant qui n’a pas deux ans et si, par malheur, il devait subir une agression, je pourrais en perdre la raison et je serai capable de commettre un geste insensé, et bien  je vous dis, si j’ai violé quelqu’un, ou tenté de violer quelqu’un, ou même pensé un jour à commettre un tel crime, je demanderai à Dieu qu’il fasse subir la même infamie à mon fils.‎

Moi, qui a commencé cette grève qui peut me conduire à tout moment à la mort, je vous dis que si j’ai séquestré quelqu’un, que Dieu me refuse sa miséricorde et me jette dans les flammes de l’enfer.‎

‎Au revoir, Où ? Je ne le sais pas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro