Gilets Jaunes, bientôt le 17 novembre, on ne lâche rien

D'ici un mois, nous Gilets Jaunes allons souffler notre première bougie. Qui aurait parié un kopeck sur notre casaque jaune ? Personne. Alors n'écoutons pas les réseaux sociaux et les médias annoncer notre mort. Non, nous sommes vivants et bien vivants. Et le combat continue.

Gilets Jaunes, bientôt le 17 novembre, on ne lâche rien.

Depuis quelques temps, on voit apparaître des commentaires plutôt négatifs et je dirais même inquiétants incitant les Gilets Jaunes à renoncer à leur lutte. Ceux-ci émanent-ils de Gilets Jaunes ? Pour ma part, j'en doute énormément.

Eh oui, bientôt nous allons souffler notre première bougie et cela effraie le gouvernement qui tente de reprendre la main sur les mouvements sociaux pour imposer sa vision libérale de l'économie. Édouard Philippe ou Jupiter ne sont pas en position de force et ils le savent. Comment me direz-vous en être si sûr ? Simplement en écoutant Jupiter commenter la décision prise à Bruxelles au sujet de Sylvie Goulard qu'il voulait imposer à la commission européenne. Sa voix était fiévreuse, le ton nerveux, les mots acerbes. Nous avions du Sarkozy pur jus, petite taille grande gueule, indigne d'un président. Vouloir imposer Madame Goulard n'a pas du tout plu aux députés européens tout d'abord car cette candidate avait quelques soucis soit avec la justice soit de déontologie, d'autre part car le caractère hautain de Jupiter heurte à présent une bonne partie de l'Europe. Que cela plaise ou non aux français, Macron et Orban sont à mettre dans le même panier de linges sales. Ils sont aussi détestables et peu recommandables l'un comme l'autre. Jupiter comprend dorénavant qu'il ne pourra pas mener sa politique libérale au niveau de la France puis de l'Europe sans vaincre, je dirai écraser, la contestation dans son propre pays où sa réforme des retraites ne passe pas. On sent bien que l'entourloupe est derrière chaque mot, chaque virgule. Cette réforme est un vol manifeste pour tous les salariés. Les astres commencent donc à lui être réellement défavorables, surtout en novembre. Les Gilets Jaunes après 11 mois de lutte sont toujours là. Ils sont peut-être moins nombreux mais tout aussi déterminés que le 17 novembre 2018. Les braises ne demandent qu'à repartir de plus belle. Jupiter le sait, le gouvernement tout autant. Et puis, malgré ce que disent les médias, les GJ se sont un peu mieux organisés et structurés. Ce n'est pas encore suffisant, loin de là. Il reste beaucoup à faire, je le reconnais humblement mais nous ne sommes pas morts. Nous sommes vivants et attendons notre anniversaire avec impatience. Jupiter commence à avoir le fond de son falzar qui mouille. La pyramide ressemble de plus en plus à un château de sable tout prêt à s'écrouler. Autre indice de sa fébrilité, son discours à la nation prononcé à la Préfecture de Paris suite à l'assassinat de quatre fonctionnaires de police. Son ton martial et guerrier plutôt que rassembleur était un clin d’œil à la droite réactionnaire, autoritaire sur laquelle il tente de faire main basse pour s'assurer d'une assise électorale. Ce n'est pas encore suffisant. Il faut convaincre ces emmerdeurs de Gilets Jaunes à rentrer chez eux. Alors le meilleur moyen est d'utiliser les réseaux sociaux et de propager des fakes news. Ce fut le cas avec Hadama Traoré accusé par le gouvernement d'intentions ou de projets, non suivi d'actes, visant à défendre l'assassin. Lui-même les dément farouchement dans un article publié dans le Parisien le 09 octobre 2019 dont voici le lien. http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/hadama-traore-ne-soutient-pas-le-tueur-de-la-prefecture-de-police-de-paris-09-10-2019-8169462.php

Où est la vérité ? Je n'en sais rien mais je pense que le gouvernement a utilisé à des fins médiatiques des propos sortis de leurs contextes. Hadama Traoré n'est sûrement pas un saint, un sot peut-être, mais à mille lieu du portrait dressé de lui par Castaner. Pour exciter le peuple, il suffit donc de trouver un imbécile qui jouera le rôle de bouc émissaire et de le lancer en pâture à la foule qui s'empressera de le lyncher sur l'autel médiatique. L'affaire Xavier Dupont de Ligones devrait nous inciter à la plus grande prudence. On oublie ainsi de parler des vrais problèmes. Voilà un des étages de la fusée de la macronie pétocharde : détourner la réflexion citoyenne en utilisant le sentiment xénophobe de certains. C'est tout à fait haïssable et consternant.

Ensuite il faut distiller le doute, l'ennui, la lassitude, la fatigue et j'en passe. C'est une guerre psychologique que mène Jupiter contre un ennemi tout de jaune vêtu car il faut bien le reconnaître, être Gilet Jaune n'est pas uniquement porter sa chasuble tous les samedi si cela est encore possible compte tenu de la répression policière mais la porter nuit et jour comme une fierté nécessaire, indispensable à sa condition de citoyen. Nous sommes libres et fraternels, combatifs et décidés. Ce que je constate est la présence de plus en plus souvent de posts ou de commentaires négatifs, par exemple sur FB, nous incitant à stopper nos actions parce qu'elles seraient inefficaces et stériles. Si elles étaient aussi inutiles que cela, il y a bien longtemps que tout serait fini, que nous aurions rangé nos étendards et remis nos gilets jaunes dans le coffre de nos voitures. Notre dignité, bafouée par ce régime maudit, ne saurait s'en contenter. Nous n'avons pas battu le pavé, affronté les rigueurs du climat, subi vos outrages inqualifiables pour nous arrêter au milieu du gué. Non, nous sommes convaincu de la justesse de nos revendications.

Il y a depuis quelques jours en France l'apparition du mouvement international Extinction Rébellion (XR) né en UK en 2018. Celui-ci interroge nombre de mes amis GJ qui pensent qu'il est commandé ou manipulé par le pouvoir. Je n'en sais rien mais le doute est là puisque de nombreux posts et commentaires s'en font l'écho. Pour ma part, ce mouvement venu d'Angleterre a sur les GJ une longueur d'avance quant à son organisation très structurée. Leurs objectifs sont simples tout comme leurs mots d'ordre. Il faudrait pour notre part construire malgré nos divergences un mouvement avec un seul slogan comme « Pas de paix sociale sans justice sociale » et se mettre sous ce parapluie tout en déclinant nos actions à partir de ce slogan. Il faudrait de plus avoir une structure nationale simple et réellement efficace ce qui nous demanderait de taire nos ego. Pourquoi XR semble ne pas avoir de problèmes avec la police ? Tout d'abord sa structure interne et ses modes d'action très médiatiques poussent le pouvoir à la prudence, à cela ajoutons que la lutte pour le climat avec Greta Thunberg comme égérie est juste pour de très nombreux citoyens, ensuite le gouvernement ne peut pas se permettre d'ouvrir plusieurs fronts de revendications en même temps, pour finir Jupiter craint la convergence des luttes ce qui serait pour lui une catastrophe si GJ, XR, syndicats et autres ONG le faisaient. Pour ces quatre raisons, plus quelques unes que j'ignore certainement, le gouvernement semble y aller mollo avec XR. Jusqu'à quand, est la bonne question.

Il nous reste un peu plus d'un mois avant de souffler notre première bougie. Qui aurait parié un kopeck sur la casaque jaune il y a un an ? Personne, pas même moi, je dois le reconnaître. Par fanfaronnade, je parlais avec mon ami Nicolas au cours de notre manifestation de Rennes qu'il nous restait à peu près 170 actes avant de congédier l'arrogant Jupiter. C'était une boutade. Hé bien voilà qu'une partie du pari est accomplie. Une partie seulement. Pour réussir la deuxième, plusieurs conditions sont nécessaires. Tout d'abord, garder notre détermination intacte et donc ne pas croire tout ce qui se dit ou écrit contre les Gilets Jaunes sur les réseaux sociaux ou dans les médias. Il y a certainement des trolls et des agents infiltrés parmi nous qui jouent le rôle de cinquième colonne, celle de la résignation et du mensonge. Ensuite, mieux nous structurer au niveau national et avoir des slogans percutants. Pour finir, on ne gagnera pas dans la division, c'est à dire qu'il nous faut la convergence des luttes rassemblant tout à la fois citoyennes et citoyens, ONG et syndicats. La désunion, la méfiance et la peur seront nos pires ennemis que Jupiter et sa bande exploiteront avec grand plaisir. Soyons donc unis et ne lâchons rien car au-delà de Jupiter, nous nous battons pour un monde meilleur où chacun retrouvera sa dignité perdue.

 

Spartacus 2022

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.