Jésus était-il Gilet Jaune ?

Jésus était-il le premier Gilet Jaune sur le rond-point de Nazareth sur la route de Bethléem ?

Jésus était-il Gilet Jaune ?

La première fois que que je l'ai rencontré c'était au rond-point de Nazareth sur la route de Bethléem. Il avait l'air pas bien riche mais honnête homme comme peuvent l'être les prolétaires du désert. Il ne mendiait pas, au contraire, il partageait ce qu'il avait avec plus pauvre que lui. Chez lui, tu ne trouvais aucun bijou, aucun bibelot, juste une table pour recevoir et un couvert poser dessus pour le voyageur qui arrivait tard le soir. On le prenait bien pour un fou lorsqu'il prétendait changer l'eau en vin ou bien marcher sur l'eau. Ces amis, car il avait des amis, l'écoutaient avec amour, avec ce qu'il faut de bienveillance pour espérer bâtir un monde meilleur. Il était simplement généreux, désintéressé et altruiste. Quand il prenait son Gilet Jaune, on devinait qu'il allait porter la bonne parole, celle de la fraternité dans les villages alentours. Pierre, Paul, Jacques ou Mathieu n'exigeaient rien de lui, ne lui faisait aucun reproche. Ils le suivaient simplement pour ce qu'il était ; un homme charitable.

Je l'ai croisé une autre fois dans un temple toujours avec son Gilet Jaune sur le dos. Il était courroucé, énervé de voir tous ces marchands du temple ; les Vinci, les Bolloré, les Bouygues et leurs amis profiter du lieu pour dépouiller de leurs maigres économies de pauvres innocents. Ces gens se sont montrer rancuniers. Ils n'ont eu de cesse dès lors que de le calomnier, de le critiquer, de le discréditer auprès du peuple. Les plus farouches de ces accusateurs se nommaient Benmacron et Bencaster, deux hommes sans foi ni loi, prêts à éborgner le premier venu. Sa mère Marie l'avait averti que le monde était rempli de ces requins assoiffés de pouvoir et de reconnaissance. Hélas, il ne s'est pas méfié. Avec deux complices, Judas Benlemaire et Judas Bendrian, ils ont réussi à convaincre la foule de sa dangerosité. Embarqué par la milice, il fut déclaré coupable par un pouvoir corrompu, oui, coupable d'aimer les gens, coupable de réclamer justice, coupable de désirer un monde meilleur. Le peuple par lâcheté l'a abandonné, pire l'a une nouvelle fois condamné.

Sur la croix, il portait encore son Gilet Jaune dans le cœur. Il ne voulait pas être un martyre, juste un homme de bien et d'amour. Dans l'histoire de l'humanité, d'autres Gilets Jaunes se sont dressés devant l'injustice. Ils se nommaient Spartacus, Cincinnatus, Solon, Kolokotronis, Saint Vincent de Paul, Mère Térésa, Coluche, l'abbé Pierre. Tous ont rejeté les honneurs, tous ont combattu l'iniquité pour bâtir au nom du peuple une société plus juste, plus fraternelle, plus égalitaire.

Les coupables, les Benmacron et les Bencaster aidés des Judas Benlemaire et des Judas Bendrian se sont empressés d'utiliser sa notoriété pour mieux asservir le peuple. Ils ont détourné son message d'amour et de fraternité pour en faire un message de rédemption et de soumission. Là-haut, disaient-ils, vous serez plus heureux qu'en bas. Donnez nous votre argent, soumettez vos âmes à notre volonté, obéissez à dieu, oubliez vos rêves, prosternez-vous. Ce dieu n'était qu'un veau d'or qui ne remplissait les poches que des Vinci, des Bolloré ou des Bouygues. Ils bannirent Jésus qu'ils remplacèrent par Christ. Tout notre malheur vient de cette antique supercherie qui conduisit l'homme sur la route de la soumission. 

Aimons-nous vivant car je n'ai jamais rencontré une seule personne revenue des cieux m'affirmer que les derniers sur terre seront les premiers au royaume de dieu. Demandons justice ici bas pour nous et tous nos frères humains. Et j'affirme haut et fort que cette demande de justice est bien le seul message qu'il faut retenir de ce premier Gilet Jaune que les hommes ont crucifié.

 

Spartacus 2022

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.