#GCO Strasbourg : Soutien aux grévistes de la faim, pour un moratoire sur le projet

Pour défendre le climat et l’environnement, cinq citoyens du collectif « CGO Non Merci » sont en grève de la faim depuis un mois. Ils dénoncent le sacrifice de plus de 300 hectares de terres agricoles fertiles et d’espaces naturels, pour un couloir à camions qui vise à contourner l’écotaxe allemande. Le collectif propose des solutions alternatives.

Alors que tous les recours ne sont pas purgés, et malgré l’avis défavorable du Conseil national de protection de la nature, le gouvernement a autorisé Vinci à démarrer les travaux du GCO (Grand Contournement Ouest de Strasbourg), un projet de 24 km d’autoroute à péage.

Pour défendre le climat et l’environnement, cinq citoyens issus du collectif « CGO Non Merci » sont en grève de la faim depuis un mois. Ils dénoncent le sacrifice de plus de 300 hectares de terres agricoles fertiles et d’espaces naturels, pour un couloir à camions qui vise à contourner l’écotaxe allemande. Le collectif regroupe des associations, des élus, des agriculteurs-trices et des citoyen-ne-s qui refusent ce projet autoroutier et proposent des solutions alternatives.

A ce jour, des hospitalisations ont commencé. Il est urgent de mettre fin au mépris de l’environnement et de ses défenseurs.

Il est incompréhensible que le gouvernement refuse de réexaminer cette décision, au motif que l’autorisation des travaux a été délivrée en janvier dernier, alors que le projet d’A45, piloté aussi par Vinci, qui était pourtant « techniquement, juridiquement et financièrement bouclé depuis avril 2017 » a été abandonné.

A moins que les raisons de ce refus reposent sur des considérations à l’égard du seul concessionnaire, qui a vu aussi le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes être stoppé ?

C’est pourquoi, nous demandons, en soutien aux cinq personnes qui mènent encore cette grève de la faim, un moratoire, la nomination d’une commission de médiation et l’arrêt des travaux en cours. 

À Strasbourg comme à Rouen, renonçons à ces projets anachroniques et destructeurs du climat, de la biodiversité, des terres agricoles et de la cohésion de nos territoires.

Le collectif Non À l’autoroute A133-A134 

https://m.facebook.com/NonALAutorouteA133A134/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.