Les anciens périls de l’humanité

Tous plus faux les uns que les autres !

Le but de ce blog, c’est de rappeler que depuis des lustres, on se trompe sur ce qui représente une réelle menace pour l’humanité. Je vais donc reprendre l’un après l’autre les anciens périls historiques pour montrer à quel point ils étaient tous surévalués, et nous paraissent même grotesques à présent. J’en viendrai dans le blog d’après aux nouveaux périls de l’humanité qui sont « agités » à l’heure actuelle, mais qui ne sont en réalité pas plus crédible que les anciens. Et dans le blog encore après, j’aborderai ce qui me semble être pour moi les véritables périls civilisationnels dont nul ne parle…

Le tout premier péril que beaucoup sans doute ont oublié, c’est celui de la fin du monde. Car au pré Moyen Âge, la plupart des peuples européens craignaient cette apocalypse qui surviendrait à l’an 1000. Et c’est quand ce cataclysme ne s’est pas produit, qu’à commencé à décliner la croyance superstitieuse des peuples dans le diable, l’enfer et la religion (pas tout de suite au sein des peuples arriérés, mais indéniablement au niveau des dirigeants). Je reste persuadé que c’est aussi par rapport à cela qu’ont été initiées les croisades. Les croisades sont une énigme dans l’histoire car elles ont représenté un mouvement colossal d’hommes et de moyens, qui n’était motivée par aucun but matériel (du moins au début), ni pour conquérir des terres, ni pour acquérir des richesses. Incompréhensible pour une personne vivant à l’époque actuelle… sauf à se rappeler de cette fameuse peur de la fin du monde en l’an 1000. Tous les historiens admettent que la première croisade a eut lieu avant tout dans un but pieux, pour racheter les péchés de l’humanité : mon interprétation est que cette première motivation était de remercier Dieu que l’Apocalypse ne se soit pas produit comme tous le craignaient.

Il y a eu ensuite un vieux péril datant des années 50 : la crainte de la famine dans le monde, parce que l’on ne pourrait pas subvenir aux besoins en nourriture d’une population mondiale croissante. Je renvois pour mémoire au très bon film d’horreur « Tarentula » que je recommande à tous. Le professeur responsable de l’expérience recherche des croissances accrues pour les plantes, car il craint de ne pas pouvoir subvenir aux besoins alimentaires d’une humanité qui va bientôt atteindre… les 2 milliards ! Évidemment le chiffre fait sourire à présent que nous sommes près de 8 milliards.

Il y a eu ensuite un autre péril peu après, années 60-70, sur la crainte de l’holocauste nucléaire, avec un paroxysme au moment de la crise des missiles de Cuba. Or là encore, on constate que ce péril n’arrivera jamais, y compris avec un personnage aussi psychopathique que le dictateur de Corée-du-Nord. Mais ça n’a pas empêché tout une série de comportements de foldingue jusque dans les années 80 avec des gens qui se sont mis à construire leur abri nucléaire personnel un peu partout !

Il y a eu la crainte des pandémies infectieuses, en particulier avec le sida où on a entendu des choses folles : que l’Afrique serait complètement décimée, qu’il y aurait même un plan secret de repeuplement par les Asiatiques. Bien entendu aucune de ces âneries n’est arrivée, sans compter que le sida n’est pas la pire catastrophe humanitaire dans l’histoire, loin s'en faut :

  • par exemple les épidémies de peste, notamment celle de 1350 qui a décimé la moitié de la population européenne,
  • ou la mort des trois quarts des populations précolombiennes suite à l’introduction de la variole par les Européens,
  • ou encore la grippe espagnole qui a fait plus de victimes que la première guerre mondiale en contaminant un tiers de l’humanité,
  • et on pourrait en mettre des centaines d’autres, typhus, choléra, Ebola… ou la grippe H5N1, gérée à l’époque par la catastrophique Madame Bachelot (qui après son numéro de clown s’est recyclée ensuite en animatrice télé) dont on a vu que cela a créé une hémorragie dans les dépenses publiques, mais pas dans la population !

Il y a ensuite les périls « cosmologiques » qui sont grosso modo de deux ordres :

D'abord la chute d’un météorite suffisamment gros pour exterminer l’humanité tout comme cela a eu lieu avec les dinosaures. Même statistiquement très faible, je suis d’accord que le risque est réel. Ce d’autant que l’on pense même que l’extinction Permienne, qui pour mémoire a tué beaucoup plus d’être vivant que celle des dinosaures et qui a même failli éteindre la vie sur terre, était aussi créée par un météorite (mais encore plus gros que celui des dinosaures qui auraient même fait un contrecoup sismique à l’opposé de la terre avec les volcans monstrueux des trappes de Sibérie). Sauf que ce problème est pris très au sérieux par la NASA depuis des décennies, avec une organisation permettant de repérer et de pister les astéroïdes les plus gros, ainsi que des plans pour empêcher une collision. Certes le scénario est encore un peu faible, notamment concernant les plans d’action pour dévier un gros météorite. Mais néanmoins, je considère que le problème est géré, et que l’humanité sera prête pour y faire face, quand bien même le drame se produirait un jour.

Et il y a ensuite le péril de l’invasion extraterrestre. Certes sur un plan théorique, si des extraterrestres avaient la technologie pour venir sur terre, cela signifierait qu’ils auraient une technologie bien supérieure à la nôtre, et que comme toutes les espèces supérieures technologiquement, ils nous asserviraient, ou nous anéantiraient. Je n’ai effectivement aucun doute sur ce qu’il se produirait dans une telle hypothèse, si j’en juge par ce qu’il s’est produit au sein de l’humanité quand une civilisation technologiquement inférieure a été confrontée à une civilisation technologiquement plus avancée (dixit les civilisations précolombiennes, les Indiens d’Amérique etc.). Évidemment les films américains sont risibles sur le sujet en voulant faire croire que de braves combattants terriens pourraient battre une civilisation extraterrestre plus avancée : il n’y a qu’à imaginer des fantassins romains confrontés à une armée moderne avec armes automatiques, drones et missiles ! Sauf que pour que cela arrive un jour, il faudrait qu’une civilisation extraterrestre plus évoluée que la nôtre existe. Et là j’en doute. Il serait trop long ici d’expliquer pourquoi mais grosso modo il n’est pas possible qu’une telle civilisation ait beaucoup plus d’avance que nous chronologiquement, car les conditions d’apparition de la vie dans l’univers n’étaient de toute façon pas réunies avant la période où la vie est apparue sur terre. Et il y a aussi la preuve par le fait lui-même que personne n’est jamais venue. Quand on voit l’avancée exponentiellement croissante des connaissances et de la technologie humaine ; imaginons un peu ce que serait la suprématie technologique d’une civilisation extraterrestre qui n’aurait ne serait-ce qu’un million d’années d’avance sur nous… Si tel était le cas, elle aurait déjà les moyens de nous détecter par les multiples ondes radio que nous avons émis depuis un siècle, et surtout la capacité de venir s’occuper de nous. Donc si tel n’est pas le cas, c’est très probablement que j’ai raison et que nous sommes la seule espèce intelligente dans tout l’univers, entourée d’une poignée de vie sur quelques planètes éparses, mais à l’état de vie microbienne qui n’est pas prête de nous menacer !

Donc en résumé, ce que je montre dans ce catalogue, c’est que tous les vieux périls qui ont été agités dans l’histoire sont clairement considérés aujourd'hui comme obsolètes, et n’avaient manifestement pas lieu d’être. Et je prédis exactement de même pour ceux qui sont agités actuellement et que j’aborde dans le blog suivant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.