Les Fusillés pour l’exemple de 1914-1918 vont être réhabilités par les citoyens

La Mairie de Chauny dans l’Aisne a décidé d’affecter un terrain municipal pour ériger le Monument en hommage aux Fusillés pour l’exemple.

https://www.fnlp.fr/news/492/23/Les-Fusilles-pour-l-exemple-de-1914-1918-vont-etre-rehabilites-par-les-citoyens-de-ce-pays/d,lp_detail.html

.../...

Ce monument sera le symbole de l’injustice dont les Fusillés furent victimes, de leur réhabilitation par le peuple français, par les citoyens, puisque c’est une souscription publique nationale qui en aura permis la réalisation.

La vérité de la guerre de 1914, écrite dans la pierre, permettra que l’on se souvienne et qu’on rende leur honneur à tous ces hommes. On verra les condamnés, les mains attachées. On imaginera facilement en face d’eux les pelotons avec les fusils. Et on se souviendra des fortes paroles de Giono à propos du « pacifique devant les fusils » : « Est-il donc si fort qu’on n’ose pas le faire fusiller par un seul homme ? On s’occupe de lui comme d’une chose extrêmement importante et grave, car, ainsi immobile, attaché, et peut-être déjà les yeux cachés, il est effrayant ; et les soldats de métier se rendent bien compte tout de suite par un instinct militaire, qu’il n’y a pas d’ennemi plus dangereux pour eux que cet homme seul, prisonnier et muet. »

Résultat de la bataille pour la réhabilitation, fruit d’une souscription nationale, le monument exprimera le refus de la guerre, de toutes les guerres. Nous savons l’importance d’un monument pacifiste, que ce soit celui de Gentioux avec l’écolier qui crie « Maudite soit la guerre ! », ou  celui de Tarnos qui a retrouvé cette année ses inscriptions pacifistes : « L’Humanité n’a qu’un chemin : la paix ». Le monument de Chauny sera une réponse à Pétain qui, en 1917, a mené la répression des mutins, et qui, à partir de 1940, n’a eu de cesse d’enlever les traces de toute opposition à la guerre, en particulier sur les monuments de Draguignan et de Rochechouart.

.../...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.