Taise(eee)z-vous !

Saturé, fatigué, blasé ! Trois adjectifs qui résument assez bien mon état d'esprit en cette rentrée 2020.

Alain Finkielkraut dans l'émission "Ce soir ou jamais" © capture d'écran Alain Finkielkraut dans l'émission "Ce soir ou jamais" © capture d'écran
Ça n'intéresse probablement personne mon état d'esprit après tout. C'est vrai quoi, je ne suis ni un pipole, ni une de ces figures tutélaires qu'on voit à longueur de journée se succéder sur les chaînes d'info en continu (et ce depuis la création de l'ORTF pour certains d'entre eux). Alors pourquoi cette prétention à vouloir disserter sur mon état d'esprit et donner mon avis ? Tout le monde s'en fout mais tout le monde le fait ! Alors puisque je me prends suffisamment au sérieux pour le faire... Cet endroit n'est-il pas (aussi) fait pour satisfaire son égo d'apprenti journaliste-éditorialiste ? Et comme j'imagine que quelques uns parmi-vous se retrouveront dans ce billet d'humeur de rentrée, je me dis que ces confessions vous intéresseront peut-être. Mes excuses à Mediapart d'encombrer un peu plus ses serveurs informatiques...

À la façon du Youtubeur de la chaîne "Bonjour tristesse" donc et après un été pas franchement fou, je vais ici dérouler mes états d'âme. Au fait, saviez-vous que Matthieu Longatte s'était mis à la musique, au rap en particulier ? C'est plutôt bien, je vous invite à faire un tour sur sa chaîne ici.

Étrangement, le fait d'être saturé-fatigué-blasé, me donne envie de me remettre à mon clavier (d'ordinateur). Peut-être parce que c'est quand quelque chose ne va pas qu'on est le plus inspiré... Saturé d'informations, de débats stériles, de conversations au ras des pâquerettes. Fatigué par ce flux anxiogène et asphyxiant d'actualités toujours plus déprimantes. Blasé par tant de médiocrité. Plus haut, je parlais de l'ORTF. Sûrement qu'à l'époque on devait tout autant se plaindre de la liberté d'expression et de l'information aseptisée. Mais là au moins on présentait les choses avec classe et élégance. Désormais, que ce soit CNEWS, LCI, BFMTV pour ne citer qu'elles, c'est devenu un déversoir à purin. On y dit tout et n'importe quoi sans aucune pensée approfondie et nuancée. Sans aucun intellectuel de grande qualité mais plutôt des piliers de bar comme Cohn-Bendit, Ferry, Zemmour, Finkielkraut et même... Onfray (liste non exhaustive, n'hésitez pas à compléter en commentaire). Non que j'arrive à la cheville d' Onfray niveau philo mais force est de constater que la teneur de ses propos se dégrade d'année en année et devient de plus en plus "putaclic". Il est vrai que si tout le monde était beau et gentil, le monde ne serait-il pas plus ennuyeux ? Ou alors, ne serait-ce pas que je sois aigri et que ma seule satisfaction dans la vie est de pouvoir me défouler sur des gens qui ont en apparence réussi dans la vie ? C'est possible aussi.

Le problème est que réussir dans sa vie sous-entend de parvenir à s'adapter dans une société et un monde malades. Et moi personnellement je n'y parviens pas très bien. Non que je ne me laisse pas perfuser par tout ce à quoi le capitalisme peut me donner accès en terme de plaisirs artificiels, mais plutôt que j'en suis conscient et c'est bien là la différence.

Je sature d'informations de piètre qualité. Qui est capable aujourd'hui de m'expliquer clairement ce qu'il en est de la crise sanitaire due au, pardon À LA Covid-19 (oui, certains ont eu le temps de réfléchir à la façon d'employer le nom du virus) ? Moi je n'ai plus trop d'avis sur la question... entre seconde vague et psychose organisée mon coeur balance. Et avez-vous vu cette habitude qu'ont désormais les chaînes d'info à intégrer dans leur bandeau en "base line" (comme on dit dans le marketing) non plus des informations mais des questions  du genre : "La France ensauvagée ?", "La fin des gilets jaunes ?", "Danielle Obono une intégriste ?" "Macron le magnifique ?" Bon... les deux derniers titres sont de moi, mais c'est pour mieux illustrer dans quelle boue pataugent les rédactions. Et je suis fatigué, mais alors FATIGUÉ par les thématiques faisant ouvertement écho aux discours d'extrême droite, à l'instar du torchon Valeurs Actuelles et de ce que lui inspire Danielle Obono. "Valeurs Actuelles"... actuelles, pas si sûr. Ce que l'on sait, c'est d'où proviennent ces valeurs : du caniveau de l'histoire. Pendant tout ce cirque, de brillants intellectuels nous ont quitté. qu'il s'agisse de Bernard Stiegler ou David Graeber, on ne les aura pas beaucoup vus dans les médias menstrime... oui j'en ai marre aussi de l'anglais partout !

Enfin voilà. En cette rentrée 2020 j'ai un peu le moral dans les chaussettes. Ré-entendre chaque matin sur "Inter" Demorand couper la parole des auditeurs ou Salamé acculer ses invités d'un "Et alors qu'est-ce qu'on fait ?" quand elle ne peut pas les saquer, ça me déprime grave. Tout comme retrouver Olivier Mazerolle sorti de son EHPAD, en permission sur LCI. Je me suis donc mis en cure de désintoxication avec une bonne diète médiatique. Le matin, mon poste est désormais réglé sur TSF jazz. Les informations y sont rationnelles et quel bonheur de se réveiller sur quelques notes de Miles Davis !

Bonne rentrée à tous et hauts les coeurs !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.