Du Yémen au Liban, les offensives douteuses de l’Arabie saoudite (Orient XXI)

Désormais, le prince héritier saoudien Mohamed Ben Salman est devenu l’homme fort du royaume. L’Iran a conseillé aux houthistes, en 2014, de ne pas prendre le contrôle des institutions gouvernementales. Au lieu d’une aventure futile pour prendre pied au Yémen, l’Iran est probablement plus soucieux d’empêcher l’Arabie saoudite d’établir une domination indirecte sur ce pays.

À la veille de la visite officielle du prince héritier saoudien Mohamed Ben Salman au Royaume-Uni, en mars 2018, le ministre des affaires étrangères Adel Al-Joubeir, producteur accompli d’argumentaires politiques, a expliqué dans une interview à la BBC1 : « La guerre au Yémen nous a été imposée. Ce n’est pas une guerre que nous avons choisie. C’était une guerre pour appuyer un gouvernement légitime et les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. Nous n’avons pas demandé à faire cette guerre. »

Les analystes occidentaux affirment souvent que depuis l’intronisation du roi Salman en 2015, l’Arabie saoudite mène une politique étrangère plus affirmée et plus stratégique que sous ses prédécesseurs. Ses récentes initiatives visant à modifier le statu quo dans plusieurs pays de la région sont sans doute les plus audacieuses qu’ait connues l’Arabie saoudite depuis la seconde guerre mondiale. En alliance avec plusieurs autres États, l’Arabie saoudite a récemment lancé une campagne militaire au Yémen (depuis 2015), bloqué le Qatar (depuis 2017) et forcé le premier ministre libanais Saad Hariri à démissionner (2017). Pour le New York Times, ce dernier épisode « n’était qu’un chapitre dans l’histoire du prince Mohamed, le jeune héritier ambitieux déterminé à bouleverser les structures du pouvoir non seulement de son propre pays, mais de toute la région ». L’article se concentrait sur les liens entre les crises au Yémen et au Liban, à travers l’accent mis par la rhétorique saoudienne sur l’Iran et le Hezbollah.

Si ces rivalités régionales sont importantes, la façon dont l’Arabie saoudite « gère » le Yémen et le Liban présente certains parallèles. Les dirigeants des deux pays ont été traités par les autorités saoudiennes comme s’ils étaient des vassaux du roi.

 

La suite ici sur le site de Orient XXI :

https://orientxxi.info/magazine/du-yemen-au-liban-les-offensives-douteuses-de-l-arabie-saoudite,2430

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.