Crimes israéliens, coopération européenne

Malgré les massacres de 2008-2009, 2012, 2014, malgré la poursuite de la colonisation (qui est un crime de guerre) et malgré l'autorisation donnée par Netanyahu à ses soldats de tirer à balles réelles sur les Palestiniens, Israël continue de bénéficier d'un accord commercial très avantageux avec l'Union Européenne, et de recevoir d'importantes subventions de l'Union. Alors que, d'après les règles mêmes de l'Union Européenne, ces avantages devraient être conditionnés au respect des droits de l'homme et du droit international par Israël.

L'Union Européenne, premier client d'Israël, a tout à fait les moyens de faire pression sur cet état pour l'obliger à ne pas envahir toute la Palestine avec ses implantations illégales.

ELEMENTS SUR LA COOPERATION MILITAIRE ENTRE LA FRANCE ET ISRAEL

L'Ecole Polytechnique a plusieurs accord :

http://www.aurdip.fr/nouvel-accord-x-technion-l-ecole.html

Article d'Alain Gresh qui date de 2011, mais depuis Hollande et Valls ont bien suivi Sarkozy :

http://blog.mondediplo.net/2011-07-25-France-Israel-comme-en-1956

ELEMENTS SUR LA COMPLICITE DE L'UNION EUROPEENNE AVEC ISRAEL :

Article écrit en novembre 2013 par la Chambre de commerce Franco-Israélienne :

http://www.israelvalley.com/news/2013/11/29/41882/israel-recoltera-1-4-milliard-d-euros-d-aide-europeenne-sur-7-ans

Article de David Cronin (correspondant de l’agence de presse Inter Press Service) écrit à l'été 2014 sur le fonctionnement de l'UE vis à vis d'Israël:

http://blogs.mediapart.fr/edition/palestine/article/150714/lindifference-des-puissants-aux-victimes-de-crimes-de-guerre-et-peut-etre-crimes-contre-lh

Israël est devenu en janvier 2014 le 21e Etat membre du CERN (Centre européen pour la recherche nucléaire).

http://www.tdg.ch/suisse/Israel-devient-le-21e-Etat-membre-du-CERN/story/30049236


Pétition lancée en fin 2014 pour suspendre l'Accord d’association UE-Israël par lequel l'UE accorde de considérables avantages commerciaux et financiers à Israël

Pas d’association avec l’occupation - Agissez maintenant : exhortez vos parlementaires européens à demander la suspension de l’Accord d’association UE-Israël

mercredi 17 décembre 2014 par CECP

Sur le site de l'UJFP :

http://www.ujfp.org/spip.php?article3717&lang=fr

Pétition directement :

http://freepalestine.eu/fr/


Ventes d'armes à Israël :

Article de 2014 du journal britannique "The Independant" sur la fourniture d'armes à Israël par la Grande-Bretagne :

http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/revealed-britains-role-in-arming-israel-9643902.html

 Traduction électronique

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&tl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.independent.co.uk%2Fnews%2Fworld%2Fmiddle-east%2Frevealed-britains-role-in-arming-israel-9643902.html

Partenariat militaire Italie-Israël

http://www.ilfattoquotidiano.it/2014/07/31/gaza-i-caccia-israeliani-si-esercitano-in-sardegna/1077549/

Traduction électronique

https://translate.google.fr/translate?sl=it&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=en&ie=UTF-8&u=http%3A%2F%2Fwww.ilfattoquotidiano.it%2F2014%2F07%2F31%2Fgaza-i-caccia-israeliani-si-esercitano-in-sardegna%2F1077549%2F&edit-text=

En 2011, l'Allemagne :

http://www.afrique-asie.fr/index.php/category/accueil/actualite/article/des-sous-marins-allemands-pour-israel

En Juillet 2014 Appel de Prix Nobel à cesser les ventes d'armes et la coopération militaire avec Israël :

http://blogs.mediapart.fr/blog/stephane-m/200714/des-prix-nobel-de-la-paix-et-des-celebrites-appellent-un-embargo-militaire-sur-israel-0


Le site europa, de l'Union Européenne décrit la coopération scientifique et technologique avec Israël :

Coopération scientifique

L'UE et Israël ont une longue histoire de coopération scientifique et technologique avec succès. Le principal programme dans lequel Israël participe est le programme cadre de recherche et de développement technologique de l'UE (FP). Depuis 1996, Israël a été le seul pays non européen associé aux programmes-cadres. En Novembre 2013, l'UE et Israël ont paraphé un accord sur l'association d'Israël à Horizon 2020 - programme-cadre pour la recherche et l'innovation (2014-2020). L'accord a été signé le 8 Juin 2014. L'accord offre aux chercheurs israéliens, les universités et les entreprises avec un accès complet à l' Horizon 2020 Programme. Israël contribuera au budget Horizon 2020. En outre, les représentants israéliens participent en tant qu'observateurs à l'horizon 2020 des comités et organismes d'exécution.
Israël a été très réussie dans le précédent programme-cadre (7e PC) et selon les estimations israéliennes reçu NIS 1.6 pour chaque NIS 1 contribué au budget du programme. En Mars 2014, les entités israéliennes avaient signé des accords 1553, impliquant 1 889 participations recevant un total de € 804,5 millions.

  • La participation d'Israël aux programmes-cadres, d'autres programmes de R & D industrielle de l'UE ainsi que les programmes de coopération de recherche industrielle européennes bilatérales est facilitée par ISERD, Israël - Europe R & D Direction
  • Le portail israélien de EURAXESS - Researchers in motion est hébergé par le ministère israélien de la Science et de la Technologie et fournit de l'information à jour sur les possibilités de recherche en Israël, les ressources de financement, des informations générales sur Israël et des informations pratiques pour les chercheurs et leurs familles.

Le Centre commun de recherche (CCR)
Centre commun de recherche de la Commission européenne dispose d'un certain nombre d'accords avec des entités israéliennes. Il s'agit notamment des accords avec des sociétés israéliennes travaillant sur des sujets tels que les systèmes d'alerte précoce en cas de catastrophes naturelles. En 2012, un protocole d'entente de cinq ans a été signé avec le ministère israélien de l'Energie et de l'Eau d'approfondir leur coopération scientifique dans les domaines de l'énergie, avec un accent particulier sur l'énergie propre, et le dessalement de l'eau.

Il ya un certain nombre d'autres programmes et instruments de l'UE et européennes de coopération scientifique dans lequel les entités israéliennes peuvent participer:

Le Programme de coopération frontière PEV Croix
Ce programme vise à renforcer la coopération entre les États membres et les pays partenaires le long de la frontière extérieure de l'Union européenne et est donc ouvert à la participation des entités israéliennes. L'une des priorités de Radio-Canada comprend le soutien à l'innovation et la recherche.

Le programme Galileo (européen système mondial de navigation par satellite)
En Octobre 2013, Israël et la Commission Européenne ont signé un accord administratif qui fournit un cadre pour la coopération et le développement en matière de communication d'intérêt commun dans le domaine de la navigation par satellite.

EUREKA
Israël a été un plein membre de ce réseau de R & D industrielle depuis 2000 et en a été le président de 2010 à 2011. Entreprises israéliennes participent à plus de 10% de tous les projets EUREKA.

COST
Le programme COST fournit communauté scientifique d'Israël (chercheurs, des PME, des représentants du gouvernement) avec la possibilité de participer à des réseaux de recherche pan-européens appelés actions COST.   En 2013, Israël a participé à 240 actions COST qui permet aux chercheurs israéliens ont bénéficié de 650 000 euros.

Agence spatiale européenne et l'Agence spatiale d'Israël

En Janvier 2011, Israël a signé un accord de coopération avec l'ESA selon laquelle experts de l'ESA avec leurs homologues israéliens identifieront ensemble des parties communes d'intérêt commun, notamment dans le domaine de la science et de l'exploration de l'espace.

 

Source en anglais sur le site Europa de l'UE :

http://eeas.europa.eu/delegations/israel/eu_israel/scientific_cooperation/index_en.htm

Traduction électronique :

https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=en&ie=UTF8&prev=_t&rurl=translate.google.fr&sl=en&tl=fr&u=http://eeas.europa.eu/delegations/israel/eu_israel/scientific_cooperation/index_en.htm&usg=ALkJrhirmyhRdySozmEmQkWwI4L8CbVfuw

 

 

Le site Europa de l'UE décrit les Accords économiques et commerciaux de l'UE avec Israël

Coopération technique et financière :

http://eeas.europa.eu/delegations/israel/eu_israel/tech_financial_cooperation/index_en.htm

Traduction électronique :

https://translate.google.fr/translate?sl=en&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=http%3A%2F%2Feeas.europa.eu%2Fdelegations%2Fisrael%2Feu_israel%2Fpolitical_relations%2Fagreements%2Findex_en.htm&edit-text=

Accord d'association avec Israël sur le site Europa de l'UE:

http://eeas.europa.eu/delegations/israel/eu_israel/political_relations/institutional_framework/index_en.htm

Traduction électronique :

https://translate.google.fr/translate?sl=en&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=http%3A%2F%2Feeas.europa.eu%2Fdelegations%2Fisrael%2Feu_israel%2Fpolitical_relations%2Fagreements%2Findex_en.htm&edit-text=

 

Lettre ouverte en 2014 (à la suite des bombardements de la population de Gaza): dénonçant la position de l'UE concernant la bande de Gaza, la FIDH appelle à une position fondée sur le droit international

FIDH = Fédération Internationale des Droit de l'Homme (instance internationale de la Ligue des Droits de l'Homme).

http://www.fidh.org/en/european-union/15827-open-letter-deploring-the-eu-position-on-gaza-fidh-calls-for-a-position

Traduction de la lettre de la FIDH :

Madame Ashton,

Chers États membres,

Monsieur le Commissaire pour le commerce

Chers membres du Parlement européen

Bruxelles, le 28 Juillet 2014

Lettre ouverte: dénonçant la position de l'UE sur la bande de Gaza, la FIDH appelle à une position fondée sur le droit international

La FIDH dénonce les déclarations et les positions de l'Union européenne en réponse à la situation à Gaza, notamment celles dont témoignent les conclusions du Conseil du 22 Juillet [1] et la position adoptée par les États membres de l'UE lors de la session spéciale du Conseil des droits de l'ONU le 23 Juillet [2].

Comme nous le démontrons ci-dessous, les conclusions du Conseil de l'UE pour répondre à la crise actuelle sont déséquilibrées de manière flagrante, et introduisent un double standard qui menacent la crédibilité dans le monde entier de l'engagement de l'UE en faveur des droits de l'homme et du droit international. En outre, l'UE a échoué à répondre de manière adaptée à la situation en ne posant pas la question du traitement de la responsabilité des crimes commis dans ce contexte.

Ainsi, l'UE illustre bien "le déclassement, ou l'annulation de la volonté de rendre contraignant le droit international, les droits de l'homme et le droit international humanitaire" qui est dénoncé par le Haut-Commissariat aux droits de l'homme quand il s'agit du conflit entre Israël et la Palestine, et de la paix et de la sécurité dans cette zone [3].

- Qualification asymétrique des crimes

Alors que l'UE condamne et qualifie de crimes les actions commises par le Hamas et les groupes militants dans la bande de Gaza, elle s'abstient de qualifier de crimes ceux commis par l'armée israélienne, dont l'intervention en violation flagrante du droit international humanitaire peut constituer un déni de l'existence même de ces obligations internationales .

En effet, dans le même paragraphe de l'UE condamne "les tirs aveugles de roquettes sur Israël par le Hamas et les groupes militants dans la bande de Gaza" comme "des actes criminels et injustifiables" tout en se référant à un "droit légitime d'Israël de se défendre contre les attaques" se contentant de souligner "que l'opération militaire israélienne doit être proportionnée et en conformité avec le droit international humanitaire", sans remettre en cause la nature des crimes qui se déroulent devant nos yeux.

- Engagement asymétrique avec les gouvernements respectifs

Si la position de l'UE sur le Moyen-Orient réitère son engagement pour une solution à deux États, notamment en demandant l'arrêt de l'expansion continue de la colonisation qui "rendent la perspective [de la solution] de plus en plus inaccessible", il aborde les gouvernements des deux entités Israël et la Palestine dans des termes radicalement différents.

En effet, le soutien de l'UE à la construction de l'Etat palestinien est conditionnée à une "perspective crédible pour la création d'un État palestinien viable, basée sur le respect de la primauté du droit et droits de l'homme", tandis que le soutien, l'aide et la coopération avec le gouvernement israélien [4] ne l'est pas du tout, en dépit les violations actuelles et répétées du droit international par le gouvernement israélien et du contexte de l'occupation, du blocus de Gaza, de l'expansion des colonies, et de la perpétration de graves violations du droit international et des droits de l'homme en cours à Gaza, ou à l'occasion des précédents cycles de violence en 2012 et en 2009. En outre l'appel lancé par l'Union européenne à "la direction palestinienne à utiliser de façon constructive son statut ONU" est problématique. En plus d'aborder de manière discriminée une partie, un tel appel peut être considéré comme tout à fait inexact en regard du droit international.

De même, lorsque l'UE "réitère son engagement fondamental envers la sécurité d'Israël, y compris en ce qui concerne les menaces actuelles et émergentes dans la région", en plus de faire référence à d'autres situations dans des termes ambigus, l'UE ne parvient pas à répondre à ses engagements pour répondre à la sécurité de tous les civils, y compris les citoyens palestiniens, dans toutes les situations.

- Non respect des obligations internationales en matière de droits et obligations humanitaires internationales

Les crimes commis aujourd'hui sont une répétition de ceux commis en 2012 et 2009, dans un cycle de violence qui reste sans responsable désigné, et pour lesquelles les États membres de l'UE n'ont pas réussi à respecter leurs obligations internationales en matière de droits. Pas un mot dans les conclusions du Conseil ne se réfère aux droits des victimes à la justice et à l'établissement des responsabilités, et à aucun moment l'UE ne demande que les responsables de ces crimes soient traduits en justice.

Au fil des années, l'UE a échoué à placer la lutte contre l'impunité des crimes commis dans le conflit entre Israël et la Palestine au cœur de ses activités. Ainsi, le 23 Juillet, les conclusions de la Haut-Commissaire des Nations Unies ont déploré "l'échec continu à établir correctement la responsabilité des deux côtés après les escalades antérieures des hostilités à Gaza est très préoccupante. La culture de l'impunité pour les violations présumées du droit international invite à d'autres transgressions et les victimes du passé deviennent de nouveau victimes [5]".

En outre, dans le contexte des nombreuses violations du droit international relatif à la politique de colonisation israélienne, que l'UE condamne régulièrement et qu'elle reconnaît comme préjudiciable à la solution de deux Etats, l'UE a l'obligation de «faire respecter» les normes violées , elle a l'obligation de "ne pas reconnaître" la situation illégale et de ne pas donner «aide ou assistance» au maintien de cette situation. En conséquence pour les États membres de l'UE et l'Union européenne, ces obligations impliquent d'interdire sur les marchés de l'UE les produits originaires des colonies parce qu'elles sont intrinsèquement liées à un ensemble de violations graves des normes impératives, et erga omnes du droit international [6] ».

Dans ce contexte, la FIDH appelle l'UE et ses États membres à revoir leur position, en vue, notamment, de:

     Appeler toutes les parties à coopérer pleinement avec la prochaine commission mandatée par l'ONU d'enquête mise en place par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies le 23 Juillet et demander à Israël de garantir un accès sans entrave, y compris dans la bande de Gaza;
     Soutenir pleinement la convocation de la conférence des Hautes Parties contractantes à la quatrième Convention de Genève sur les mesures pour  imposer la Convention dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et de veiller à son respect conformément à l'article 1 commun aux quatre Conventions de Genève;
     Appeler Israël et la Palestine à ratifier le Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI), pour établir la responsabilité des crimes internationaux qui peuvent avoir lieu sur ces territoires;
     S'abstenir d'avoir des exigences déséquilibrés et d'adopter des mesures qui entravent la pleine réalisation des droits de l'homme. Envisager l'utilisation de sanctions individuelles ciblées contre les individus et les entités directement responsables de violations systématiques des droits de l'homme;
     Reconnaître le manque de transparence des données publiées sur les sites officiels de l'UE et des États membres en matière d'exportation d'armes de l'UE [7] et de fournir des précisions sur ce thème.
     Rappeler les termes de la position commune 2008/944/PESC, adoptée le 8 Décembre 2008, notamment quand il prévoit que «les États membres refusent l'autorisation d'exportation s'il existe un risque manifeste que la technologie ou les équipements militaires destinés à être exportés puissent être utilisés à la commission de violations graves du droit international humanitaire »;
     Décider l'embargo sur les armes qui interdisent la vente, la fourniture, le transfert ou l'exportation d'armes et de matériel connexe de tous types, y compris les armes et les munitions, les véhicules et les équipements militaires, les équipements paramilitaires et pièces de rechange, et qui interdisent la fourniture d'un financement et d'assistance technique, services et d'autres services liés aux activités militaires et à la fourniture, la fabrication, l'entretien et l'utilisation d'armes et de matériel connexe de tous types de courtage;
     Décider une interdiction de  l'importation sur  les marchés de l'UE de produits originaires des colonies de peuplement et interdire tout investissement dans des entités commerciales impliquées dans l'expansion des colonies afin de se conformer avec les obligations de l'UE et des États membres, tel que décrit ci-dessus.


En vous remerciant de votre attention et de la réponse adaptée que vous devrez fournir à cette lettre,

Cordialement,

Karim Lahidji

président

Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH)

 


CES INFORMATIONS ET D'AUTRES viennent d'être publiée sur GLOBAL RESEARCH ICI :

http://www.globalresearch.ca/eu-directly-funds-israeli-military-companies-and-institutions/5482011

Traduction électronique :

https://translate.google.fr/translate?sl=en&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=http%3A%2F%2Fwww.globalresearch.ca%2Feu-directly-funds-israeli-military-companies-and-institutions%2F5482011&edit-text=

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.