Proviseur exfiltré: ce qu'il faut savoir

Toile de fond:

L'année scolaire 2012/2013 il y a eu un incident au Lycée. Le proviseur a demandé, conformément au réglement du Lycée Bonaparte, à une élève égyptienne qui était scolarisée depuis plusieurs années et qui venait de décider (la puberté?) de porter le foulard de ne pas le porter en cours. Un procédé a été mis en place afin que l'élève puisse continuer à bénéficier des enseignements.

Les parents s'en sont plaints au Supreme Council of Education. Les journaux locaux ont relaté l'affaire Les autorités qataries y ont déclaré avoir sommé l'établissement de réintégrer l'élève en cours sous ultimatum. Passé un certain délai (je crois une semaine), le suprème Council prendrait le control de l'administration de l'établissement.( oui oui c'était dans les journaux locaux!!)

Le problème est devenu diplomatique et un compromis a été trouvé: l'élève était réintégrée en attendant qu'elle trouve un autre établissement. (je crois qu'elle est toujours scolarisée à l'école...)

Toujours est il qu'à ce titre Monsieur Adnani, proviseur du lycée a reçu à ce titre un "avertissement" du Supreme Council. Monsieur Adnani, à qui les autorités qataries demandaient: "de quelle religion êtes vous?" a eu toutes les peines du monde à leur expliquer qu'en tant que fonctionnaire de l'état français..il n'avait ni religion ni conviction politique, que c'était ça qu'on appelait la laïcité. En tout cas le proviseur, dans l'exercice de sa fonction a été le seul récipiendaire de la colère des qataris, alors qu'il essayait de faire valoir une des valeurs les plus fondamentale de l'enseignement français. On aurait pu imaginer un peu plus de soutien de la part du MAE et de l'ambassade; si ce n'est officiellement tout au moins dans le cadre restreint de la communauté française du Qatar. Mais bon...

La dessus une employé recrutée par M.Adnani.  Le proviseur Adnani lui demande sa demission après avoir constaté que les diplômes sont faux. Elle va porter plainte contre lui. Quoi exactement? Peut être une autre histoire de foulard; ? je ne sais pas mais c'est dans ces eaux là.

Le proviseur est arrêté le matin. L'ambassade le sort le soir. Le surlendemain il quitte précipitamment le territoire qatari. Voilà. Heureusement qu'un proviseur détaché au MAE peut compter sur l'ambassade...sinon...sinon quoi?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.