STEPHANE RIAND
Avocat; rédacteur à L'1dex (www.1dex.ch);
Abonné·e de Mediapart

490 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juin 2022

Affaire Blatter-Platini. La kalachnikov du riche et le missile du pauvre

Karl Marx, dans Le Capital, analysant très rapidement la loi, indique en substance que le droit est la kalachnikov du dominant. Après lecture de XXIème épisode de la saga de leur procès, Joseph Blatter et Michel Platini seront devenus marxistes.

STEPHANE RIAND
Avocat; rédacteur à L'1dex (www.1dex.ch);
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


La loi, dit-on, c’est le droit. Le droit est un outil, dit-on aussi, au service de la justice. Mais ceux qui le pratiquent quotidiennement savent que le droit est surtout une arme efficace au service des riches, plus exactement des dominants.

Le droit est une armée dotée de plusieurs armes. L’arme lourde, le missile, c’est le droit pénal. On dit que le droit pénal domine tous les autres droits, l’emporte sur eux et doit avoir le privilège de la primauté. Et c’est la raison pour laquelle existe un principe procédural qui impose très souvent la suspension des autres procédures, civiles, administratives et disciplinaires. Tous les avocats sont habitués à recevoir des décisions de suspension des procédures introduites, qui doivent être réactivées dès l’issue de la procédure pénale.

Certes, me dira-t-on immédiatement, cette règle souffre de tant d’exceptions que certains doutent même de son privilège. Il n’en demeure pas moins que la théorie est limpide, le droit pénal l’emporte sur le droit civil, sur le droit administratif, sur le droit disciplinaire.

Le droit, les divers droits, sont des armes au service de ceux qui veulent les employer.

La particularité de l’affaire FIFA-MPC-Blatter-Platini est que ces deux anciens dirigeants du football se sont soumis aussi au droit disciplinaire de la fédération international de football, notamment aux décisions de la Commission d’Ethique et de son autorité de recours.

La FIFA, par ses institutions disciplinaires, avait grand intérêt pour retrouver sa virginité, comme si celle-ci n’était pas entachée à jamais par les actes du passé (cf. chronologie de L’1Dex), à fonctionner rapidement. Jamais les membres « indépendants » de ces commissions n’ont songé à suspendre l’avancement des procédures disciplinaires jusqu’à droit connu sur le sort de la procédure pénale. Tout au contraire, ils ont agi dans la procédure disciplinaire avec entêtement et sans désemparer. La FIFA, conduite par le présumé innocent Gianni Infantino, qui ne s’est jamais inséré dans les processus décisionnels de ces autorités (ricanements à souhaits …), avait grand intérêt à obtenir des éclaircissements en forme de condamnations sévères contre Blatter et contre Platini.

Pourtant, dans le même temps, comme le savent tous les pénalistes aguerris, ce que sont assurément deux des avocats français de Michel Platini, Me Hervé Temime et Me Gérard Zbili, les considérations émises dans une procédure disciplinaire rendue publique peuvent avoir comme objectif principal de guider les procureurs en charge de l’instruction, ceux-ci étant confortés – et moins seuls de ce fait – par les opinions préalables émises par de majestueux juges disciplinaires associatifs, évidemment impartiaux, pondérés, calmes, sages et intelligents, des hommes dotés de toutes les qualités

Et, dans ce dossier, les condamnations exemplaires prononcées contre Platini et contre Blatter sont devenues exécutoires bien avant le jugement pénal non encore rendu.

Ne croyez pas que ces événements disciplinaires associatifs soient de peu de portée. Rappelez-vous que Olivier Thormann a dit qu’il avait commis une erreur en n’inculpant pas Michel Platini dès 2015. Peut-on alors lui rétorquer que l’évolution de la procédure disciplinaire a pu le conforter, avec le résultat des séances secrètes, dans le sens d’une inculpation de Michel Platini, devant conduire à une condamnation future du capitaine mythique des Verts.

La FIFA, immensément riche après avoir été pauvre en liquidités, a utilisé son pouvoir disciplinaire, l’arme du droit, pour désarmer Michel Platini, dont la défense se trouvait inéluctablement amoindrie par l’existence de sanctions disciplinaires exécutoires. La kalachnikov, presque mortelle, de la FIFA se nomme sur ce coup droit disciplinaire.

Puis, le MPC, le ministère public de la confédération helvétique, a sorti son missile, presque nucléaire, à savoir la mise en inculpation à la face du monde de l’ancien président de la FIFA et de l’ancien président de l’UEFA. Le simple quidam, convaincu de la parfaite gestion interne de la justice, associative et étatique, était ainsi embrigadé à son corps défendant dans un narratif extraordinairement négatif pour l’oie blanche Blatter et le canard un peu boiteux de naïveté Platini.

L’espoir des ciblés aujourd’hui est simple : que le missile programmé par le MPC, à l’instigation de la nouvelle et pure FIFA, celle pour laquelle Rinaldo de chez nous s’est adressé à Marti et à Lauber pour organiser des apéritifs au Schweizerhof, atterrisse dans un no man’s land de patates douces ou de betteraves rouges, mais surtout pas sur le toit de leur maison.

Le MPC a tant foiré dans ces affaires FIFA, singulièrement dans l’affaire Blatter-Platini, qu’il serait moral que le monde s’aperçoive que le missile, presque nucléaire, voulu par le parquet suisse, se soit tout simplement perdu dans les limbes du n’importe quoi.

La justice suisse, la justice pénale suisse, la justice procédurale pénale suisse, a été déroutée par des incompétents et/ou par des malhonnêtes. Le rôle des magistrats du siège n’est pas aujourd’hui de fournir des emplâtres de bois à des jambes sans force ni énergie, celles du MPC.

Le principal adversaire de Michel Blatter et de Sepp Platini, plutôt l’un que l’autre d’ailleurs, ne sera pas Thomas Hildbrand, le procureur qui plaidera pour l’accusation, mais l’esprit qui animera les trois juges fédéraux, leur esprit de corps s’entend : les magistrats du siège voudront-ils être solidaires avec ceux du parquet ? Le politique suisse aura tendance à répondre oui, l’avocat idéaliste et un peu naïf espère encore le non.

Bonjour à tous les lecteurs de L’1Dex.

Un grand merci collectif à tous ceux qui nous aident. Pour soutenir L’1Dex, cliquer ici.

Les précédents épisodes :

Pourquoi Michel Platini doit être acquitté

Ces petites choses sans importance

Dans le grand bain de la déontologie et de la langue allemande

Voici venu le temps des interprétations

La Tour de Babel, la place des langues

Le papy flingueur

Un juge fédéral sous enquête pénale

Sepp, l’arroseur-arrosé

Olivier Thormann parlera-t-il ?

Retrouvailles à Bellinzone

Laurent Flutsch interroge Sepp Blatter

Blatter ne répond pas aux questions de la FIFA

Wunderbar

On appelle ça un juge fédéral ?

Les curiosités d’un contrat oral

On a tout simplement honte

Un procès qui vacille

L’acquittement de Sepp Blatter

Platini attaque Thormann

L’1Dex à l’After Foot

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie