Independence One

(Par BEATRICE RIAND)

C’est l’histoire d’un voilier de location, qui vogue dans les eaux de Cambrils, près de Tarragone, en Catalogne.

L’histoire de son capitaine, indépendantiste convaincu, indépendantiste têtu.

Le 21 juillet, Independence One se tient bien sagement amarré au port, moteurs éteints, précisons-le, ce qui n’est pas sans importance dans l’affaire qui nous occupe. Deux esteladas flottent au vent, dont l’une attachée au mât supérieur. Conformément au droit maritime, le drapeau espagnol flotte au vent, lui aussi.

Mais voilà … le drapeau indépendantiste est plus grand, et placé plus haut. Ce qui vaudra à notre capitaine de recevoir la visite de la Guardia Civil. Malgré la peine qu’il encourt, à savoir 3’000 euros d’amende, le capitaine reçoit courtoisement les policiers, et leur distribue de la propagande, écrite en espagnol s’il-vous-plaît, sur l’intention du peuple catalan de décider de son propre futur le 9 novembre prochain.

Mais voilà … le propriétaire du voilier s’est vu contraint d’ôter les drapeaux incriminés.

Et, comme le relève un internaute catalan, la Guardia Civil l’a ainsi « convaincu » « de s’illusionner avec le projet d’une Espagne où tous nous pourrions cohabiter ».

Fin du premier set. Mais le patron de l’embarcation est têtu, souvenez-vous …

Désolé de voir son voilier dénudé, le capitaine contacte alors totSuma, une plateforme catalane de financement collectif, qui soutient des projets en relation avec la langue, la culture et l’activisme social dans les pays catalans.

L’Independence One va se transformer !

Sur sa coque, de part et d’autre du bateau, sera peinte une estelada de 12 m de long. Et la voile de son mât supérieur, d’une superficie de 50 m2 pour chaque bande, deviendra elle-même une estelada géante.

L’objectif du capitaine ?

Terminer la récolte des fonds dans six jours afin de modifier au plus vite son voilier.

Partir de Cambrils, et arriver à Barcelone le 11 septembre, jour de la Diada, fête nationale catalane.

Et pour ce faire, naviguer au plus près des côtes.

Se rendre le plus visible possible.

Revendiquer ainsi clairement, et fièrement, l’indépendance de la Catalogne.

Post Scriptum : Chacun, en se rendant sur la plateforme de totSuma, peut soutenir ce projet, à hauteur de 10, 20, 50, 100 ou 300 euros. Et en retour, en fonction de la somme donnée, aura l’occasion de voguer sur l’Independence One pour une durée plus ou moins longue. Personnellement, je ne résiste pas : je meurs d’envie de connaître son capitaine !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.