Sterenn1

Retraitée, "adulte handicapée" pendant des décennies, ai exercé néanmoins auparavant comme: serveuse, femme de ménage, employée commerces.....

29360 - CLOHARS-CARNOET - France

Sa biographie
Bonjour à toutes et tous A vingt ans, partie en Irlande deux ans, dont je conserve un souvenir merveilleux, je comptais poursuivre le voyage, et partir pour la vie autour du monde pour vivre et travailler dans différents pays. La roue en a décidé autrement, et en 1981, la psychose m'a envahie deux ans, interprétée, entre autres diagnostics, comme schizophrénie. Après deux ans de délire, des proches m'ont emmenée en consultation neuro psychiatrique, et la médication a commencé. Jusqu'en 2009 année où j'ai décidé de me sevrer. A peine le sevrage commencé, seule, sans aide, ma psyché y vit plus clair, et je fus époustouflée peu à peu de constater une sortie de brouillard intense, opaque, et recouvrer ou découvrir une lucidité, de capacités d'analyses. Je me suis obstinée dans cette voie, progressant jour après jour, avec le manque, les effets douloureux, véritables tortures, psychologiques, physiques, car la diminution des molécules chimiques, ouvrait les vannes de ma psyché, bloquée par ces mêmes molécules pendant des décennies En 2017 l'homéopathie m'a sauvée de la nervosité, d'un stress souvent insoutenable. Il y eut hospitalisation, en 2015, car je sombrai pendant plusieurs semaines, en raison du manque, même si je m'y prenais progressivement pour la diminution des médicaments. Un contexte global catastrophique, a participé à cette chute D'où je suis remontée progressivement, et, après avoir été re médiquée à l'hôpital., je me suis à nouveau sevrée et le suis totalement à ce jour, et je vais bien intérieurement. Je suis habituée depuis le début du sevrage à une auto observation, aux signaux du manque, et, même si cela ne fut pas toujours suffisant, je me connais bien et par le passé n'ai pas hésité à re augmenter les dosages s'il le fallait. Je sors d'un long tunnel, enfin, avec la joie d'avoir récupéré "mon cerveau", ma conscience, et toutes les conséquences bénéfiques que cela implique. Il me semble que les conclusions que j'en retrie, sont essentielles,, pour nous, les "malades mentaux", et ce à plusieurs titres. Je suis heureuse de trouver dans ce journal, une place d'écoute, d'écriture, pour les partager Bien à vous.
Son blog
2 abonnés Le blog de Sterenn1
Voir tous
  • RECTIFICATIF

    Par
    Dans mon précédent billet, j'évoque une vidéo et son contenu inquiétant (titre du billet : "Regard inquiet sur l'UNAFAM et le soin psychiatrique". Il s'agit en fait d'une provenance de l'association" FondaMental" se situant dans les mêmes cordes que l'UNAFAM...Son contenu choquant demeure néanmoins, ainsi que mon "regard inquiet" à juste titre. Je vous présente mes excuses.
  • REGARD INQUIET SUR L'UNAFAM ET LE SOIN PSYCHIATRIQUE

    Par
    Consciente du désarroi des familles et proches de "malades psychiques"", ce billet est mon regard très inquiet, interrogateur, résultant du visionnage d'une vidéo....promotionnelle; réalisée par l'UNAFAM, (association nationale de proches et parents concernés par ce "handicap"), sur le parcours de soins qui nous est réservé, nous "malades". Car de quoi est-il question à la base?
  • MES POINTS DE VUE SUR LA ET MA "MALADIE MENTALE"

    Par
    Bonjour à toutes et tous. Ce blog va me permettre d'exprimer mon point de vue sur un éventail de sujets, propres à la "maladie mentale'. "Malade mentale" je le suis. Suite à mon expérience de celle-ci, je ressens le besoin de remettre en question des pratiques, un "savoir", légitimes aux yeux de beaucoup, mais qui à mes yeux nécessitent de profonds changements. Je vous remercie.