Sterenn1
Retraitée, "adulte handicapée" pendant des décennies, ai exercé néanmoins auparavant comme: serveuse, femme de ménage, employée commerces.....
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2021

REGARD INQUIET SUR L'UNAFAM ET LE SOIN PSYCHIATRIQUE

Consciente du désarroi des familles et proches de "malades psychiques"", ce billet est mon regard très inquiet, interrogateur, résultant du visionnage d'une vidéo....promotionnelle; réalisée par l'UNAFAM, (association nationale de proches et parents concernés par ce "handicap"), sur le parcours de soins qui nous est réservé, nous "malades". Car de quoi est-il question à la base?

Sterenn1
Retraitée, "adulte handicapée" pendant des décennies, ai exercé néanmoins auparavant comme: serveuse, femme de ménage, employée commerces.....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour...

Voici en premier lieu la vidéo dont il s'agit :

https://youtu.be/dG9mCod7baw

Mes réactions, arguments, vont-ils être interprétés comme un "symptôme"? Comme un "déni" de maladie, terme faisant partie des nombreuses parades du langage psychiatrique?

Mon intervention est légitime, pourrait être un élément porteur d'un changement de regard sur nous, de pratiques, et d'étiquetage, sous-jacent ou non, de qui nous paraissons être.

Dans cette vidéo, il est question de "diagnostic précis" fourni suite à l'entretien. Précis. Alors que beaucoup d'entre nous avons reçu plusieurs diagnostics, dits "précis" donnant lieu à un traitement dit "adapté". Le sujet est développé avec comme fondement des données estimées acquises. "Le malade" "la pathologie" "le traitement", Le "suivi" qui laisse présager le long terme, ce qui est le cas pour beaucoup, sans espoir, sans chance de solliciter autre chose. Eléments appuyés par : "l'évolution de la maladie" dont on nous informe, le psychiatre fort de son savoir, ses certitudes. Aucun espace pour le doute, pour tenter de regarder autrement, comme consulter les études, sur les personnes "psychotiques", qui démontrent que nous sortons davantage de "psychose", plus rapidement, lorsque nous n'avons pas été médiqués, observation faite aussi dans les pays qui ne médiquent pas faute d'accès aux soins..

Les "outils d'évaluation véritable" sont une vraie dissection, minutieuse, froide, ainsi que le " bilan immédiat complet", où l'on sent notre anatomie et intimité psychiques décortiquées, évaluées, classées, répertoriées, qui peut déboucher sur, notre accord à l'appui, "un recueil des données à l'attention des chercheurs" puis pour "les projets de recherche". L'apothéose, avec l'annonce de la quête finale,  la "priorité" de cette association : être "la plus grande banque de données française en psychiatrie"..(Cela fait beaucoup d'accords de notre part, de sollicitations à venir, dans ce but...)

La cible : "faire progresser les connaissances" pour "un diagnostic plus fiable" ..Pourquoi? Il ne l'était pas? Je pensais avoir entendu en début de vidéo que les psychiatres déclaraient, suite à l'entretien, un diagnostic "précis"... Commettraient-ils des erreurs? Ne sont-ils pas sûrs de leur savoir, auquel on ne peut déroger? Diagnostic à la suite duquel on choisit déjà le traitement "adapté"? Donc nos traitements sont adaptés à des erreurs potentielles d'évaluation, que la recherche, d'ailleurs prompte à dépasser de limites, va corriger? Les "connaissances" ont donc besoin de progresser? Je pensais comprendre qu'elles étaient parfaites, incontestables pour notre "bien être", puisque notre destin de "malades" est de suivre la parole psychiatrique les yeux fermés Depuis ces décennies de psychiatrie, donc de diagnostics, toutes ces années, combien d'erreurs de diagnostic? Combien de traitements inadaptés, de changements de traitements, de tâtonnements inavoués, non reconnus. Une omerta... Mais, par contre, le refus des sevrages, ou un découragement, lorsque nous, les premiers rangs, le réclamons, et pour cause..

D'où part-on?

De souffrances, d'enfer "psychotique", d'humain, de familles désemparées, cherchant à ce que l'enfant ne souffre plus tant c'est douloureux, insupportable, le cauchemar pour tous. En raison de cette douleur, le familles veulent des solutions, des remèdes. On se dirige où l'offre semble correspondre à cette attente. La parole psychiatrique, face aux "troubles psychiques" est la plus visible, évidente, car majoritaire et LA référence en la matière. Aucun regards ailleurs, alors que des ailleurs existent, commencent à poindre, sans compter l'interprétation culturelle, donc limitée, de "la maladie psychique". Certains psychiatres eux-mêmes raisonnent plus largement, et déjà ne serait-ce que par la prudence avec laquelle ils évoquent le terme "maladie", et expriment clairement cette prudence face à ce mot ... et là est le basique, là on peut déconstruire un discours trop officiel et trop communément répandu, et construire plus loin, mieux, plus sensé, plus proche de ce que vit le" malade".

Pour conclure, la vidéo sollicite des dons. Je leur offre, le coeur sur la main, mes mots issus de mon expérience de la "folie", ma pierre à l'édifice, venue de l'intérieur, mon regard sur ce qui me choque, et à mes yeux ne correspond pas à la réalité, à notre réalité, notre essence, qui vont beaucoup plus loin que des baromètres, des éprouvettes, des classifications qui répondent à des questionnaires calculés selon des modalités convenues.. Mais quel crédit me donne-t-on au sein d'une banque de données?

Bien cordialement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement