SYLLA
Politique, Communisme, Emancipation
Abonné·e de Mediapart

1298 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 avr. 2016

L'Union européenne et les migrants : une fuite en avant sécuritaire et raciste

SYLLA
Politique, Communisme, Emancipation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En signant avec le gouvernement turc l’accord sur les migrants, les dirigeants européens ont cyniquement décidé de la mort de milliers de personnes et validé l’emprise du racisme en Europe. Cette décision couvre de son infamie l’ensemble des dirigeants européens, même si la position de la chancelière allemande est plus nuancée et que le gouvernement français est à la pointe de la réaction.

Les morts à venir ne sont pas seulement les migrants dont la Méditerranée ou la mer Egée va être le cercueil en raison de routes migratoires encore plus dangereuses. Il faut y ajouter les Kurdes régulièrement assassinés par les forces de l’État turc (ou ses irréguliers), c’est le cas en ce moment des civils kurdes dans des communes en état de siège (notamment Nusaybin). La reprise des négociations d’adhésion à l’UE dans le cadre de cet accord est plus qu’un élément dérisoire d’un deal honteux. C’est la légitimation d’un régime criminel en voie de mutation fascisante qui se traduit par une répression accrue.

Ce cynisme n’est pas seulement une forme de barbarie, c'est également une forme de sénilité. Le renforcement du régime turc, qui a contribué à la prospérité de Daesh, y compris sur son territoire, signifie celui de la crise au Proche-Orient donc de la cause de départ des migrants. Le renforcement du régime turc, qui a unilatéralement mis fin au processus de paix avec le PKK, signifie une escalade vers la guerre civile en Turquie même. Même si le HDP garde une position de défense de la paix, désormais, le PKK légitime des attaques, y compris de civils, dans les villes de l’Ouest du pays. La guerre est en train de devenir régionale et les dirigeants européens en portent une lourde responsabilité.

Cet accord est la preuve définitive que l’UE ne constitue en rien une garantie en ce qui concerne les droits humains face à la détermination des dirigeants européens. Avec le drame grec, cet accord montre expose l'épuisement des perspectives des dirigeants européens. Tout comme ils n'avaient plus que des recettes économiques éculées dont l'inefficacité est établie, ils n'ont plus pour perspective politique qu'une fuite en avant raciste et sécuritaire. Leur seul recours est l'ensemble des crises qu'ils provoquent... Développer une politique conséquente pour sortir de ces crises constitue un enjeu majeur pour le rapport de force en Europe et en France.

* Emre Öngün, militant d'Ensemble !

Editorial de  Cerises n° 288, 15 avril 2016

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra