Sylvain PASSEMAR
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mai 2018

Sylvain PASSEMAR
Abonné·e de Mediapart

Hackers et contre culture - Sylvain PASSEMAR

Chaque époque a eu sa part de rebelles et le développement de l’informatique et plus récemment d’Internet ont donné naissance à une nouvelle forme de terrorisme. On les appelle » hackers « , mais qui sont-ils et sont-ils réellement dangereux ?

Sylvain PASSEMAR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Introduction

Chaque époque a eu sa part de rebelles et le développement de l’informatique et plus récemment d’Internet ont donné naissance à une nouvelle forme de terrorisme.
On les appelle  » hackers « , mais qui sont-ils et sont-ils réellement dangereux ?

Petit historique de la contre-culture informatique :

Les premiers hackers semblent tout droit sortis du mouvement hippie a la fin des années 60.

C’est avec le développement des ordinateurs, mais surtout des réseaux que sont apparus les premiers pirates informatiques.
Avec l’apparition d’Arpanet en 1969, tous les éléments de base sont réunis pour le développement du hacking.
A l’origine les hackers ne sont que des passionnés et surtout des surdoués de l’informatique et de la télécommunication, qui veulent pouvoir accéder a n’importe qu’elle machine, n’importe qu’elle information.

C’est la montée en puissance d’Unix puis l’apparition des PCs qui permettra l’explosion du phénomène.

C’est pendant les années 80 que les hackers s’organisent en groupe et commencent à faire connaître leur idées et leurs revendications (voir le manifeste « La conscience d’un hacker » écrit en 1986 : http://www.flni.org/flni/consienc.htm).
Ils aspirent à une liberté totale des ressources informatiques.

Toujours durant les années 80, des rivalités entre groupe de hackers apparaissent.
Notamment, la guerre entre le Lod (Legion of Doom) et le Mod (Masters of Deception, Masters of Deceit, ou Masters of Destruction), deux groupes américains, entraîna des hackings toujours plus grand, car il existe une compétition entre les différents groupes : c’est à celui qui fera les plus belles intrusions.

Mais même si le fait de pénétrer un système sécurisé est illégal, les hackers  » purs  » ou qui se revendiquent ainsi ont un éthique, leur but est de pénétrer le système pour comprendre le fonctionnement des machines et non d’entraîner des nuisances.
C’est le MoD qui remporta cette guerre en réussissant à pirater en 1991 la firme de sécurité informatique Comsec crée par Chris Goggan (leader du LoD et rédacteur en chef du magazine Phrack). Mais les représailles ont été importantes: le LoD livra des preuves des activités illégales de piratage informatique du MoD au FBI.

Les hackers ne sont pas exclusivement américains.
On trouve ainsi en Allemagne à partir de 1981 le Chaos Computer Club (CCC, http://www.ccc.de ) qui compte aujourd’hui plus d’un millier d’adhérents.

Son fondateur, Dr Wau (Herwart Holland-Moritz de son vrai nom), a conduit le groupe vers un nombre impressionnant d’activités de piratage.

La première constituait, en 1984, en un détournement de fonds de la banque Sparkasse: 100 000 DM en une nuit.
L’argent fut tout de même restitué dès le lendemain matin. En 1987, le CCC s’en prend à la NASA. Les actions de ce groupe ont pour simple objectif de faire prendre conscience aux utilisateurs informatiques de la fragilité de leurs systèmes.

Les membres ne se considèrent pas comme une nuisance, mais plutôt comme des révélateurs de faille. Ils agissent pour une meilleure connaissance de la machine au service de l’homme.

Qu’en est-il de nos jours :

Il y aurait aujourd’hui trois types de hackers.

· Les hacktivistes :

Ils soutiennent une cause et toutes leurs actions sont faites dans le but de les soutenir.
Par exemple, dans la nuit du 29 au 30 janvier 1999 le site du Front National a été détourné pour dénoncer le racisme de ce parti. Le CCC fait aussi parti des hacktivistes.
Les récentes attaques contre les sites de Yahoo!, eBay, Amazon seraient du même type car servant à dénoncer l’Internet marchand.

· Les gentlemen :

Sous ce terme sont regroupés tous les petits génies de l’informatique qui hack dans le but de réaliser des prouesses, pour la gloire en quelque sorte. Ils ne cherchent pas à dévaster les systèmes informatiques car certains vont même jusqu’à révéler à ses victimes les failles de leur système. Des nombreux défis de détournement de pages web sont lancés, voir : http://www.zataz.com/hacked.htm.

· Les mercenaires :

Selon les experts ils sont en minorités. Ils sont payés pour s’introduire dans les systèmes pour piller ou endommager. Soit il travaille à leur propre compte en interceptant des numéros de carte de crédit, soit ils sont payés par des entreprises ou même employés par des services secrets. Ils sont reniés par les hackers purs qui n’essayent pas de vivent de leur passion.

A partir des années 90 c’est l’explosion des hackers qui opèrent individuellement, de chez eux. Les groupes deviennent des soutiens pour les ceux qui se font prendre par les autorités.
Par exemple, Electronic Frontier Foundation (EFF) est né à la suite de l’arrestation de Mitch Kapor (ex-hippie, puis professeur d’informatique à Harvard et au MIT.

Il est également l’auteur du logiciel de comptabilité Lotus et fut longtemps dirigent de l’entreprise du même nom) et de Perry Barlow (adepte d’Internet, il est depuis 20 ans le parolier du groupe de rock Grateful Dead) qui avaient décidé de créer un organisme charger de civiliser le cyberespace et d’éviter que des hackers ne soient arrêtés sans raison valable.

L’équipe de EFF

… Le cas Kevin Mitnick (alias le Condor) …

On ne peut pas parler de hackers sans parler d’individu tel que Kevin Mitnick qui est devenu tellement médiatique qu’un film a été réalise sur lui (Cybertraque de Joe Chappelle).

Kevin nait le 6 Août 1963 à Los Angeles. Il réussit à 14 ans à infiltrer le site du NORAD (North American Aerospace Command), puis continue ses exploits en piratant des entreprises de téléphonie.
Il est arrêté pour la première fois le 10 Juin 1981 pour vol de manuels informatiques de Pacific Bell.

C’est fin 1992, après de nombreuses intrusions que débute trois années de cavale. Il se souvient de ces années comme d’une  » chouette période « .
N’ayant jamais voyagé, il part avec un peu de liquide et des vêtements.
Il passe un an à Denver, va à Seattle (l’histoire ne vous rappelle pas le film Wargame). La seule chose dont il a souffert est la solitude.
Il ne pouvait pas s’engager dans une relation avec quelqu’un de peur de faire souffrir.
En effet en 1987, il avait épousé une femme, employée d’une compagnie de téléphone (coïncidence ?), mais le mariage n’avait pas tenu trois ans.
Sa priorité, c’est le piratage.

En 1988 il est arrêté puis emprisonné pour vol de logiciels à Digital Equipment Corporation. A sa sortie de prison les formulaires pour le divorce n’attendent plus que d’être remplis.
A la fin de ces trois années de cavale, Kevin est arrêté par le FBI le 15 Février 1995 puis condamné en 1999 à 46 mois de prison pour fraude informatique.

Un important mouvement de soutien se développe alors et de nombreux sites Internet arborent la bannière  » Free Kevin « .

C’est le 21 janvier 2000 que Kevin Mitnick sort de prison.

Aujourd’hui Kevin dénonce les coups bas de la juge : liberté sous caution impossible, report du procès, conditions impossibles pour la préparation de la défense.
En 1999, deux hackers ont aidé gratuitement ses avocats. Selon l’un d’eux, le gouvernement a voulu donner un exemple à travers le cas Mitnick. Kevin dit maintenant qu’il a compris la leçon, il n’a pas le droit de toucher à un ordinateur ni  » toute chose permettant d’accéder à un réseau informatique  » (téléphone portable, agenda électronique).

Il a cependant donné quelques conseils au gouvernement américain en ce qui concerne la sécurité des réseaux gouvernementaux.

Il a également écrit pour Time et Newsweek à propos des récents piratages de Yahoo! et Amazon qui sont d’après lui:  » pas cool et peu impressionnant « .

Conclusion

Aujourd’hui on assiste à un conflit entre les anciens hackers qui sont maintenant passés du coté légal de l’informatique et les petits nouveaux, qui admiratifs devant les exploits de leur aïeux essayent de les imiter, de les dépasser.

Passionnés d’informatique, les hackers sont des personnes prenant plaisir à explorer les détails des systèmes programmables. Il ne faut pas les confondre avec des pirates informatiques comme cela semble être devenu le cas. Les vrais hackers ne sont pas dangereux. Les hackers intéressent de plus en plus de monde car ils peuvent devenir une arme redoutable dans notre monde actuel.

Le congrès Defcon (http://www.defcon.org) réunissant tous les pirates à Washington, et organisé par Dark Tangent témoigne du désir de l’ancienne génération des hackers à s’inscrire dans la légalité et à coopérer avec les autorités.

En tout cas, grâce à leurs exploits, les hackers se réservent une belle place dans la vie future, la plupart d’entre eux étant embauché par des sociétés informatiques à leur sortie de prison.

Sylvain PASSEMAR.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro