Lettre ouverte au chirdent

Le billet ci-dessous est une copie de celui que j'ai publié sur mon blog de l'OBS. J'y ajoute simplement un commentaire d'une lectrice assidue (ancienne blogueuse) auquel j'ai accolé ma réponse.

Sur le blog de l'ami de beaucoup, j'ai lu quelques lignes assez révélatrices d'une "réflexion" archaïque

Voici donc ma réponse:

Bonjour,

1èrement, je vais vous parler du physique. Savez-vous que la "fourchette de poids convenable" que vous évoquez ne signifie rien du tout. Historiquement parlant, les canons qui régissent la norme physique "acceptable" varient selon les époques ; de la fin du 19ème siècle, où l'on admirait les rondeurs des modèles de Renoir (voir image plus bas), aux années 80 avec Inès de la Fressange (image suivante), on est passé par différentes références. De plus, sur un plan sanitaire, il existe des êtres qui ne pourront jamais atteindre l'idéal pondéral que vos fantasmes désignent comme acceptable. Vous n'ignorez certainement pas les dégâts que peuvent engendrer les dérèglements hormonaux.

2èmement, pour que "d’autres voient l’avenir autrement", il est indispensable qu'il existe des gens dont l' "ambition est de passer une vie de salarié" (et je suis fier d'en être).

3èment, Pour votre "Oui, heureusement il y a encore en France des jeunes qui en veulent...", effectivement, il y en a et certainement plus que vous ne pouvez imaginer du haut de votre suffisance.

Pour finir, je pourrais entendre TOUS vos arguments s'ils n'étaient pas teintés de cette contemption bourgeoise et tellement "colonialiste" qui vous caractérise. Pourquoi vouloir à tous prix "fleurir" vos arguments de ce dédain envers ceux qui vous dérangent?

Oui, je suis un gaucho! Oui, je suis un prolo! Oui, je suis un "jeune"! Et oui, je revendique tout ça!!! Et bien plus encore qui pourrait vous déplaire. Et pour ce qui est de cet esprit "provocateur" qui est sensé vous caractériser, sachez que ça ne prend pas. Vous ne provoquez pas car vous vous attaquez à l'intégrité et même si parmi vos amis militant à gauche certains semblent accepter ce travers, sachez que, rien que pour lutter contre l'infamie de vos propos (et uniquement à ce sujet), je serais prêt à m'allier avec TOUS ceux qui sont révoltés par vos mots.

 

Concernant le mal que vous combattez, je vous apporterais mon soutien si l'on vous "attaquait" à nouveau là-dessus, mais sur ce que j'ai évoqué plus haut, je continuerai à dénoncer l'ignominie de vos mots.Bien le bonjour.Sylvain.

 

renoir renoir

 

ine-s ine-s

 

 Commentaires:

  • bonjour, je vous laisse apprendre à lire Marius dans le texte mais me vient une idée subitement, ce colonialisme , vestige nostalgique dont on accuse la République de le pratiquer sur son propre sol, est il du fait de PN réac ayant mémoire, de déterminisme social volontaire et organisé juste pour le fun ou bien plus sournoisement le fait de ces humanistes en tintamarre toujours prêts à porter secours, en pensant à leur place, aux soit disant colonisés qui ne leur demandent rien et qui, globalement seraient heureux de respirer par eux même sans les tubas intellectuels qui, disons le ne brillent pas d'efficience à les hisser sur l'échelle sociale, puisque c'est le Graal attendu et on en est tous là
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Le taulier:
    Bonjour,
    Merci d'avoir pris le temps de descendre jusqu'à moi. Pour ce qui est "d'apprendre à lire Marius dans le texte", vous me faites doucement rire. Les arguments de cet homme ne s'appuient que des supputations de ce qu'auraient compris les manifestants et pour agrémenter le tout, il tape sur le physique. Moi, l'humour, je l'aime plutôt subtil.
    Je vous rappelle aussi que le second degré ne peut exister que s'il y en a déjà un premier.
    Bon, comme je n'ai pas de temps à perdre avec les oisifs qui ne prennent pas le temps de débattre et préfèrent "taper", je vous laisse à vos considérations.
    Bien le bonjour.
    P.S: et , plutôt que de donner aux mots d'autrui, un sens que vous seule leur attribuez, si vous regardiez vraiment les faits tels qu'ils sont. Nous avons un homme qui blogue et est certainement lu par des "badauds" qui ne le connaissent pas et ne savent rien de ses amitiés avec des "gens de gauche". Son sexisme et ses propos ouvertement racistes peuvent choquer mais surtout violent certaines lois.
    Bon pour vous faire plaisir, je vais mettre des guillemets au mot qui semble vous poser problème. Cela ne changera rien à ma pensée mais permettra peut-être de vous faire comprendre que la caricature c'est lui...

    Écrit par : PARKER 12h15 - jeudi 10 mars 2016 Avertir le modérateur Répondre à ce commentaire

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.