mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mer. 4 mai 2016 4/5/2016 Dernière édition

Ah le foot

Ah j'en ai marre du foot, de ses histoires de foot, de son racisme de foot, du temps qu'il me prends sur les antennes, dans les médias. Et ici également. Huit jours francs qu'on me bassine avec des propos de bas étage, des stratégies de caniveau. On ne peut, aujourd'hui, plus rien dire, constater, contester des lors qu'il s'agit de personnes étrangères et ou noires (surtout noires) D'ici, mes braves consciences pures et préservées des problèmes le racisme, les racismes on le vit tous azimuts. Blancs contre noirs, noirs contres blancs, arabes contre noirs et indiens, jeunes contre vieux, hommes contre femmes , propriétaires contre locataires etc etc..... La litanie est presque sans fin. Et alors! On se hait, parce qu'on ne peut plus s'aimer, qu'il n'y a pas de place pour tous, que nous avons abandonne l'idée que la réussite ce n'est pas la réussite tous mais seulement de quelques uns, heureux élus. Et le foot dans tout cela, comme le reste, ni mieux, ni pire. Une extension du champ de la lutte des classes. Un de ces marchepieds de la gloire et du pouvoir. Colosse aux pieds d'argile. Qui fait la part trop belle au seul mérite individuel, tout en babillant sur la valeur du collectif. On doit le déplorer, fraterniser et resister a ces odieux penchants mais pour autant doit-on se taire ? Ne rien dire parce que la personne est étrangère, et noire, ou noire ? On a mis le doigt, la, dans le pire des engrenages. Il faut apprendre a parler, et de tout avec tous. L'erreur serait de contraindre la parole, car on ne peut contraindre la pensée. Argumenter plutôt que de bramer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
"L'erreur serait de contraindre la parole, car on ne peut contraindre la pensée. Argumenter plutôt que de bramer" Oh que oui! Je réclame un quota de cris d'orfraie indignés. Le fond de l'air de gauche est vraiment orfraie. Asphyxiant. Pendant ce temps, certains se frottent les mains...