SOIRÉE POÉTIQUE AVEC ANTHONY PHELPS - REMISE DU TROPHÉE DU PRIX CARBET 2016, LECTURES

le 5 Janvier 2017 19H-Soirée avec le poète Anthony Phelps, lauréat de la 27e édition du Prix Carbet de la Caraibe et TM, à Paris, Maison de l'Amérique latine. Il avait été remis Le 16 Dec 2016 en Guyane. L'occasion d'une soirée poétique avec lectures, conférence et signatures de l'auteur en fin de séance. Une soirée proposée par l'Institut du Tout-Monde, les Éditions Bruno Doucey et la MAL
  • Date Du 5 janvier 2017 Au 5 janvier 2017
  • Lieu MAISON DE L'AMERIQUE LATINE , 217 BOULEVARD SAINT GERMAIN PARIS 7E , METRO SOLFERINO
  • Réservation, inscription WWW.TOUT-MONDE.COM
  • Information ENTRÉE LIBRE

Le 27e Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde a été attribué au grand poète haïtien Anthony Phelps, pour l'ensemble de son œuvre.

Il a été remis en GUYANE le 16 Décembre 2016 : aller sur www.tout-monde.com

Son dernier recueil poétique en date faisait partie de la sélection finale de cette année : Je veille incorrigible féticheur (Éditions Bruno Doucey, 2016). Le Prix Carbet récompense cette année l'œuvre de l'un des plus illustres représentants de la littérature haïtienne.

 

«… Ô mon pays… si triste est la saison… 

qu'il est venu le temps de 

se parler par signe… »

 

 

C'est à un véritable monument de la littérature haïtienne que revient cette année le Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde. Auteur d'une œuvre immense, poète et romancier, Anthony Phelps est avec René Depestre et Frankétienne l'un des grands aînés de cette littérature haïtienne par ailleurs si foisonnante en talents. Né en 1928, son nom est inséparable du mouvement "Haïti littéraire" fondé au début des années soixante avec notamment René Philoctète et Davertige, et qui représenta en pleine dictature duvaliériste à la fois un éminent pôle de résistance et un profond levier de renouvellement de l'expression littéraire et artistique haïtienne. Le poète a payé cette liberté dans les prisons du régime de François Duvalier, avant de s'exiler à Montréal où il devient journaliste et développe une œuvre littéraire fondamentale. Sa célébrité est inséparable d'un recueil de poésie devenu tutélaire, Mon pays que voici publié en 1968. En mai dernier, les Éditions Bruno Doucey lui consacraient une anthologie de sa poésie, Nomade je fus de très vieille mémoire et cette année, la liste finale du Prix Carbet comprenait le dernier recueil en date d'Anthony Phelps, Je veille, incorrigible féticheur (toujours aux Éditions Bruno Doucey, 2016). C'est un poète essentiel que couronne cette année le Prix Carbet.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.