GFI Informatique, STOP au travail gratuit

GFI Informatique, Stop au travail gratuit, assimilable à du travail dissimulé, pénalisant le pouvoir d'achat des salariés, et la progression des rémunérations

STOP au travail gratuit © Alliance Sociale STOP au travail gratuit © Alliance Sociale
Recommandation à Monsieur Vincent ROUAIX, président du groupe GFI Informatique.

Le travail gratuit, la mise à disposition à titre gracieux, au profit de vos clients, pénalise nécessairement les salariés. Surtout quand nombreux  parmi eux se voient refuser une augmentation de salaire depuis plusieurs années.

Vos clients, Société Générale, LCL, BNP Parisbas et bien d’autres ont les moyens de payer les prestations.

Alliance Sociale, vous recommande de verser l’équivalent du manque à gagner  de la facture, aux salariés soit sous forme de prime, soit d’une augmentation de salaire ou de participation aux bénéfices.Ci-dessous quelsques exemples parmi d'autres.


 

Gratuité pour le client société Générale

Edgard, une mission à la Société Générale en tant que concepteur en homologation au sein du domaine « poste de travail Crédit du Nord » dans le cadre de l’ATG QES/QSI.

Gratuité : 10 jours

Madame X, une mission d’homologation fonctionnelle dans le cadre de l’ATG QES/QSI –domaine moyens de paiement – projet SogecashWeb.

Gratuité : 10 jours

Monsieur X,  une mission d’homologation à la Société Générale dans le cadre du programme Convergence – domaine fonctionnel : Crédit Personne Morale.

Gratuité : 10 jours.


Gratuité pour le client LCL

Madame X, Cognitis Conseil, dans le cadre d’un remplacement, au sein du LCL.

Gratuité : 5 jours.


Gratuité pour le client BNP Paribas

Madame X, une mission chez BNP-Paribas

Gratuité : 5 jours.


 

Mis à part, le fait de faire travailler les salariés gratuitement pour faire plaisir au client, il convient de préciser que le salarié, après avoir passé une période d’essai de 3 mois renouvelée automatiquement dans la SSII, et quand bien même ce salarié a des années d’ancienneté dans cette SSII, à chaque renouvellement de mission, pour être admis pour chez un client, il doit passer  un entretien et des tests techniques et fonctionnels ! Et si jamais ce salarié avait le malheur de ne pas satisfaire aux tests, son commercial n’hésite pas à le culpabiliser : « en gros si j’ai perdu cette mission c’est à cause de toi … »

Certains managers n’hésitent pas à licencier le salarié !

A propos des dérives dans le secteur des SSII, un parlementaire déclarait :

« Ce système d’intermédiaire, sans valeur ajoutée, ne favorise guère l’innovation et prive de surcroît des salariés d’une partie de ce qui pourrait leur revenir. Aussi, il faut revoir ce système particulièrement inique. »

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.