Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juin 2016

UMANIS, lettre de licenciement signée par le DG et conseiller prud’hommes

UMANIS, la requête pour suspicion légitime est rejetée par la cour d’appel de Versailles. La cour d’appel considère qu’on peut être à la fois Directeur Général d’une SSII, signer des lettres de licenciement et en même temps conseiller prud’hommes à Nanterre.

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La SSII UMANIS a de la chance, son Directeur Général est conseiller prud'hommes à Nanterre

Le Directeur Général est conseiller prud'hommes © AS

Le Directeur Général signe les lettres de licenciements des salariés de la SSII, et en même temps il siège au conseil de prud'hommes de Nanterre et juge des licenciements !

YES HE CAN

FAITS ET PROCÉDURE

Madame Anne Z a déposé une requête demandant le renvoi de l'affaire l'opposant à la société UMANIS actuellement pendante devant le conseil de prud'hommes de NANTERRE devant toute autre juridiction prudhommale pour motif de suspicion légitime.

L'affaire est venue à l'audience du 8 décembre 2015

Madame Z invoque les dispositions de l'article 6 de la convention européenne des droits de l’homme et expose que le DRH de la société UMANIS a joint son avocat pour lui indiquer que sa société était dirigée par une personne exerçant un mandat de conseiller prud'homme à NANTERRE M. Olivier POULIGNY, signataire de sa lettre de licenciement. De ce fait, il existe un motif de suspicion légitime qui nécessite le renvoi devant une autre juridiction prud'homale, étant à craindre que M. POULIGNY n'use de ses connaissances au sein du conseil de prud'hommes pour éviter à la société une condamnation ou tenter d'obtenir des informations sur le litige en cours.

La société UMANIS rétorque qu'elle conteste le fait que le DRH ait pris contact avec le conseil de Madame Z. Ensuite, elle note que le directeur général de la société UNAMIS est conseiller prudhommes au sein de la section activités diverses du conseil de prud'hommes de Nanterre alors que Madame Z a saisi la section encadrement. Or, l'impartialité des conseillers prud'hommes est garantie par la composition paritaire et le fonctionnement même de la juridiction prud'homale.

Enfin, M. POULIGNY n'appartient pas à la section saisie du conseil de prud'hommes et la partialité de ce dernier ne peut être remise en cause du seul fait de l'appartenance de son Directeur Général à ce conseil de prud'hommes.

Le ministère public conclut au rejet de cette requête, au vu de l'absence d'élément objectif en dehors du signataire de la lettre de licenciement de nature à motiver le dessaisissement du conseil de prud'hommes de NANTERRE en son entier alors même que la section saisie est l'encadrement et non pas les activités diverses

SUR CE

Il est constant qu'un litige oppose Madame Anne Z à son employeur, la société UMANIS En effet, madame Z a été licenciée pour faute grave et a contesté son licenciement devant le conseil de prud'hommes de Nanterre section encadrement.

Le directeur général de la société UMANIS est M. Olivier POULIGNY lequel exerce les fonctions de conseiller prud'hommes au sein de ce conseil de prud'hommes de Nanterre, section activités diverses. Il a signé la lettre de licenciement de Madame Z.

En application des dispositions de l'article 6 de la convention européenne des droits de l'homme chaque partie a droit à être jugée par un juge impartial objectivement Cependant, en l'espèce, Madame Z a saisi la section encadrement alors que M. POULIGNY siège à la section activités diverses et qu'il ne fait dès lors pas partie de la juridiction susceptible de statuer sur ses demandes. Au demeurant ..., aucun élément n'apparaît remettre en cause l'impartialité objective du conseil de prud'hommes de NANTERRE, composé de 200 membres environ dont le jugement est soumis au principe du paritarisme entre représentants du collège salariés et du collège employeurs

La requête est rejetée, sans qu'il y ait lieu, pour autant, de prononcer d'amende civile envers la requérante.

PAR CES MOTIFS

Après en avoir délibéré en chambre du conseil conformément à la loi, en dernier ressort et par arrêt mis à disposition

REJETTE la requête de Madame Anne Z

LAISSE les éventuels dépens à sa charge


Salariés des SSII et plus particulièrement ceux d’UMANIS, Alliance Sociale a réalisé une page dédiée pour vous :

Cette page sera alimentée régulièrement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale