L'officine de tous les dangers

L'UMP a laissé filtrer quelques images de sa cellule riposte, entre deux séances de « travail ». Des images autorisées, jugées peu sensibles, qui n'en sont pas moins parlantes et révélatrices d'une nouvelle attitude politique simpliste et arrogante. En l'absence du moindre projet de société autre que celui de continuer avec Sarkozy (tout un programme, à vrai dire, à lui seul), la droite en est réduite à faire flèche de tout bois pour détourner l'attention et masquer ainsi son propre manque d'idées et de propositions.
On croit comprendre qu'il s'agit là d'une équipe gonflée à bloc, impitoyable et prête à tout pour faire conserver l'exercice du pouvoir à un clan restreint, voire le porter aux pleins pouvoirs. Cette petite structure tient lieu, pour l'instant, de seul et unique programme UMP tant le projet 2012 semble devoir s'éterniser et ne se résumer, en définitive, qu'à cette petite machine infernale.
L'officine est composée d'un ramassis de mercenaires, de jeunes opportunistes aux dents longues, d'émergents de la « droite populaire », d'anciens d'extrême droite, de repris de justice, d'éminences grises... Plus qu'à une réunion de travail politique, on pense plutôt à un groupe de comploteurs, de cabaleurs, voire de conspirateurs ou de conjurés...
L'équipe planche à plein temps sur l'actualité politique des autres, et non sur celle de son camp, car elle est peu reluisante. Elle fabrique les titres des medias aux ordres et élabore des contre-feux pour parer, au coup par coup, aux saillies de Mediapart, des autres indépendants du net et du Canard Enchaîné.
C'est dans cette arrière-boutique que l'on s'évertue à concocter des idées, à mijoter des recettes et composer des éléments de langage pour calmer, endormir et enfumer le bon peuple par médias interposés :
- Organiser la claque en faveur de celui qui s'autoproclame seul homme d'Etat providentiel,
- Valoriser des propositions fantômes de l'UMP,
- Expliquer le futur programme pas encore défini d'un candidat qui fait campagne sans se déclarer,
- Cogner à bras raccourcis sur ceux qui sont sortis du bois, en priorité sur le PS et Hollande,
- S'immiscer sans y être invité dans le débat PS/Verts juste pour y mettre de l'huile sur le feu,
- Recycler les idées du FN en guise de lutte contre Marine Le Pen.
Une attitude de Pitt-Bull stupide, d'aboiements et d'attaques systématiques dès que quelque chose de non conforme bouge, dès que se profile le moindre danger, dès que l'on s'attaque au grand gourou. Un genre de secte, de Klu-Klux-Klan...
Les éléments de langage y sont travaillés en fonction des offensives à lancer ou des parades à aligner. « Méthodes fascistes », « dégueulis populistes de l'opposition », « collusion médiatico-politico-trotskyste », « boules puantes », « manipulation politicienne », tout l'arsenal de la victimisation est convoqué. Les contre-feux y sont allumés promptement. Des mensonges éhontés y sont élaborés, des manipulations grossières y sont échafaudées, la dernière en date étant d'attribuer au PS l'idée d'une arrivée des « maires d'origine étrangère » avec le droit de vote aux élections locales !
On ne s'y encombre pas de déontologie, de morale ou d'éthique. Tous les coups sont bons, tous les chiffres possibles. Dernière montée au créneau en catastrophe : l'idée du complot contre DSK.
Copé et Guéant participent sans doute activement et, en aboyeurs principaux, bénéficient de la primauté dans le lancement médiatique du langage retenu. Après ce premier rôdage, les mots sont ensuite distillés à plus soif par les petits soldats Morano, Guaino, Pecresse, Wauquiez... ainsi que par la presse suiveuse. A noter que Fillon tient à se distinguer en fabriquant ses propres éléments de langage.
Il pourrait bien s'agir là d'une idéologie du pouvoir pour le pouvoir, qui fait peur, ce n'est plus en tout cas celle de la droite républicaine. La déviance est de plus en plus accentuée. Une idéologie qui ne tiendra pas longtemps sans l'instauration d'une véritable dictature...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.