Tanya Klein
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2018

Affaire Merah : quand Nabil Ennasri sombrait dans le complotisme

Dans la tuerie de l’école juive, quatre personnes sont mortes, dont trois jeunes enfants, assassinées sous les balles de Mohamed Merah. Ce crime n’est pas un fait divers mais un acte terroriste, pourtant Nabil Ennasri, qui se présente comme représentant des musulmans de France, a eu l’indécence de suggérer que cet attentat pouvait être un complot islamophobe.

Tanya Klein
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme le dévoilait Libération, Nabil Ennasri est l’homme lige du Qatar en France et dirige un observatoire dédié à ce pays. Il est également président du collectif des musulmans de France (CMF) et universitaire. Au nom de tous ces titres, la parole lui est souvent donnée dans les médias français qui lui permettent d’asséner ses « bonnes paroles » présentées comme des analyses indépendantes. Il n’est pas donc pas étonnant qu’il prenne la parole lors d’une affaire qui a monopolisé la presse nationale et internationale, sauf que la manière dont il a choisi de traiter cet attentat est particulièrement surprenante.

Nabil Ennasri

La réponse est dans les questions…

Le 28 mars 2012 soit moins de dix jours après le drame, Nabil Ennasri publie un article intitulé « Pourquoi ? » sur le site de l’AJIB dédié à l’islam et aux musulmans de France. Dans ce pamphlet, il s’interroge sur les supposées « zones d’ombres » qui entourent Mohamed Merah.

A quel titre se questionne-t-il ? Sûrement pas au titre de chercheur universitaire dont il se vante, car ces interrogations n’ont absolument rien d’académique. Que l’on remette en cause les dysfonctionnements des services de renseignements et de police dans ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Merah » est légitime, mais utiliser ces mêmes dysfonctionnements pour en conclure au complot islamophobe est spécieux.

Voici ce qu’écrit le Président du CMF : « Pourquoi parle-t-on de Merah comme s’il avait effectivement été le responsable de tous ces meurtres ? Que je sache, la justice n’a pas encore rendu son verdict ? En parlant d’“assassin“, de “monstre“ et de “tueur“ ? ».

Sauf à vouloir semer le trouble dans la réflexion des Français, de toutes origines, comment, peut-il écrire de telles inepties ? Qui tenait l’arme, qui s’est filmé à l’aide d’une caméra GoPro pour médiatiser ses crimes ? Comment faut-il nommer un homme qui tue des enfants de sang-froid ? Nabil Ennasri aurait-il écrit la même chose si les enfants tués n'avaient pas été juifs mais musulmans ?

Le prisme de l’islamophobie…

Nabil Ennasri va encore plus loin et fait de Mohamed Merah « un coupable idéal ». Sur le ton naïf d’un citoyen qui se pose des questions, il innocente Merah, qui au passage, faut-il le souligner, revendiquait pourtant ses crimes envers des enfants juifs.

Par « coupable idéal », le président du CMF entend bien sûr la figure du musulman et le pose en victime de toute la société française. Cette islamophobie qui serait en vogue et dont il joue à merveille est une stratégie bien connue de ses amis les Frères musulmans. Sur un autre sujet, Nabil Ennasri se dit révolter par l'affaire Tariq Ramadan, mais non pas par les sérieuses accusations de viols et les preuves qui s'accumulent envers le petit-fils du fondateur des Frères musulmans, mais contre les médias et la justice française. Encore un complot islamophobe selon le Dr. Ennasri, dont les liens avec la mouvance des Frères musulmans sont bien connus.

Le complotisme est l'un des caractéristiques des Frères musulmans. Selon un rapport détaillé du gouvernement britannique, les leaders de la confrérie ont souvent affirmé que les attentats du 11 septembre 2001 étaient une « fabrication » et un prétexte pour attaquer les musulmans. Peut-être faudrait-il demander l'opinion de Nabil Ennasri?

Au passage, crier au complot contre l’islam permet de ne pas s’interroger sur les raisons qui poussent certains Français à commettre des actes de terrorisme, c’est la vraie et seule question, que Nabil Ennasri occulte volontairement. Pourquoi ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss