Nadia Karmous, la sulfureuse pasionaria des Frères Musulmans

Ardente défenderesse de Tariq Ramadan, quand la plupart de ses soutiens l'abandonnent en raison des multiples accusations de viols dont il fait l'objet, Nadia Karmous surprend. Cette franco-suisse d'origine algérienne, née en 1968 et active depuis les années 1990 dans le canton de Neuchâtel, est une figure controversée de l'islam en Suisse, malgré l'image d'ouverture qu'elle essaye de donner.

Nadia Karmous se présente comme une femme ouverte au dialogue interconfessionnel, notamment concrétisé par l'ouverture du musée des civilisations de l'Islam à la Chaux-de-Fonds en mai 2016. Ces apparences contrastent toutefois avec les facettes plus sombres de l'intéressée: celle d'un membre proéminent et financière des Frères Musulmans, décriée par certains pour ses positions profondément incompatibles avec les valeurs prévalant en Suisse. Nadia Karmous a, entre autres, refusé de condamner la polygamie ainsi que les peines prévues par la charia pour les femmes adultères. Elle a aussi vivement promu le port du Hijab ainsi qu'une séparation des genres stricte dans les piscines suisses.

Nadia Karmous Nadia Karmous

 

Alors que les éléments accablant Tariq Ramadan abondent, Nadia Karmous semble s'obstiner à défendre corps et âme le fameux islamologue, non sans utiliser des arguments pouvant sembler particulièrement grossiers. L'habitante du Locle estimait par exemple que les accusatrices de "(son) ami" étaient "frustrées" et surfaient sur la mode #balancetonporc. Les victimes apprécieront.

Revenant sur certaines conférences données par Ramadan, Nadia Karmous prétend que "certaines [femmes] fantasmaient sur lui, tentaient de lui faire passer des lettres personnelles; d’autres cherchaient à avoir son numéro de téléphone, ou à décrocher un rendez-vous personnel alors que lui était là pour parler de l’islam". Ces lignes de défense se comprennent mieux lorsque l'on sait que Nadia Karmous a de nombreuses fois affirmé la proéminence des hommes sur les femmes.

Non contente de cette défense outrageuse, Nadia Karmous allait jusqu'à affirmer: " S’il [Tariq Ramadan] n’avait pas été musulman, je suis sûre qu’il aurait déjà obtenu le Prix Nobel de la paix."

Nadia Karmous au musée des civilisations de l'Islam Nadia Karmous au musée des civilisations de l'Islam

Son nom est lié à plusieurs organisations musulmanes suisses, parmi lesquelles l'association culturelle des femmes musulmanes de Suisse ainsi que l'institut culturel musulman de Suisse, deux organisations connues pour leur proximité avec les Frères Musulmans. Nadia Karmous a, de plus, été désignée comme étant une financière de la confrérie par plusieurs médias internationaux, qui se sont penchés sur son parcours.

L'islam, chez les Karmous, est une affaire familiale. Son époux, Mohamed Karmous, est aussi fortement impliqué dans la vie associative musulmane et semble tout autant actif que son épouse dans la confrérie. Ce dernier serait d'ailleurs particulièrement proche de Yusuf al-Qaradawi, la tête pensante de la confrérie, qui aurait directement financé certains projets promus par Mohamed Karmous en Suisse. A titre de rappel, Zusuf al-Qaradawi a publiquement défendu les attentats suicides en Israël et a appelé au meurtre des homosexuels.

Avant de gagner la Suisse, en 1991, Nadia et Mohamed Karmous auraient créé une multitude d'associations et d'entités visant à lever des fonds pour l'Union des Organisations Islamiques de France, figure de proue française des Frères Musulmans, dont ils étaient membres. Leur rôle ne se serait d'ailleurs pas limité à lever des fonds. Le couple aurait aussi permis de blanchir de l'argent en finançant l'organisation. En effet, son époux, Mohammed Karmous aurait, d'après le journaliste français Antoine Peillon, transporté des centaines de milliers d'euros en cash fournis par le Qatar et sa firme à vocation caritative Qatar Charity UK, connue aujourd'hui sous le nom de Nectar trust. Ces fonds, qu'il transportait de Suisse en France, permettaient d'alimenter des organisations liées aux Frères Musulmans, en toute discrétion.

Sa part d'ombre ne se limite pas au soutien de Tariq Ramadan et au financement ainsi qu'à son rôle au sein de la confrérie. Nadia Karmous a également été condamnée par le Tribunal de police de la Chaux-de-Fonds pour avoir hébergé, entre 2003 et 2004, un jeune sans-papier algérien membre du Front Islamique du Salut, une ancienne branche des Frères Musulmans algériens… Nadia Karmous fut, en outre, suspectée de l'employer illégalement au centre islamique de la Chaux-de-Fonds.

Il serait peut-être opportun de trouver de nouveaux visages pour promouvoir un Islam tolérant et ouvert, qui n'est aucunement représenté par Nadia Karmous.

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.