Frères Musulmans : 10 choses à savoir sur son leader Youssef al-Qaradawi

Si Youssef al-Qaradawi a choisi de ne pas être officiellement le guide suprême des Frères musulmans, il en est pourtant le leader incontesté. Déclaré persona non grata dans de nombreux pays, pour, notamment, apologie du terrorisme et appel au meurtre des homosexuels, le prédicateur égyptien vit des jours tranquilles et luxueux au Qatar où il s’est réfugié.

Al-Qaradawi et l'ancien Emir du Qatar Al-Qaradawi et l'ancien Emir du Qatar

1/ L’autorité spirituelle des Frères musulmans

Pendant des décennies, Al-Qaradawi a animé une émission de télévision la « charia et la vie » sur Al-Jazeera, regardée par des dizaines de millions de musulmans dans le monde. Selon Matthew Levitt, un ancien responsable de la lutte antiterroriste au FBI, il est « l’une des personnalités les plus publiques de l’aile radicale des Frères musulmans ».

Dans ses prêches à la télévision qatarie, il traite tous les sujets allant des printemps arabes à la masturbation féminine. Il applique la doctrine des Frères musulmans qui consiste à islamiser le monde. En 2003, le prédicateur a publié une fatwa déclarant que « l’islam retournera en Europe ».

2/ Jours tranquilles à Doha

Hormis un court séjour en Egypte lors des événements de la place Tahrir en 2011 et l’arrivée au pouvoir d’un Frère musulman, Mohamed Morsi, Al-Qaradawi est resté au Qatar depuis son arrivée en 1961.

Il est protégé par l’émir Al-Thani, qui lui a gracieusement accordé un passeport diplomatique. En juin 2017, l’émir du Qatar avait invité plusieurs éminentes personnalités religieuses islamique pour fêter la fin du ramadan. Le prédicateur était assis sur une chaise dorée juste à côté du monarque.

Al-Qaradawi et l'actuel Emir du Qatar Al-Qaradawi et l'actuel Emir du Qatar

3/ Une fortune conséquente

Mais ce n’est pas le seul privilège dont il dispose. L’émir Al-Thani est généreux avec ce « leader spirituel » qui vit dans une maison somptueuse bien loin de l’ascétisme religieux.

Dans deux câbles diplomatiques divulgués par Wikileaks, il est fait état de propriétés substantielles, y compris des villas qu’il loue. Sans donner de chiffres, les documents évoquent des revenus substantiels.

En prime, le souverain met un jet privé à disposition chaque fois qu’Al-Qaradawi part prêcher la bonne parole.

4/ Apologie du terrorisme

Les prêches du prédicateur cathodique sont sans cesse émaillés de déclarations incendiaires et d’appels au djihad armé. A plusieurs reprises il a notamment déclaré « les attentats suicides sont un devoir ». Dès 2005, Al-Qaradawi avait, dans une fatwa, appelé les femmes à devenir kamikazes.

A cette époque déjà un grand journal irlandais l’avait surnommé « le théologien de la terreur ». Loin d'être anecdotiques, les appels haineux du théologien de Doha ont un impact certain sur la radicalisation d'une minorité de musulmans influençables.

5/ Apologie du viol

A de multiples reprises, Al-Qaradawi a accusé les femmes violées d’être coupables de leurs malheurs, sous prétexte qu’elles provoqueraient elles-mêmes ces attaques sexuelles par leurs comportements et leurs tenues vestimentaires. Ambiance. 

6/ Antisémitisme viscérale

Il est impossible de faire le compte des remarques antisémites de l’idéologue des Frères musulmans tant elles sont nombreuses. En 2009, Al-Qaradawi a déclaré à propos des juifs : « Tuez-les tous, jusqu’au dernier ».

7/ Appel au meurtre des homosexuels

En 2005, Al-Qaradawi a publié un livre « le licite et l’illicite en islam ». Dans cet ouvrage digne du moyen-âge, il évoquait ainsi les règles islamiques concernant l’homosexualité : « Les savants en jurisprudence ne furent pas d’accord sur le châtiment que l’on doit infliger à l’auteur de cette immoralité. Est-ce que les deux partenaires reçoivent le châtiment du fornicateur ? (la lapidation) Est-ce que l’on tue l’actif et le passif ? Par quel moyen les tuer ? Est-ce avec un sabre ou le feu, ou en les jetant du haut d’un mur ? Cette sévérité qui semblerait inhumaine n’est qu’un moyen pour épurer la société islamique de ces êtres nocifs qui ne conduisent qu’à la perte de l’humanité. »

Nul besoin de commenter. Les images des terroristes de Daech jetant des toits des jeunes homosexuels ne seront que la mise en pratique des théories d'Al-Qaradawi.

8/ Interdiction de séjour dans plusieurs pays d’Europe, de la Ligue Arabe et aux Etats-Unis.

Pour toutes les raisons précitées, Al-Qaradawi a été interdit de séjour dans de nombreux pays, c’est la raison pour laquelle également l’aide du Qatar lui est aussi précieuse.

La France l’a banni, mais ce sont les Etats-Unis qui ont été les précurseurs en lui interdisant le territoire américain dès 1999.

Il a aussi été déclaré indésirable en Autriche, au Royaume-Uni mais également dans des pays de la Ligue Arabe comme l'Egypte, les Emirats Arabes Unis et plus récemment en Arabie Saoudite, qui a décidé de rompre avec l'islamisme radical.

9/ Soutiens en France

En France, le principal représentant de ce « leader spirituel » est le complotiste Nabil Ennasri, le très officiel directeur de l’Observatoire du Qatar à Paris.

Il n’est pas le seul, avant ses ennuis, Tariq Ramadan était aussi un fidèle, ainsi que toutes les organisations affiliées de loin ou de près aux Frères musulmans, comme par exemple, l’ancienne UOIF, désormais appelée Musulmans de France.

10/ Réseau en Europe

Les Frères musulmans ont tissé leur toile dans toute l’Europe. Al-Qaradawi peut compter sur un réseau important et structuré pour relayer son message.

Le Conseil européen de la fatwa et de la recherche (CEFR), dont le siège est à Dublin, peut être considéré comme la structure porteuse des multiples filiales basées aux quatre coins de l’Europe.

Le CEFR est utilisé pour mettre en place la doctrine des Frères musulmans éditée dès la fatwa d’Al-Qaradawi en 2003 : « l’islam retournera en Europe ».

Jusqu’où et jusqu’à quand les dirigeants laisseront-ils faire ? Car si le prédicateur cathodique est interdit de séjour, toutes les organisations qui relaient sa parole sont, elles, admises et reconnues…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.