Leedsgate LTD, la société immobilière des Frères musulmans ?

Maîtres dans l'art de créer des structures financières difficilement traçables en Europe, les Frères musulmans ont à nouveau sévi. Pour perdre un peu plus le chercheur qui essaye de s’y retrouver dans leur galaxie trouble, ils ont choisi un nom qui sème la confusion.

En effet, Leeds Gate, en deux mots, est une association britannique qui vient en aide aux Tziganes. Leedsgate, en un seul mot, suivi de LTD est une société immobilière basée au Royaume-Uni, fondée en juillet 2018, au moment même où le président, Emmanuel Macron, commençait à réfléchir à une modification de la loi de 1905. Hasard du calendrier ou opportunité pour les adeptes de la renaissance islamique ?

« Le Coran est notre constitution, le djihad est notre chemin et la mort pour Allah est notre plus grand espoir » !

Tous les Frères Musulmans se réfèrent à cette devise même s’ils ne l’avouent pas publiquement. De la même manière, ils ne divulguent que très rarement leur appartenance à la confrérie. C’est le cas d’Ahmed Albazie, le fondateur de Leedsgate LTD qui se présente comme un simple promoteur immobilier. Pourtant, l’homme d’affaires qui a, au passage, été épinglé par le consortium de journalistes ICIJ, dans l’affaire des Panama Papers, est un rouage de la nébuleuse.

Ahmed Albazie a, notamment développé un complexe résidentiel pour étudiants, Samara Plaza, dans la ville de Leeds, comme l'a révélé le Times de Londres. Selon un site de veille des Frères Musulmans : « les archives d’une société enregistrée dans les îles anglo-normandes révèlent que parmi les actionnaires de Samara figuraient des investisseurs affiliés aux Frères Musulmans. »

Pour se convaincre que Leedsgate LTD est, bel et bien, une officine liée à la confrérie, il suffit de lire le curriculum du nouvel entrant au conseil d’administration. Il s’agit d’Ahmed Al-Rawi, un des plus hauts dirigeants européens des Frères. De nationalité britannique, irakien d’origine, l’homme a été président de la Fédération des organisations islamiques d’Europe (FOIE), cette organisation est en quelque sorte la maison mère de la confrérie en Europe. Ahmed Al-Rawi est également directeur de l’Emaan Trust of Sheffield, une structure financière, basée également au Royaume-Uni, qui a construit les très controversés mosquée et centre islamique de Sheffield avec des fonds qataris. Il a été aussi administrateur de l’Union of Good dirigée par le sulfureux théologien islamique et leader spirituel des Frères Youssef al-Qaradawi … La boucle est bouclée !

Les Frères musulmans créent de nouvelles entités fréquemment ou encore se contentent de changer les noms des anciennes qui se retrouvent dans le collimateur des médias. Par conséquent, la création de Leedsgate LTD n’a rien d’étonnant. Cependant la concordance des temps avec la mise en place d’une société immobilière européenne et la volonté d’Emmanuel Macron de modifier la loi de 1905 interroge. En effet, dans le nouveau texte des dispositions sont prises concernant précisément l’immobilier. Si les souhaits du président français étaient exaucés, les associations cultuelles pourraient devenir propriétaires d’immeubles et les louer afin de générer des revenus. Elles pourraient également bénéficier de subventions d’Etat pour rénover leurs biens. Une aubaine pour les Frères musulmans qui ont milité ardemment en faveur de cette mesure.

Il n’est pas certain que cette modification puisse voir le jour, sans remous, tant les Français sont attachés à la loi de 1905. En revanche, si elle devait passer devant le Conseil Constitutionnel, nul doute que le nouveau sage, Alain Juppé validerait le texte. Il est proche de Tarik Obrouk, l’imam de la mosquée de Bordeaux, qui a été un ardent défenseur de cette modification. Quant à l’autre sage, Laurent Fabius, il ne s’y opposerait pas non plus, tant il a défendu, lorsqu’il était ministre des Affaires Etrangères les groupes armés syriens, comme Al-Nosra, financés par le Qatar et les Frères Musulmans…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.