Lettre ouverte aux chefs d’état européens

Lettre ouverte à Mr Macron Emmanuel président de la France Lettre Ouverte à Mr Ueli Maurer président de la confédération suisse Lettre ouverte à Mr Sanchez Pedro président du gouvernement espagnol Lettre ouverte à tous les chefs d’états des pays qui détiennent les avoirs et les biens immobiliers des dirigeants algériens et leurs familles

Lettre ouverte à Mr Macron Emmanuel président de la France
Lettre Ouverte à Mr Ueli Maurer président de la confédération suisse
Lettre ouverte à Mr Sanchez Pedro président du gouvernement espagnol
Lettre ouverte à tous les chefs d’états des pays qui détiennent les avoirs et les biens immobiliers des dirigeants algériens et leurs familles
En tant que citoyen algérien et en tant que citoyen du monde, je me permets de vous écrire cette lettre pour vous interpeller sur le blanchiment d’argent des dirigeants africains et en particulier les dirigeants algériens et leurs familles.


Dans vos pays respectifs, vous combattez avec tous les moyens la fraude fiscale et empêchez la fuite des capitaux vers les pays étrangers afin que cet argent serve pour l’économie et le développement de vos pays. Par contre vous n’essayez jamais de combattre le blanchiment d’argent venu de l’étranger en particulier les pays africains
L’indignation du peuple algérien aujourd’hui contre ces dirigeants corrompus et corrupteurs est le fruit des décennies de soumission, d’embrigadement et de prédation économiques. La révolte du peuple algérien depuis le 22/02/2019 a pour objectif la construction d’un état démocratique sans aucune exclusion dont les trois principaux commandements sont les suivants:
- Le social pour prendre en charge de manière organisée le développement économique et culturel du pays et de l’ensemble de ses composantes, dont les plus nombreuses, les couches populaires.
- La justice pour veiller à l’application de la loi, la sécurité des biens et des personnes
- Amélioration dans système éducatif pour rattraper le train de la modernité et le
développement numérique
Ils jouissent de l'argent des algériens
Messieurs, mesdames les chefs d’états des pays occidentaux
Je vous écris cette lettre afin de dénoncer la complicité de vos pays pour recel détournement des biens publics des algériens depuis des décennies par les dirigeants algériens et leurs familles

Au-delà de cette démarche personnelle, il s’agit d’un cri d’alarme pour faire avancer le droit international et s’attaquer à la criminalité économique
Les personnes que vous soutenez sont à la tête d’un pays de 40 millions d’habitants pauvres même s’ils sont dans un pays très riche. Malgré cette richesse, l’Algérie est classée à la 83ème place du classement mondial du développement humain qui évalue les efforts de 189 pays et territoires en la matière. Ils possèdent dans différents pays occidentaux des fortunes colossales. Ces personnes corrompues freinent le développement de l’Algérie dans tous les domaines sociaux, culturels,...et sanitaires de base. Au moindre problème de santé, ces personnes corrompues viennent se soigner chez vous en Europe en particulier en France et en Suisse et viennent y passer des vacances dans leurs villas de luxe achetées avec de l’argent public. D’ailleurs, une figure de la politique française a fait une réflexion sur les dirigeants algériens quand elle avait dit que les ministres algériens passent plus de temps en France à titre privé qu’elles n’en passent dans leur pays.
Vous savez très bien que les comptes en banque et les biens immobiliers de plusieurs personnalités algériennes et leurs familles détenus dans vos pays sont acquis avec le détournement de l’argent public.
Ci-dessous quelques exemples des biens mal acquis par des personnalités corrompues algériennes mais c’est loin d’être exhaustifs: (Sources: Algérie Focus, Liberté, Algérie Part, Enquête du journal du monde, Panama papers...)


1/ Une villa achetée à 30 millions d’euros pour le confort et le plaisir d’Abdelaziz Bouteflika
Elle a acheté en 2009 une maison de maître à Pregny-Chambésy (GENEVE) pour 30 millions de francs. La propriété s’étend sur près de 35 000 mètres carrés et dispose d’un court de tennis. Un jardin français permet d’admirer la vue sur le lac et le Jura tout proche.


2/ Ali Haddad a acquis plusieurs hôtels à Barcelone. En effet, en 2011, Ali Haddad avait déjà racheté à l’homme d’affaires espagnol, Joan Gaspart, et au Libanais Boutros El Khoury, le célèbre Hôtel Palace pour la bagatelle de 80 millions d’euros.
Et depuis avril 2016, la deuxième fortune en Algérie a entamé l’acquisition de deux autres grands hôtels de luxe à Barcelone. Il s’agit du Gran Hotel La Florida, sur les hauteurs de la ville, et l’HôtelMiramar Barcelona, non loin du front de mer. Ali Haddad a investi l’équivalent de 150 millions d’euros dans ses projets hôteliers à Barcelone.
Un chiffre d’affaire multiplié par cinq en huit ans?


3/ La fille d’Abdelmalek Sellal a acquis ce bien immobilier luxueux dont le prix dépasse les 800 mille euros alors qu’elle se trouvait encore célibataire.

4/ 907 millions de francs suisses, l’équivalent de plus de 700 millions d’euros, ce montant représente les sommes d’argent en provenance de l’Algérie et placées en sécurité dans des banques suisses
5/ Bedjaoui, la famille de Khelil et les rétro-commission: 205 millions d’euros ont été touchés par l’intermédiaire de la société Partners Ltd entre 2006 et 2009.
Il n’y a pas une seule définition de blanchiment d’argent mais voilà la définition universelle « le blanchiment d’argent ou de capitaux consiste à cacher l’origine d’une somme d’argent qui a été acquise par le biais d’une activité illégale en la réinjectant dans des activités légales (Finance noire).Ces personnes s’approprient illégalement du patrimoine public. Ces avoirs et ces biens mal acquis proviennent d’activités délictuelles, criminelles, de détournement de fonds public et de transfert illicites d’argent dans des valises ou de compte en banque de l’Algérie vers des banques européennes pour un enrichissement particulier de nos soit disant élites que leurs revenus professionnels ne peuvent justifier. Ces biens peuvent prévenir aussi de la corruption ou des rétro-commissions (Attribution des marchés publics).
Je reconnais que le sujet est très délicat et difficile à appréhender du fait que ces criminels et cette mafia ont pris soin de monter un mécanisme très opaque pour échapper à la justice algérienne s’il en existe une et à l’opinion public.
Il est difficile de faire des investigations sur ce genre d’affaire de détournement et de blanchiment de fonds public venant des états africains. Cette activité illicite est facilitée par la mondialisation des systèmes économiques et la dissimulation des fonds via des sociétés écrans domiciliées dans les paradis fiscaux. Les biens immobiliers et les avoirs des dirigeants algériens dans les différents pays occidentaux sont estimés entre 30 et 50 milliards de dollars détournés au cours des dernières décennies. Cette somme d’argent détournée équivaut presque au budget de l’état algérien en 2018.
Ce pillage organisé des richesses nationales dans l’impunité la plus totale par des hauts fonctionnaires de l’état avec la complicité des vulgaires truands qui empêche notre cher pays l’Algérie de se développer est un véritable scandale. Tout cet argent détourné est un manque à gagner pour l’état et donc pour la population.
Le peuple algérien se soulève aujourd’hui pacifiquement contre le système mafieux et corrompu qui s’est installé depuis l’indépendance en 1962 et les deux dernières décennies sont les pires. Le peuple algérien composé en grande partie de jeune est en marche pour le changement et la démocratie.
En 2003 lors du sommet de G8, la France a appelé pour la rédaction d’une convention dite Mérida des Nations Unies sur la corruption, qui fait de la restitution des biens publics volé un  principe fondamental du droit international. Cette convention complètera les conventions signées dans l’OCDE. Cette convention est rentrée en vigueur en 2005 et elle est ratifiée seulement par 95 états. Mais sans la volonté des états et la coopération judiciaire internationale, cette convention qu’est un moyen juridique universel est insuffisante d’autant qu’elle n’envisage aucune mesure contre les paradis fiscaux qui sont pourtant l’un des premiers obstacles à la restitution.
En finir avec la FrancAfrique....
Ces dernières décennies, les différents présidents français veulent en finir avec la repentance de la période coloniale, mais malheureusement les actes ne suivent pas les paroles et on attend toujours les premiers signes de cette rupture et l’ingérence de la France dans les affaires algérienne.
Le combat du peuple algérien est un combat contre la tyrannie, la corruption, l’impunité et l’injustice. C’est le moment ou jamais pour la France de saisir l’occasion pour se mettre en conformité avec ses engagements internationaux et d’arrêter de profiter de ces régimes corrompus pour remporter des marchés publics juteux et piller les ressources tant financières que naturelles de notre pays.
Le temps de ce système et les personnes dirigeantes est révolu et le passage à la deuxième république est souhaitable. Cette affaire concerne les algériens et pour accompagner la transition nous avons besoins des personnes patriotes politiquement formées, compétentes et intègres. Aussi cette transition doit être menée par des personnes légitimes respectueuses de la loi et ont le sens l’intérêt commun.
Par la présente, nous vous demandons de geler tous les avoirs et saisir les biens immobiliers des dirigeants algériens qui sont à nos yeux mal acquis et de les restituer au peuple algérien par la suite.
Merci si, toutefois cela est le cas, d'avoir pris le temps de porter attention à la teneur de cette lettre.


Algérie Libre le 30/03/2019

H.Tarik


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.