Vous êtes déjà rentrés de vacances

Vous êtes déjà rentrés de vacances. Et ceci, là est le merveilleux, sans y être partis

                                             

monsieur-hulot
         

          Vous êtes déjà rentrés de vacances. Et ceci, là est le merveilleux, sans y être partis. Simplement en restant à la maison. Bien sûr, ce n'étaient pas les vacances de Monsieur Hulot.

  Rentrés de vacances sans y être partis. Totalement surréaliste ? Eh bien non, voyez-vous !

 

          Les rêves les plus fous de tous les MEDEF du monde sont en passe de devenir réalité dans le Projet de Loi d'Urgence Sanitaire Covid-19 en cours d'examen ces derniers jours à l'Assemblée Nationale.  

  Que nous dit l'article 7 de ce projet de loi ? La Loi autoriserait désormais le gouvernement à prendre par ordonnance toutes mesures ayant pour objet :

     * de modifier les conditions d'acquisition de congés payés et permettre à toute employeur de modifier unilatéralement les dates de prise d'une partie des congés payés dans la limite de six jours ouvrables, des jours de réduction du temps de travail et des jours de repos affecté sur le compte épargne temps du salarié

     * de permettre aux entreprises de secteur particulièrement nécessaires à la continuité de la vie économique et social de déroger aux règles d'ordre public et aux stipulations conventionnelles relatives à la durée du travail, au repos hebdomadaire et repos dominical.

  Toutes les entreprises pourraient donc ainsi réduire le nombre de jours de congés payés et de RTT acquis à partir de l'entrée en vigueur de la loi et imposer à leurs salariés de prendre pendant la période de confinement six jours de congés payés, leurs jours de RTT et les jours affectés à leur compte épargne-temps.

                                       

img-0884

 

          Chers jeunes gens non retraités, nous savons que votre générosité naturelle, votre sens du devoir et de la solidarité, n'y verront aucune objection. Comment ne pas contribuer à son niveau, à l'échelle de ses petits moyens, à ce sacrifice minimal – quelques jours de congé rétrocédés à son employeur – pour remédier s'il est possible à la menace d'effondrement de notre économie et de notre PIB.

  Votre générosité vous honore et nous la saluons. Mais, même confinés, gardons les yeux ouverts sur l'avenir. Confinés ne veut pas dire cons finis.

                                 

vigilance

 

  Ces mesures de sauvetage – redresser notre économie – réduction du nombre du jours de congé, remise en cause des 35 heures hebdomadaires, possibilité d'allonger la semaine de travail jusqu'à 48 heures, travail du dimanche, toutes ces mesures sont-elles bornées dans le temps ?

  La lecture attentive du projet de loi nous oblige à répondre que non. Pas de date limite et pas d'échéance. Flexibilisation du marché du travail ad vitam aeternam ?

                                      

strate-gie-du-choc

                                           

          Dans un ouvrage devenu best-seller mondial paru en 2009, La Stratégie du Choc, montée d'un capitalisme du désastre, l'essayiste canadienne Naomi Klein, diplômée de la London School of Economics, décrivait déjà l'opération concertée des tenants de l'ultralibéralisme pour, à la faveur de crises et de désastres de grande ampleur, favoriser la seule Loi du Marché et la barbarie de la spéculation. Mettant pour cela à profit l'état de choc et de sidération des populations et leur incapacité à réagir.

  Serait ainsi réalisé le vœu de Milton Friedman, le pape du Néolibéralisme, père des Chicago Boys, joyeux garçons chargés d'aller porter la bonne parole néolibérale à tous les coins de la planète : « Que des notions politiquement impossibles, l'occasion s'y prêtant, deviennent politiquement inévitables. »

                             

img-0887-1
         

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.