tatia
Toujours tenter, derrière les symptômes, d'identifier la maladie ; derrière les faux-semblants, la réalité (Louis Pasteur).
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mai 2022

Éreutophobie. De toujours, d’hier et d’aujourd'hui

L'éreutophobie est le nom donné à un trouble anxieux caractérisé par la crainte de rougir en public.

tatia
Toujours tenter, derrière les symptômes, d'identifier la maladie ; derrière les faux-semblants, la réalité (Louis Pasteur).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

          L'éreutophobie (du grec, ereuthein, rougeur, et phobos, peur, effroi) est le nom donné à un trouble anxieux caractérisé par la crainte de rougir en public. Les individus, généralement des adolescents, qui en souffrent rougissent facilement, et essayer pour eux de contrôler ce rougissement ne fait souvent que l'accentuer. Pour éviter les situations à risque, les éreuthophobes se retirent de la plupart des situations sociales, véritable handicap à cet âge d’entrée dans la vie sociale.

         Heureusement, l'éreuthophobe n'est pas toujours ce grand handicapé retiré de la vie sociale. Sa hantise du rouge peut le conduire, qu'il soit politique ou journaliste, à des actes au grand jour, actes au moins verbaux ou écrits, qui n’ont rien à voir avec la timidité et  dont la violence a de nombreux exemples dans l'histoire de notre pays.

  L'évocation pourrait être longue de ces histoires de spectres, d'épouvantails et de croque-mitaines, destinées à faire trembler les chaumières. Mais nous en relaterons quelques-unes.

          Un personnage tout particulièrement est aujourd'hui régulièrement évoqué par les éreuthophobes de tous bords, de l'Extrême-Droite à l’Extreme-Centre en passant par ce qu'il est convenu d'appeler le « Centre-Gauche ». Ce personnage a un nom : Jean-Luc Mélenchon.

  Europhobe, charlatan économique, amoureux des dictateurs ou poutinophile, islamo-gauchiste… sont les qualificatifs les plus fréquemment utilisés. Il y en a d'autres. Tout aussi effrayants.

          Mais les flambées d'éreuthophobie ne sont pas nouvelles dans notre pays. Quels sont les grands précédents historiques ?

  En 1936, au moment du Front Populaire, Maurice Thorez et Léon Blum en faisaient déjà les frais, véritables marionnettes de l’Union soviétique d’alors.

  En 1945, au moment de la mise en place par le gouvernement du Général De Gaulle du programme du Conseil National de la Résistance et de la création de la Sécurité Sociale, les éreuthophobes, étrangement silencieux, rasaient les murs. La plupart d'entre eux, compromis dans la collaboration avec l'occupant nazi, craignaient alors les cours de justice de l'épuration.

  Ils reprenaient de la voix, près de 40 ans plus tard, en 1981, au lendemain de l'élection de François Mitterrand et de l'entrée de quatre ministres communistes au gouvernement, dont l'un d'entre eux au Ministère des Transports. « Les chars soviétiques allaient défiler sur les Champs Élysées ».

          Le retour aujourd'hui de l'évocation du péril rouge s'inscrit dans cette grande filiation historique : la peur des « possédants » vis-à-vis des « partageux ».

  Et il y a de quoi ! À défaut d'être majoritaire en sièges dans la prochaine Assemblée, issue des urnes du 19 Juin, la NUPES pourrait devenir le premier groupe d'opposition au néo-libéralisme macronien. Un scénario des plus plausible et effrayant à bien des égards, le risque de la chienlit. Car, quel est le programme pour lequel batailleront ces enragés ?

        Augmentation du SMIC et des retraites, revalorisation des salaires, blocage des prix des produits de première nécessité, encadrement des loyers… Toute une série de mesures à la « Robin des bois », avec comme idée centrale, quelle folie, faire payer l'inflation aux profits plutôt qu'aux salaires.

  Comble de provocation, la revalorisation du point d'indice des fonctionnaires, évaluée à 12 milliards d'euros, financée par le rétablissement de l'ISF. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA