Nada Azhari : « Ma carrière musicale avant tout » (Interview)

Nada Azhari est un nouveau visage de la scène musicale marocaine. A 24 ans, cette jeune casablancaise représente le renouveau. Elle a investi un terrain peu visité par les artistes marocains : un mélange d’indie pop et d’électro.

 © https://www.arabicmood.fr/chanteuses-marocaines/nada-azhari-le-coup-de-coeur-pop-arabe-tropicale/ © https://www.arabicmood.fr/chanteuses-marocaines/nada-azhari-le-coup-de-coeur-pop-arabe-tropicale/

Nada Azhari est un nouveau visage de la scène musicale marocaine. A 24 ans, cette jeune casablancaise représente le renouveau. Elle a investi un terrain peu visité par les artistes marocains : un mélange d’indie pop et d’électro.

Pour elle, la musique est une passion née lorsqu’elle avait commencé à jouer de la guitare. Cette passion s’est concrétisée grâce au « Pop-Up Studio » en partenariat avec le British Council qui m’a parrainée pour sortir son premier titre « Dreams & Expectations ». Par la suite, les titres se sont succédé : « Ana Li Bghit » et « Ô Safi ».

  • Rien ne vous prédestinait à une carrière musicale, vous étiez encore étudiante à l’École Nationale de Commerce et de Gestion (ENCG) de Settat lorsque vous avez commencé l’aventure du « Pop-Up Studio », avec votre premier titre « Dreams & Expectations » en partenariat avec le British Council. Comment s’est faite votre rencontre avec la musique et le chant ? Et quand avez-vous composé pour la première fois ?

Etant petite, je chantais souvent. Cependant, ma rencontre avec la musique s’est faite à l’âge de 16 ans lorsque j’ai commencé à jouer de la guitare. Il m’a fallu quelques années avant d’oser partager ma passion avec les autres.

J’avais commencé à chanter des covers. Ensuite, c’est vers l’âge de 20 ans que j’ai commencé à écrire et composer mes propres chansons.

  • Quel a été l’élément déclencheur qui vous a poussé à partager votre passion avec les autres ?

Après avoir passé plus de trois ans à chanter, m’enregistrer et m’autocritiquer je me suis sentie prête à partager ma musique. De plus, chanter pour moi-même ne me suffisait plus.

  • Vous avez plusieurs covers à votre actif. Pensez-vous vous faire connaître à travers ce moyen ?

Cela fait bien longtemps que je ne fais plus de covers - à part quelques fois sur mon compte Instagram à la demande de personnes qui me suivent.

Je ne pense vraiment pas que les covers peuvent m’apporter quelque chose musicalement. Je préfère me concentrer sur mes propres chansons pour le moment.

  • Votre environnement familial était-il ouvert à la musique ? Vos parents vous ont-ils soutenu dans votre démarche ?

Oui, ma famille a toujours été ouverte à la musique. Je n’ai jamais eu de problèmes par rapport à ça. Ils m’encouragent beaucoup.

  • Votre deuxième titre « Ana Li Bghit » ne s’inspire pas de votre vécu. De quoi s’inspire-t-il alors ?

Le titre « Ana li bghit » parle de quelqu’un qui a vécu une relation toxique. A un moment donné, il a oublié qu’il mérite d’être aimé, mais il a fini par ouvrir les yeux.

  • « Ô Safi » a été enregistré au Studio Hiba avec le programme « Hiba Rec ». Comment est née cette opportunité ? Et pouvez-vous nous parler de ce titre et du message que vous souhaitez faire passer ?

La Fondation Hiba a lancé un appel à candidature pour le programme « Hiba Rec ». J’ai envoyé ma candidature et j’ai été choisie pour enregistrer un titre dans le meilleur studio au Maroc, avec le producteur Tarik Lahjaily.

« Ô Safi » est un titre qui parle de la peur de l’échec. Je pense que c’est quelque chose que l’on vit tous. Des fois, on rate beaucoup d’occasions dans la vie à cause de cette peur, c’est pour cela que j’ai choisi ce sujet.

  • Votre instrument musical de prédilection est la guitare. Comment est née votre passion pour la guitare ? Jouez-vous d’autres instruments ?

J’ai commencé à jouer à la guitare pour pouvoir accompagner le chant, pour apprendre à suivre les notes et à chanter juste. Ça m’a beaucoup aidé à chanter en public.

Je ne joue pas d’un autre instrument, mais j’aimerais beaucoup apprendre à jouer du piano.

  • Qu’est-ce qui vous a poussé à faire des études en économie ?

J'ai eu un baccalauréat en Sciences Techniques de Gestion - Option comptabilité et finance des entreprises.

Je considère que c'était la suite logique des choses. La finance et la comptabilité m'intéressaient beaucoup à l'époque, je voulais devenir expert-comptable (rires). Mais bon cette envie n'a pas duré longtemps.

  • Vous avez une double vie. Vous conciliez entre vie professionnelle dans l'évènementiel (Brand Manager Junior à « ANTOUMotioum ») et votre passion pour la musique. Comment arrivez-vous à concilier ces deux responsabilités ?

Cela devient de plus en plus difficile de concilier les deux. Cependant, je fais vraiment mon maximum pour continuer à tout gérer, même si mes projets musicaux prennent plus de temps à se concrétiser que je ne le souhaite.

  • A l’avenir, si vous avez le choix entre votre vie professionnelle et votre carrière musicale, que choisiriez-vous ?

Je choisirais certainement ma carrière musicale. Mais pour le moment, il est encore trop tôt. Je ne suis qu’au début de ma carrière et j’ai encore beaucoup de choses à prouver sur la scène musicale marocaine.

  • Vous chantez en arabe et en anglais. Trouvez-vous plus de facilité à composer dans une langue plutôt que dans une autre ? Comment choisissez-vous dans quelle langue vous allez composer vos titres ?

J’ai beaucoup plus de facilité à écrire en anglais puisque j’ai toujours chanté en anglais. De plus, j’étais très influencée par la musique anglaise en générale. Je n’écoutais presque pas de chansons en arabe et je n’avais aucune culture musicale arabe. Mais j’ai eu l’envie à un certain moment d’écrire en arabe puisque c’est ma langue maternelle. Ça n’a pas été facile au début, mais j’ai essayé de l’écrire et de la chanter avec mon style et ça a beaucoup facilité les choses.

  • Comment travaillez-vous ? Avez-vous un rituel particulier ?

Ingrédients clés : Guitare + Bloc notes + Stylo + Enregistreur vocal pour ne pas oublier les mélodies (rires). Je commence à jouer des accords au hasard. Ensuite, je commence à imaginer des mélodies de chant, sur lesquelles je pose ensuite les paroles.

Je n’ai pas vraiment de rituel. Cependant, j’ai besoin d’être seule. C’est très important pour que je puisse me concentrer.

  • Vous avez réalisé un featuring avec Imad Kotbi nommé « Fantasy ». Comment est née cette collaboration ?

Imad Kotbi préparait un album où il voulait faire participer de jeunes talents. Il m’a contactée pour voir si ça m’intéressait. On s’est rencontré, il m’a fait écouter la chanson, j’ai aimé et j’ai accepté. Ça a été une très bonne expérience, puisque c’est grâce au titre « Fantasy » que j’ai fait mes premières interviews et mes premières radios.

  • Y a-t-il un passage radio qui vous a marqué ?

Disons que tous les passages radio ont été une bonne expérience pour moi vu que je suis quelqu’un de très réservé de nature. Ainsi, pour moi, faire des interviews n’est pas une chose facile mais c’est nécessaire pour le partage de ma musique. Je m’y habitue petit à petit.

  • Votre style musical est atypique. Vous avez des penchants pour la pop, l’indie, le rock et le folk. Comment définirez-vous votre style musical ?

Je définis mon style comme un mélange d’indie pop et électro.

  • Avez-vous des projets en préparation ? Un nouveau titre ? Un album ?

J’ai plusieurs projets musicaux de prévu pour cette année, mais pour le moment, je suis concentrée sur mon prochain single qui sera en anglais.

--------------------------------------------

Dans les écouteurs de Nada Azhari

  • Quel est le premier album que vous acheté ?

Si je me rappelle bien, un des premiers que j’ai eu était Kyo – Le chemin

  • Quel titre et/ou artiste écoutez-vous le plus tous les jours ?

En ce moment j’écoute beaucoup Billie Eilish.

  • Quel est le titre qui vous inspire le plus ?

Tom Odell – Another love

  • Quel est le titre marocain que vous appréciez le plus ?

West 7olm – Kan kis7abli

  • Quel est le morceau que vous écoutez en cachette ?

Il n’y en a pas vraiment.

  • Quel titre arrive à vous consoler dans vos moments de tristesse ?

Syml – Where’smy love. C’est une chanson super triste, mais bizarrement les chansons tristes me font énormément de bien.

  • Y a-t-il un artiste qui a changé votre manière de voir la musique ?

Aurora

  • En quoi cet artiste a-t-il changé votre manière de voir la musique ?

Sa musique est très spéciale. Elle a un style qui ne ressemble à aucun autre. Elle m’inspire et me touche énormément. Elle a aussi une personnalité unique. Elle est différente et elle n’a pas peur de montrer sa différence.

  • Y a-t-il un artiste(s), marocain ou étranger, avec lequel vous souhaitez réaliser un featuring ?

Je travaille en ce moment sur deux featuring avec deux artistes marocains. Je communiquerai plus d’informations le moment venu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.