Société de traqué : Misère tout risque

Comment au quotidien Sir GPS calcule nos pas avec ses instruments de mesure et de prédiction.

Dans un pays où tout est tracé comme "une tracking society", peut-on se douter un instant ce qu'il y a comme bon ou mauvais comportement ? Il y a t-il des chances pour que ça ne déborde pas sur d'autres sujets ? Quel sera l'opinion d'un quartier sur une ville, pourquoi toutes les cités ne pensent pas pareille.

Est-ce qu'il y a un poison de la société, qui aurait tendance a gruger, et se propager, à l'intérieur des canaux de cette route de l'information, quand on la capte, elle nous met donc hors condition, de nuire à un groupe, qui a souvent envie de confiner au maximum les individus, pour le moment on peut en sortir, mais se pourrait-il influencer notre comportement ?

Serait-ce un suicide organisé collectif, de ces transports en commun, qui nous emènes vers la destination du miroitage, ce pourquoi pendant le trajet on se pose des questions bête comme " est-ce que cette personne me regarde ? " ou " ais-je la braguette ouverte ? " voir " si je me mets debout ici, comment va-t-il rentrer sa poussette ? ". Il y a plusieurs évènements qui se greffe, les pensées du moment, comme une approbation, où les pensées de demain pour s'interroger " que sera la suite". On est des oracles sans cesse scruter, à s'en demander ou affirmer, comme issue d'une recette, une somme, liée à un calcul. Pour sans exagérer être dans le positif ou le négatif. De ce fait les individus dans la vie de tous les jours sont évolués constamment.

Etre toujours en "vadrouille par ci par là, où c'est dur de se planifier des sorties", voir plus des activités, qui lira ton agenda, te dira alors qui le remplira à ta place, soit à la place de ces sorties en boîtes de nuit, l'oeil en voudra peut être que t'ailles t'enrichir vers un autre circuit, attends deux secondes toi, tu dois être malade, tu rapportes trop à machin, va plutôt voir les docteurs spécialistes, tu dois souffrir un peu, les spécialistes, ont eux aussi besoin de répondre à des demandes. Trois mois par ci, trois mois par là, ainsi de suite, je parcours le pays en état d'alerte dans ma tête, je ne suis peut être pas un sujet stable.

Quelle est la culture de l'exil ?

Si alors mon être intérieur est interroger sans cesse, est-ce que le gros oeil, nous veut donc un autre avenir ? Veut-il prendre soin de nous ? Ou tout bonnement que d'année en année on lui rapporte plus ? Une rentabilité espéré de tout bon individu. De ce fait, on en tire beaucoups du pire, surtout du pire, car un effondrement est à prendre pour rapporter le bonus orchestré de part et d'autre, par les extrémités de cette planète. Ce rapt d'esprit organisé, comment l'intérieur est exploité dans l'immédiat par l'innondation d'information, une extorsion et viol du moteur de conscience, ou comment nous avoir fait croire pendant des années qu'on pouvait réfléchir par soi même, agir par ses propres moyens. Penser différement de "monsieur tout le monde" ou de madame unique.

Vivre pour mourir, ou mourir pour vivre, certains ont déjà fait leurs choix, ils connaissent bien les deux situations, voir mieux, vivre dans l'urgence, ou vivre de manière perenne, sans conditions. Est-il tabou d'exploiter toutes les influences qui emmène à agir, ou avoir un bon comportement d'introduire comme pour le passage d'un régime équilibré vers un régime hyper calorique, une suite d'aliments, mais qui pour une vie personnelle, une suite d'évènements, qui peut créer l'ingérabilité, comme doser ou surpasser, ou sur-conditionner l'individu qui ne peut faire face à tout ce qui lui arrive, ça serait en fait quelque chose, qui évalue chaques risques. Ou plutôt surmonter les obstacles, surmonter ses peurs, angoisses, parcourir ces trajets tout en étant bien dans sa tête et ses baskets. Les efforts fournis seront peut être apprécié par une autre poignée d'individu accompagnateur, d'où cette idée de récompense collective. C'est à dire, qu'il y a des éléments de récompense, qui viennent se greffer un à un, à la globalité de l'acte individuel, d'une énergie mutuelle partagée, par l'ensemble des êtres vivants dont animaux compris en déplacement, pour des milliards de donnée espéré par cette grande mouvance d'oracle qui nous téléphone sur l'idée reçue à coeur vif, dans ces relations qui va d'à côté de chez soit jusqu'à l'internationale, des autres endroits qui en temps réel connaît notre position géographique, et notre position d'idée, savoir si à tel endroit on est pour ou contre tel ou tel chose, qu'on examine au fait de l'instant T.

Que serait ce sang, serait-il contaminé ou transmissible, aurait-il une activité intense dans le corps, se pourrait-il qu'il est une donnée non pas analysé d'une prise, mais une donnée qui circule dans ces canaux sanguins par artère de transport ou de communication, savoir la qualité du sang du cerveau, ou dans le pied en temps réel, qui peut être n'est pas à la même exactitude température prêt, varie de ses éléments en passant par tel ou tel vaisseau sanguin. Un compteur en temps réel qui examine toute évaporation de ce sang, car tout liquide sèche avec la chaleur. Sans pour autant le faire bouillir, ou le congelés. Les variations sont aténués par ces capteurs de températures artérielles. Quel impact sensible ou majeur serait alors étudier sur notre comportement, est-ce une varice incontrôlée, voir des erreurs de santé dans le passé, qui influence notre bilan sanguin futuristique. Ou comment se rattraper pour avoir de meilleurs futurs résultats d'analyse, voir mieux toujours stabilisé les pires cas.

Quel en serait la cause de ce génocide intellectuel ? Dans le cadre de tous ces politiciens inaptes prêt à tout pour doubler leur salaire par deux, il y a d'un côté ceux qui commandent et ceux qui sont commandés, de ce fait les cas les plus aberrants de main mise sur le peuple ne sont pas les grands dictateurs de peuple, mais bel et bien certains maires de petit quartier. Qui eux voient maintenant bien plus grand qu'un simple gouverneur. Ce qui est forcemment dégueulasse pour une grande majorité, se faire soumettre et mettre à l'amende par un simple maire, comme le pet de Philippe Bouvard, en réalité virtuelle dans un casque avec les odeurs.

C'est comme si qu'il y aurait le générique des grosses têtes en Retro New Wave, avec de vieux bruits de lazer, et une voix autotuné qui de temps à autres annonce la prochaine blague, (outre le fait de légaliser les drogues (qui est un autre débat)).

Un système de bourse macro-économique basé sur la parité homme, femme, et troisième genre, permettrait aux gays et lesbiennes, d'avoir des points dans le permis à point de comportement social. De ce fait un homosexuel ne serait pas discréditer par rapport à ses désirs pervers, ou sexuelles. Comme on peut l'observer sur certains sujets qui souffrent après la visualisation d'un porno, ou d'une masturbation. Voir autre chose, le permis à point pour les transgenres pourrait les faire accepter dans les zones difficiles et d'émancipation libertaire. Ne pas incriminer tant d'actes, liés à la fornication où autres "sodomiteries".

Quel en sera le prix pour se faire racheter, est-ce que moyennant une somme, il se peut qu'on récupère des points ? Quel est la valeur marchande du délit ? Combien de points peut-on récupérer pour obtempération, voir bonne tenue de bonne conduite dans tel ou tel milieu solicité. Il y a alors comme un commerce ou plutôt une bourse d'idéeé, qui serait en quelque sorte, tiré et listée par catégorie, bien voir ce qui en serait bénéfique, nous observerons comme les trades actuels, ce système de part, action, vente, achat, courbe, ce sur quoi serait la plus intéressante idée, qui de cette valeur aurait une côte, a expliqué par un graphique, ou autre pourcentage de possibilité d'exploitation.

Le sex imposé comme exploit de la mesure contre productif, ou comment survivre à un monde qui ne féconde plus ? Je me suis demandé si c'était possible de voir jusqu'où pourrait aller le scénario du monde qui n'enfante plus par rapport sexuel comme expliqué dans le film " I AM MOTHER " où quand un robot droïde sur une terre dominée par eux, où les rares humains doivent survivre, existe alors par ce robot, un être qui doit tout faire pour être le meilleur, ce pourquoi cet humain appelle ce droïde " maman ", car en effet la machine est conceptrice. C'est un robot qui a voulu dans son expérimentation, concevoir le parfait humain, qui en quelque sorte, n'aurait aucun défaut mental, ou physique, on retrouve donc dans le film, un bébé qui est créer dans une bulbe en verre, puis en grandissant cet être humanoïde, devient une fille blonde, qui commence à douter de son existance, car elle se retrouve confrontée seule, a des cendres qui s'avère être son " ancien elle raté" avant sa conception, donc cette fille est une sorte de prototype réussie de l'humaine parfaite aux yeux du robot. Cette fille est enfermée pendant longtemps dans une base, une sorte de bunker, car elle ne doit pas être en relation avec le monde extérieur. Quel en serait alors, pour en revenir au sujet, un monde où tout devient artificielle, où la productivité et le gain de temps augmente, avec cette croissance, que nous n'ayons plus le temps de s'accoupler, qui pour nombreux d'entre nous choisisse les fécondations in vitro, si dans cette science-fiction nous venons à reproduire l'ovulation et la fécondation (du ventre de la mère) grâce à une machine, celà deviendrait alors un tout autre monde, puisque actuellement nous en sommes qu'à la sélection dans un catalogue, pour une femme qui veut se faire inséminé artificiellement, le choix selon le caractère, la couleur de peau, le type de nez, les cheveux, et autre sélection de critère, pour l'essais de la fécondation, ainsi dans ces maternités, des femmes accouchent d'un enfant dont elles auraient choisis " le sperme parfait" a leurs yeux.

L'idée même pour ces donneurs de sperme aux banques de sperme, n'est pas d'être un esclave, qui par obligation donne son sperme à une personne qu'elle n'aime pas, qui sans doute serait pressée d'avoir un enfant, ou d'être enceinte. Qui si ça se trouve ces hommes qui deviennent femmes, par chirurgie, se font greffer un vagin, qui de ce vagin manquerait plus que le reste du corps possèderait tout de l'organe au naturel, comme les menstruations etc. De ce fait un homme devenu femme par opération pourrait à 100% procréer et accoucher par lui ou elle à son tour.

Qui d'ailleurs, la faculté de certaines banques de sperme est de rémunéré leurs donneurs même si qu'est-ce donc 50 euros pour un sperme qui en deviendrait une vie ? Ou alors effectivement on nous aurait mentis depuis tout ce temps, et le sperme n'est que quelque chose de symbolique pour enfanter, comment ce petit liquide en deviendrait quelque chose que je suis actuellement de un mètre quatre vingt ?

Il y a t-il dans cette société qui observe tout, mis alors des snipers à la fenêtre où plutôt un snipeur d'idée, comme qui serait fixé d'un tir invisible, vers quelqu'un qui serait porteur de quelque chose qui réceptionne le tir de ce fait on en deviendrait une cible d'information en mouvement.

Replié sur soit même, pour mieux sniper les individus qui passent dans nos quartiers ? Quoi de plus, ciblé comme défense, il y a de quoi se demander quand on ne peut plus se ballader de peur d'en devenir fou, où bien les zones qui sont hélas pas autorisés aux nouveaux. Est-ce une forme de barage filtrant ? Il y a t-il des personnes qui se sentent mal à l'intérieur de leur appartement, qui sans doute n'auraient pas reçu encore d'aide. Comme un peu dans le jeu " The division ", où tout est regroupé par clan dans une ville, car tout seul on ne peut pas s'en tirer facilement. Comme ce migrant damné par les dieux, une grosse massue lui tombe sur la tête, comme je ne sais plus quel Geforce dans Final Fantasy, il y a tout un cheminement à surmonter pour qu'il puisse vivre de mieux en mieux. Avec toutes les maladies et virus de la société, ces problèmes écoeurants qu'on lui soumet qui de plus dans son pays d'origine pourrait être possédant de terre ou de grands territoires dominés par d'autres propriétaires terrestres, qui en a besoin pour mettre un hyper marché, ou un champ de culture qui sera détenu par des exploitants privés externe au pays. Un problème qui se trouve dans tous les pays du monde, choisir sa destination, est-ce un choix juste ? Dans toutes ces fausses routes, comme des frères séparés dès la naissance, ils doivent faire face à deux mères différentes qui d'à l'âge adulte se croise dans une rue par hasard sans se reconnaître, mais en ayant une vue l'un sur l'autre, sans se douter qu'ils ont un lien du sang. Le problème n'est surement pas la séparation de deux liens du sang, mais cette façon de couper le cordon ombilical qui relie deux terres différentes éloignées, poursuivi et rythmé par les exportateurs de conflit, qui d'ailleurs en fait de beaux espions, pour savoir "qui a fait quoi, qui a tenu quoi ?", comme une liste de Schindler tenue secrètement, savoir les descendances, qui eux seront sûrement bien plus tard rattrapé par des personnes qui ont fuit leurs recherches sur chaque individu dans le silence. 

Il y a foremment plusieurs clans qui se partagent toutes ces ressources, tout est masqué, comme ce qui doit être comme un rôle à ne pas aborder car le détenteur du secret qui est sans cesse rappelé à l'ordre par ses démons, que même les pires pactes n'y peuvent rien. Les accords de paix au sommet, ne se répercute pas sur les rues du monde, car deux être du même clan peuvent se tirer dessus sans distinction. La manipulation, ne se terminera jamais. Les être chers, ne veulent pas s'entendre sur un mal entendu, une erreur de prononciation du nom, voir même sur des relations non désirés. Les cellules dormantes sont hélas bien trop nombreuses et sont à même de demander à être réveiller pour quelques billets, qui d'un échec ou au coups d'essais réussis, laisserait tout le monde dans l'indiférence, des coups bas par millier comme il y en a des tonnes. Une explosion par plaisir, une démolition qui fait bander le commanditaire, qui regarde ça depuis son écran, peut être même en direct sur son téléphone. Un déchaînement de violence pas commes les autres, une erreur informatique qui aurait fait basculer ou pencher le monde dans les méandres de l'inconnu, où tout nous surgit au visage comme peur ou rire, qui à force de jongler entre ces deux émotions, on y prendrait goût, nous sommes donc confrontés aux sentiments des plus puissants de ce monde, qui de leurs instinct l'on copie sur eux, par mimétisme, sans en valoir le moindre centime, ou clou. La drogue et les armes ont des atouts de la bassesse de la société, qui voit en tout ça du miracle sauveur, se battre pour sauver sa peau, oui mais à quel point ?

Laisser ces enfants dans une possible prise d'otage, détenu par ceux qui ont besoin de plus de regard porter sur eux ? Quand pris dans ce tourbillon, on est entre autre une personne qui se sent hypnotisé à reproduire les mêmes pas que son voisin, ses mêmes habitudes, il te murmura alors dans le creu de ton oreille, cet être supérieur, "attention ne va pas trop vite", ou "attends nous", une solidarité silencieuse, et téméraire. Des affrontements de milices extrêmement bien organisées, qui sans doute cache un mal à haut degré de non suspicion de son origine. Qu'est ce qui dévisagera son virus ? Qui semble si élémentaire à résoudre l'équation finale, le calcule empirique des exagérations, pour surpasser les limites du mal, comme un saignement interminable, qui revient sans cesse, une maladie après une autre maladie, où aucun réel problème n'est solutionné voir pousser son prochain à être surveilleur surveillé, se dire qu'il a le comportement de base en totale adéquation avec le désir commun, où les idéaux semblent s'effondrer un par un quand tout s'écroule au plus haut de la plaine plate, au carnage plat, puis vint une recette ou quand demain nous ne ferons pas mieux. Mais quelque chose de normal, quoi de plus nase que de crucifier quelqu'un au sommet, alors que en descendant des escaliers souterrains il se peut dans un endroit caché ou bien à l'abris des regards, existe de manière confiné quelqu'un de crucifié souterrainement. De ce fait l'on apprend comme dans la série sur netflix " YOU "qui de ce "you", serait peut être un pays accueilleur ou bien l'accueilli, c'est à dire sans distinction deux être possédant un coeur, des bras, des organes vitaux, pour agir, ou rester neutre par obligation comment faire avancer un débat, sans dire, parler, communiquer ses idées par un intermédiaire, se réduire en bouillie toute contre attaque AD HOMINEM, de son adversaire, pour en quelque sorte se sentir "chat perché intouchable."

C'est donc une espèce de condamné dans son propre pays qui est alors condamné dans tous les autres pays du monde, par quel moyen de pression, sera t-il soumis à l'ordre par ne pas embêter pleins de personne, qui sont déjà bien stable, et en place pour construire leur petit projet qu'ils portent bien à coeur, et au chaud dans leurs mains. Un asile politique surveillé, où la moindre évasion pensive est extrêmement surveiller. Voir corrompus, pour ne pas laisser régner le trouble de guerre psychologique traitée avec les méthodes délicates du renseignement, comme la question de savoir si on peut se torcher avec un passeport ? Qui d'ailleurs en fin de vie se doit être rendu aux autorités administratives, pour en bénéficier d'un renouvellement. Une personne qui s'évade pour avoir une meilleur prison peut être ou de meilleurs conditions de traitement sur cette planète, ce monde est une prison et que l'on attend notre mort pour que notre âme s'évade ?

Lors des conflits armés, ça mitraille de partout, tout le monde s'éclate le rectum dans les rapports sexuelles, avec des doigts dans la bouche puis dans le cul, il n'y a pas de répis pour les organes sexuelles, qui sont sévèrement solicités, les condamnés ne veulent pas faire l'amour et préfère prendre les armes pour qu'on ne les viole pas. L'importation d'une guerre, ou l'exportation d'une guerre ou du conflit armé dans un autre pays frontalier ou lointain, est l'objet du fruit du non désiré, ou comment le serpent s'est mordu la queue. D'un premier souffle, jusqu'au dernier souffle, qui de ce serpent s'est fait voir à tel ou tel endroit imprévu sur la terre. Sans qu'on ne lui ai donné aucun ordre quelconque, ce n'est peut être pas le mec avec la capuche qui l'a déposé à cet endroit précis, à la seconde prêt où il fût observé. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.